Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : convoqué par les juges, Fillon ira "jusqu'au bout"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Trainspotting 2" : moins camés, toujours aussi paumés !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump optimiste? Ne vous faites pas avoir !"

En savoir plus

FOCUS

Japon : "Nippon Kaigi", le lobby révisionniste

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mineurs et terroristes, bourreaux et victimes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Maroc : Rabat se retire de la zone contestée de Guerguerat

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Notre objectif est de passer en tête face au FN"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Benjamin Griveaux : "Le soutien de Bayrou prouve que Macron n'est pas un homme seul"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Matmatah, le groupe breton a le vent en poupe

En savoir plus

Afrique

Les islamistes du nord du Mali tentent une percée vers le sud

© AFP | Armée malienne

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/01/2013

Des affrontements entre islamistes et militaires ont eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi à Mopti (centre du Mali). Interrogé par FRANCE 24, Djibril Bassolé, le médiateur burkinabè, espère une reprise rapide des négociations.

Des militaires maliens déployés à Mopti (centre) ont échangé dans la nuit du 9 au 10 janvier des tirs avec des islamistes armés occupant depuis plus de neuf mois le nord du Mali. "Nous avons déclenché les opérations contre l'ennemi, qui a tenté de faire face. Nous allons les déloger", a affirmé, mercredi 9 janvier au soir, un militaire malien joint à Kona, sans donner plus de détails.

Kona est proche de la ville de Mopti, capitale de la région du même nom, et elle a déjà été le théâtre, selon l'armée, d'une tentative d'attaque islamiste dans la nuit de lundi à mardi. Un habitant de Kona a parlé à l'AFP de tirs à l'arme lourde et d'une "guerre" entre l'armée malienne et les islamistes". Selon lui, les affrontements seraient en cours depuis la fin de l'après-midi de mercredi.

"On entend beaucoup de tirs. L'armée tire, les islamistes aussi", a dit un autre habitant contacté mercredi par téléphone depuis Bamako. Aucune source n'a pu être jointe au sein des groupes islamistes armés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), du Mouvement pour l'unicité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ni d'Ansar Dine, qui occupent le Nord et une partie de la région de Mopti.

Reprise éventuelle des négociations autour du 20 janvier

"C'est une situation inédite", a déclaré pour sa part Serge Daniel, le correspondant de FRANCE 24 au Mali, "C'est la première fois en huit mois que des combats opposent directement l'armée malienne aux islamistes d'Aqmi, de Mujao, d'Ansar Dine, de Boko Aram. Ça tire des deux côtés. Mais selon une source indépendante, l'armée malienne a déployé de grands moyens, des renforts sont venus du sud du pays", a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères burkinabè Djibril Bassolé, interrogé par FRANCE 24, s’est montré inquiet. "Nous sommes préoccupés par la situation au Nord où il nous a été signalé des mouvements de troupes. Nous lançons un appel à toutes les parties pour qu'elles se retiennent", a déclaré Djibril Bassolé.

Il a évoqué un retour de toutes les parties à la table des négociations "autour du 20 janvier".

La ligne de front malienne, le 14 janvier

Première publication : 09/01/2013

  • MALI

    Le groupe armé Ansar Dine annonce la reprise des hostilités

    En savoir plus

  • MALI

    Nord-Mali : les islamistes ont détruit les derniers mausolées de Tombouctou

    En savoir plus

  • MALI

    Ansar Dine et le MNLA prêts à cesser toute hostilité et à négocier avec Bamako

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)