Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Et si la gauche assouplissait les 35 heures?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

  • Contre-offensive des pro-russes à l'Est, Kiev en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Macron prêt à autoriser "toutes les entreprises" à déroger aux 35 heures

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

Afrique

Mort de trois Français au Rwanda : un secret d'État ?

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 14/01/2013

Le journal Libération fait le lien entre la mort inexpliquée de deux gendarmes français et de l’épouse de l’un d’eux avec le rôle joué par Paris au moment du génocide rwandais, en 1994.

Près de dix-neuf ans après la fin du génocide rwandais, un nouvel élément avancé par le quotidien français Libération daté de ce jeudi 10 janvier "renforce les doutes" sur le rôle de Paris dans les premières heures de la tragédie de 1994. Ils concernent la mort de trois Français, dont les deux gendarmes Jean-Paul Maïer et Alain Didot, et l'épouse de ce dernier, Gilda Didot, tués par balles à Kigali en avril 1994. Une "mort inexpliquée" qui "laisse planer de nouveaux soupçons sur le rôle de la France à l'époque où le Rwanda a basculé dans le génocide", écrit le journal qui consacre sa "une" à cette affaire. 

Ce dernier assure dans son édition de ce jeudi que le certificat de décès établi par l'armée française pour "au moins" une des trois victimes françaises est un faux en écriture. Libération se base sur le médecin, dont la signature figure au bas de celui de René Maier, dénommé Jean dans le certificat, qui dément l’avoir établi et qui met en doute les conclusions qui évoquent une mort "d’origine accidentelle" causée par des "balles d’arme à feu". Des faits jugés "gravissimes" par le juge parisien Marc Trévidic qui a découvert ces faits dans le cadre de son enquête sur l'attentat contre l'avion du président hutu Juvénal Habyarimana, qui fut le déclencheur du génocide rwandais, dans lequel plus de 800 000 Tutsis et opposants hutus furent massacrés, selon l'ONU.

"Que savaient-ils ?"

Le quotidien rappelle que les corps des trois ressortissants français retrouvés morts les 12 et 13 avril 1994 ont été rapatriés en France via Bangui, où les certificats de décès ont été établis. Un maquillage qui n’a pu être fait "sans l’aval de responsables à Paris", poursuit Libé. "Ce faux grossier et la pression des autorités françaises sur des familles sommées à l’époque de renoncer à toute demande d’explication oblige désormais à s’interroger autrement sur les motifs et les circonstances de ces assassinats", estime Sylvain Bourmeau dans son éditorial.
 
Le journal se demande si les deux gendarmes, chargés des transmissions radio entre l’ambassade de France et l’armée rwandaise, n’ont pas "surpris des discussions qu’ils n’auraient pas dû entendre". Notamment le 6 avril 1994, jour de l’assassinat du président Juvénal Habyarimana. "Que savaient-ils ? Que soupçonnaient-ils lorsque l’avion du Président est abattu, le 6 avril au soir ?", s’interroge le quotidien.
 
Un rapport d'expertise français sur cet attentat, dévoilé en janvier 2012, a exonéré l'actuel président tutsi Paul Kagame, dont des proches avaient été inculpés en France pour leur participation présumée à cet assassinat. Sans pour autant que ne soient encore éclaircies les zones d’ombres et ne soient révélées les identités des commanditaires.

 

Première publication : 10/01/2013

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    Le Tribunal international pour le Rwanda rend son dernier jugement en première instance

    En savoir plus

  • RWANDA

    Des armes françaises dans l'arsenal rwandais à la veille du génocide

    En savoir plus

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : "Le rapport d'expertise est à prendre au sérieux"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)