Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls en quête de confiance face aux députés

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak?

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : un Monaco diminué retrouve l'Europe dix ans après

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama veut envoyer 3 000 soldats en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

Moyen-orient

Décapitation d'une jeune Sri-Lankaise accusée d'avoir tué un bébé

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/01/2013

Le 9 janvier, le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé l'exécution de Rizana Nafeek, une employée de maison sri-lankaise reconnue coupable du meurtre d'un bébé de 4 mois dont elle avait la garde en 2005.

Une domestique sri-lankaise, Rizana Nafeek, a été décapitée au sabre, mercredi 9 janvier, près de Riyad, en Arabie saoudite, après avoir été condamnée à mort pour le meurtre du bébé de son employeur en 2005, a annoncé le ministère saoudien de l'Intérieur.

Le ministère a précisé, dans un communiqué cité par l'agence officielle Spa, que la suppliciée avait étouffé le bébé de 4 mois après une dispute avec son employeur, la mère de l'enfant. Une version des faits contestée par Amnesty International. Selon la célèbre ONG, la jeune femme avait d’abord "avoué" le meurtre pendant son interrogatoire, mais elle s’est rétractée depuis, affirmant que ses "aveux" lui avaient été arrachés sous la contrainte après qu’elle eut été agressée physiquement en détention.

Une des seules photographies connues de Rizana Nafeek

Rizana Nafeek affirme que le bébé s'est étouffé accidentellement en buvant son biberon. Selon Human Rights Watch (HRW), la jeune femme était mineure aux moments des faits. Une agence de recrutement au Sri Lanka avait falsifié la date de naissance figurant sur le passeport de Nafeek pour faire croire qu'elle avait 23 ans afin qu'elle puisse émigrer pour travailler, mais son acte de naissance atteste qu'en réalité, elle avait 17 ans à l'époque. Le droit international interdit la peine de mort pour les crimes commis avant l'âge de 18 ans.

Nafeek était incarcérée à la prison de Dawadmi depuis 2005. Il s'agit de la deuxième exécution par décapitation annoncée en Arabie saoudite depuis le début de l'année, après celle d'un Syrien condamné à mort pour trafic de drogue, le 8 janvier.

"Le prix du sang"

Catherine Ashton, la chef de la diplomatie européenne, s’est dite "consternée" par cette exécution. "Je reconnais la gravité du crime et exprime ma sympathie à la famille de la victime. Toutefois je ne crois pas que cette perte puisse être compensée par la mort de Rizana", a-t-elle déclaré. Elle a également rappelé que l'UE s'oppose à la peine de mort "dans tous les cas et toutes les circonstances".

HRW avait appelé, dans un communiqué publié mardi à New York, à surseoir à l'exécution en attendant de trouver un accord par lequel les parents de la victime accorderaient leur pardon à la domestique en échange d'un dédommagement financier, conformément au précepte de la charia (loi islamique) appelé "le prix du sang". La famille aurait toujours refusé de négocier la tête de la jeune Sri-Lankaise.

HRW a rappelé que le président du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa, avait écrit le 6 janvier au roi Abdallah d'Arabie saoudite pour plaider la cause de la domestique et demander un accord à l'amiable avec la famille de la victime.

Le viol, le meurtre, l'apostasie, le vol à main armée et le trafic de drogue sont passibles de la peine capitale en Arabie saoudite, qui applique de manière stricte la charia (loi islamique). En 2012, 76 personnes ont été décapitées, selon un décompte établi par l'AFP à partir de communiqués du ministère de l'Intérieur.

 

Première publication : 10/01/2013

  • ARABIE SAOUDITE

    Quand l'Arabie saoudite traque les femmes par SMS

    En savoir plus

  • POLÉMIQUE

    Facebook accusé de censure par un mouvement féministe arabe

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Et l’Arabie saoudite créa une cité industrielle réservée aux femmes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)