Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Moyen-orient

Les rebelles syriens libèrent 48 détenus iraniens contre 2 130 civils détenus par Damas

© Capture d'écran YouTube

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/01/2013

Quarante-huit ressortissants iraniens (photo), prisonniers des rebelles syriens depuis le mois d'août, ont été remis en liberté mercredi contre la libération de 2 130 prisonniers civils détenus par Damas, selon une ONG turque.

Le régime syrien a commencé à libérer mercredi 2 130 prisonniers civils en échange de 48 ressortissants iraniens détenus par les rebelles syriens, selon l'organisation humanitaire islamique IHH (Fondation d'assistance humanitaire), basée à Istanbul. L'ONG turque a affirmé être en charge d’une médiation turque et qatarie, "qui est toujours en cours".

"Les 48 pèlerins iraniens ont été libérés", s’est contentée d’annoncer la télévision d'Etat. Le régime syrien de son côté n’a fait aucun commentaire sur cette affaire.     
 
Les otages iraniens sont arrivés dans un hôtel du centre de Damas où les attendait l'ambassadeur iranien, Mohammad Reza Chibani, a constaté une journaliste de l'AFP.
 
Les 48 Iraniens ont été enlevés début août par des rebelles syriens, qui les ont accusés d’être membres des Gardiens de la révolution venus prêter main forte à l'armée régulière du régime du président Bachar al-Assad. Téhéran, de son côté, avait assuré que les individus étaient des pèlerins chiites venus visiter des sites religieux en Syrie.
 
"C'est le fruit de négociations menées depuis des mois par notre organisation dans le cadre d'une diplomatie civile", a souligné Serkan Nergis, porte-parole de l’IHH. Les remises en liberté de prisonniers civils, dont quatre citoyens turcs, ont lieu depuis mercredi matin à Damas, Homs (centre), Idleb (nord), Lattaquié (ouest) et Tartous (ouest) notamment, assure l’organisation sur son compte Twitter.
 
Cette ONG, qui affirme opérer dans plusieurs pays arabes et musulmans, s'est fait connaître lors de l'assaut lancé par des commandos israéliens contre une flottille d'aide humanitaire pour Gaza qu'elle avait affrétée en 2010. Un évènement qui avait sensiblement détérioré les relations turco-israéliennes.
 
Plus récemment, la semaine dernière, l’IHH et une ONG qatarie ont affrété un convoi d'une trentaine de poids lourds pour acheminer 850 tonnes de farine en Syrie.

 

Première publication : 09/01/2013

  • SYRIE

    Bachar al-Assad refuse de discuter avec les "marionnettes de l'Occident"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : plus de 60 000 morts en 21 mois de conflit, selon les Nations unies

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, l'effondrement de l'économie menace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)