Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Afrique

Les autorités et la rébellion du Séléka s'accordent sur une trêve de sept jours

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/01/2013

Les pourparlers entre les acteurs du conflit en Centrafrique semblent se débloquer. La rébellion du Séléka a accepté un cessez-le-feu de sept jours sous conditions avec le régime du président François Bozizé.

Les difficiles pourparlers centrafricains de Libreville semblaient se débloquer jeudi soir avec l'annonce par la rébellion du Séléka de son accord pour un cessez-le feu provisoire d'une semaine avec le régime du président François Bozizé dont elle n'exige plus le départ.

"Nous allons donner notre accord de principe pour un cessez-le feu d'une semaine et observer sa bonne foi (du président François Bozizé). S'il nous la prouve, nous allons revenir à Libreville pour signer définitivement le cessez- le-feu", a déclaré le porte-parole Florian Ndjadder.

Mais le Séléka entend conditionner le cessez-le-feu provisoire: "Les forces mercenaires venues d'Afrique du Sud doivent quitter le territoire centrafricain, les prisonniers politiques doivent être libérés sans conditions pendant la même période", a affirmé M. Ndjadder. La rébellion demande également la nomination d'un nouveau Premier ministre issu de l'opposition.

"Nous avons la possibilité de marcher sur Bangui mais par respect des chefs d'Etat de la CEEAC (Communauté économique des Etats d'Afrique Centrale) nous allons démontrer que nous voulons la paix", a ajouté le porte parole.

Un sérieux échec menaçait jusque-là les pourparlers, en l'absence de concessions du pouvoir et des rebelles qui, ayant enlevé la majeure partie du pays depuis le 10 décembre, exigeaient le départ de Bozizé et sa traduction devant la Cour pénale internationale.

François Bozizé, très fragilisé en raison de la déroute de son armée face au Séléka, était arrivé jeudi après-midi à Libreville pour rejoindre d'autres présidents de la CEEAC, qui tentent de trouver une issue pacifique à la profonde crise politico-militaire déchirant l'un de ses plus pauvres Etat-membres.

Les présidents gabonais Ali Bongo, congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur dans ce conflit, tchadien Idriss Deby et équato-guinéen Téodoro Obiang N'Guema, participent au sommet, a constaté l'AFP.

Idriss Deby, président en exercice de la CEEAC, avait en 2003 aidé Bozizé à prendre le pouvoir par un coup d'Etat à Bangui.

Interrompues sans accord mercredi vers minuit, après 12 heures de discussions, les négociations avaient repris jeudi matin.

Les médiateurs espéraient au moins obtenir un cessez-le-feu de la part des protagonistes afin de permettre aux populations civiles, déplacées par les combats, de regagner leurs villes et villages.

"Le cessez-le-feu est très important, il pourrait aider à calmer l'anxiété des gens qui ont vraiment peur (...). Que les forces se retirent sur des positions neutres et que les gens puissent revenir chez eux", a déclaré la Représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies en République centrafricaine, Margaret Vogt.

"C'est un objectif très modeste, ensuite on pourra parler du reste", a-t-elle ajouté.

Reste à savoir si, en un délai de sept jours de cessez-le-feu, les nombreuses conditions militaires et politiques posées par les rebelles seront satisfaites à temps par un régime qu'ils accusent régulièrement de duplicité.

Auparavant, le Séléka avait répété son leitmotiv : le départ de Bozizé, lequel refuse catégoriquement, estimant qu'il a "perdu une bataille mais pas la guerre".

Dans un mémorandum présenté mercredi aux participants, la coalition rebelle demandait "la reconnaissance" par François Bozizé "et son régime de leur défaite militaire et leur abdication dans l'intérêt du peuple centrafricain". Elle recommandait même au chef de l'Etat de "se trouver une terre d'asile".

Le Séléka exigeait aussi "qu'une procédure soit engagée devant la Cour pénale internationale de la Haye contre François Bozizé" pour "faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité"

Dans son mémorandum, le Séléka reproche de nouveau au pouvoir le non-respect de divers accords de paix signés entre le gouvernement et les rébellions, notamment l'accord de paix global de Libreville de 2008.

Les accords de Libreville comprenaient la mise en place d'un programme de "Désarmement, démobilisation, réinsertion" en faveur des anciens rebelles qui, selon eux, n'a jamais été respecté.

AFP

Première publication : 10/01/2013

  • CENTRAFRIQUE

    Ouverture des négociations de paix entre le pouvoir, les rebelles et l'opposition

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    "Les Jeunes Patriotes Centrafricains", des défenseurs controversés

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Les rebelles de la Séléka menacent de marcher sur Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)