Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

La justice française libère Georges Ibrahim Abdahllah sous condition d'expulsion

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/01/2013

La cour d'appel de Paris a accepté de libérer le Libanais Georges Ibrahim Abdallah sous condition d'expulsion vers le Liban. Il avait été condamné à perpétuité pour complicité dans l'assassinat de deux diplomates en France.

Après 28 ans de détention, et alors que la période de sûreté assortie à sa peine a pris fin en 1999, Georges Ibrahim Abdallah pourrait bientôt sortir de prison. La cour d'appel de Paris a accepté, ce jeudi, de libérer le Libanais à condition qu’il soit expulsé.

Les juges d'appel confirment ainsi la décision rendue le 21 novembre dernier par le tribunal

d'application des peines de Paris, qui avait déjà répondu positivement à la demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah en la conditionnant à son expulsion. Mais le jugement avait été suspendu en raison de l'appel du parquet, opposé à cette remise en liberté.

Emprisonné depuis 1984, le Libanais Georges Ibrahim Abdallah a été condamné à perpétuité en 1987 pour complicité dans l'assassinat de deux diplomates en France. Engagé auprès du mouvement palestinien radical du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), il avait, en effet, été reconnu coupable dans les dossiers des assassinats de l'Américain Charles Robert Ray et de l'Israélien Yacov Barsimantov, en 1982, et de la tentative d'assassinat du consul américain à Strasbourg Robert Onan Homme, en 1984.

Alors que la défense estimait que sa démarche était politique et accusait la France de se soumettre aux États-Unis, le parquet avançait un risque de "récidive" du condamné pour justifier son opposition à sa sortie de prison. Il soulignait que l'homme n'avait pas indemnisé ses victimes et continuait de revendiquer ses actions.

Son avocat, Me Jacques Vergès, avait fait valoir qu'il était un détenu modèle et qu'il souhaitait rentrer au Liban pour reprendre son métier d'instituteur. Libérable depuis 1999, Georges Ibrahim Abdallah avait déjà obtenu une libération conditionnelle en 2003, mais celle-ci avait finalement été refusée par la juridiction d'appel en janvier 2004.

L'ambassadeur des États-Unis en France, Charles Rivkin, avait dit après la décision de première instance fin novembre "regretter" la décision du tribunal et espérer qu'elle serait annulée.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 10/01/2013

  • JUSTICE

    Georges Ibrahim Abdallah, terroriste sans pardon

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Retour sur l'affaire Georges Ibrahim Abdallah

    En savoir plus

  • FRANCE - LIBAN

    Georges Ibrahim Abdallah obtient sa libération conditionnelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)