Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : au coeur de raqqa, fief des jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : la Crimée à l’heure de la russification

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Miossec, poétique et sombre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Martin Schulz, Président du Parlement européen

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la bataille pour la présidence de l'UMP

En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

  • Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

    En savoir plus

  • Syrie : la coalition a bombardé un important complexe gazier tenu par l'EI

    En savoir plus

  • Sénatoriales : le FN a séduit quatre fois plus de grands électeurs que prévu

    En savoir plus

  • Plus de 3 000 migrants sont morts en Méditerranée depuis janvier

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes européens affluent en Irak pour combattre l’EI

    En savoir plus

Amériques

La justice autorise le report de l'investiture d'Hugo Chavez

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 10/01/2013

Le Tribunal suprême a jugé le report de la cérémonie d'investiture d'Hugo Chavez, hospitalisé depuis un mois à Cuba, conforme à la Constitution. La droite a pris acte de la décision tout en dénonçant une "paralysie" politique.

Le Tribunal suprême de justice (TSJ) a tranché. Dans le débat constitutionnel qui fait rage depuis plusieurs jours au Venezuela, la justice a donné raison au gouvernement en décrétant que la Constitution autorisait Hugo Chavez, toujours hospitalisé à La Havane, à prêter serment après la date du 10 janvier.

Les sept juges de la chambre constitutionnelle du TSJ ont décrété que l'investiture du chef de l'État, réélu en octobre, pourra intervenir à une date postérieure au 10 janvier. La présidente du TSJ, Luisa Estella Morales, a par ailleurs déclaré devant la presse qu'en vertu "du principe de la continuité administrative", le gouvernement et le vice-président Nicolas Maduro - désigné par Chavez lui-même comme son successeur - resteront en fonction jusqu'à ce que le chef de l'État soit en mesure d'être investi.

La juridiction a également indiqué que l'envoi d'une commission médicale à Cuba a été écarté. Cette proposition avait été demandée par l'opposition alors que le président demeure absent de la scène politique depuis le 11 décembre, date de sa quatrième opération d'un cancer.

État "stable"

Mardi soir, le président de l'Assemblée nationale, Diosdado Cabello, avait mis fin au suspens en confirmant qu'Hugo Chavez, réélu le 7 octobre, ne prêterait pas serment. Selon le dernier bilan de santé communiqué par le gouvernement le 7 janvier, son état est "stable" et il "assimile son traitement" après une grave infection pulmonaire, sans donner plus de précisions.

La Constitution prévoit que le chef de l'État élu prête serment le 10 janvier devant l'Assemblée nationale au cours d'une cérémonie qui doit se dérouler au Venezuela et ne peut être reportée. Mais la loi indique également que s'il ne peut prêter serment devant les députés, le président peut le faire devant le TSJ. Et, dans ce cas, aucune date n'est précisée.

"Il y a eu décision"

De son côté, l'opposition a pris acte de la décision du Tribunal suprême de justice. "Il y a eu une décision, il y a eu une interprétation du TSJ (...) maintenant c'est à vous M. Maduro que revient la responsabilité d'assumer votre charge et de gouverner", a déclaré l'opposant Henrique Capriles devant la presse en s'adressant au vice-président Nicolas Maduro, à qui Hugo Chavez a confié une partie de ses pouvoirs avant de quitter le pays le 10 décembre dernier. Capriles a rappelé qu'il n'avait pas demandé à ses partisans d'aller risquer une confrontation jeudi dans les rues de Caracas.

Jusqu'à présent, la droite avait réclamé que soit constaté un "défaut temporaire" du président considèrant qu'en restant en place le gouvernement s'engageait dans une forme de coup d'État institutionnel.

La droite affaiblie

S'il semble aujourd'hui jouer la carte de l'acceptation, Capriles ne baisse pas pour autant les armes. Il a maintenu ses accusations de "paralysie" du gouvernement et estimé que les "instances ne doivent pas répondre aux intérêts d'un parti", visant indirectement le TSJ, souvent décrié pour ses décisions favorables au gouvernement.

Mais dans ce bras de fer, l'opposition dispose d’une marge de manœuvre restreinte. "Elle est affaiblie par les deux lourdes défaites électorales qu’elle a subies", rappelle Jean-Baptiste Mouttet, journaliste spécialiste du Venezuela et co-auteur de "Grande revanche indienne". Défaites lors de la présidentielle en octobre, où Chavez a recueilli 55,25 % des suffrages, et lors des régionales de décembre, où 20 des 23 régions ont été remportées par le Parti socialiste unifié (PSUV) au pouvoir.

"À l'inverse, Hugo Chavez a gagné en popularité depuis l’annonce de sa maladie", poursuit Jean-Baptiste Mouttet. "Les socialistes le savent et les cadres, comme le vice-président Nicolas Maduro, font souvent référence au dirigeant convalescent", précise-t-il. L’opposition n’est donc pas en mesure de critiquer le leader charismatique au pouvoir depuis 1999. "Il serait périlleux d’attaquer trop frontalement Chavez, confirme Pierre-Philippe Berson. C’est un homme malade, sûrement mourant. L’opposition ne doit pas passer pour des charognards qui dansent autour d’un malade."

Première publication : 09/01/2013

  • VENEZUELA

    L'absence d'Hugo Chavez plonge le Venezuela dans le doute

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Que prévoit la Constitution en cas de défaut du président Chavez ?

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Hugo Chavez restera en fonction même s'il ne peut pas prêter serment

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)