Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les journalistes libérés attendus à Paris dimanche matin

    En savoir plus

  • "Les journalistes français retrouvés près de la zone contrôlée par l'EIIL"

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : plus de 100 morts dans un raid pour du bétail

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Des tracts antisémites inquiètent la communauté juive de Donetsk

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

Amériques

Barack Obama précise le calendrier de retrait des troupes américaines

©

Vidéo par Vanessa TSANGA TABI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 12/01/2013

À l'issue d'une rencontre avec son homologue afghan, le président américain Barack Obama a évoqué le retrait des troupes américaines prévu en 2014. Il a précisé qu'elles ne joueraient plus qu’un rôle de soutien à l'armée afghane dès le printemps.

Barack Obama a déclaré vendredi à Washington qu'il attendait les recommandations prochaines de ses conseillers militaires pour décider d'une éventuelle accélération du retrait des troupes américaines en Afghanistan prévu avant la fin de 2014. Le président américain a également précisé que les troupes américaines et les soldats de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) présents en Afghanistan joueraient un rôle plus en retrait, de soutien à l'armée afghane dès le printemps.


"À partir de ce printemps, nos soldats auront une mission différente: former, conseiller, assister les forces afghanes. Ce sera un moment historique, et une nouvelle étape vers une souveraineté pleine et entière" pour les Afghans, a précisé M. Obama lors de cette intervention.

Le président américain s’exprimait lors d'une conférence de presse organisée à la Maison Blanche aux côtés de son homologue afghan Hamid Karzaï, qu'il recevait pour un entretien centré sur le calendrier et l'ampleur du retrait américain.

"Je suis très heureux d'entendre le président dire (...) qu'au printemps de cette année, les forces afghanes seront pleinement responsables de la sécurité et de la protection du peuple afghan et que les forces internationales, les forces américaines, ne seront plus présentes dans les villages, que ce sera le rôle des forces afghanes", lui a répondu le président afghan.

Les prochaines étapes du retrait seront annoncées dans les mois à venir, a dit Obama qui a par ailleurs prévenu qu'une éventuelle présence de soldats américains sur le sol de l'Afghanistan après la fin de la mission de combat de l'Otan en 2014, dossier dont les modalités n'ont pas encore été fixées, n'était envisageable que si Kaboul acceptait de leur accorder l'immunité juridique.

Pas de réconciliation avec les Taliban

Au cours de la campagne pour sa réélection, le président des États-Unis a promis de poursuivre le désengagement des troupes américaines déployées en Afghanistan, tout en préparant les Afghans à faire face à leurs responsabilités lorsque les unités combattantes seront parties, ce qui est prévu avant la fin 2014.

La visite d'Hamid Karzaï a lieu en plein débat sur le rôle militaire des Etats-Unis après cette échéance. La Maison Blanche n'exclut pas un retrait complet, comme en Irak, il y a deux ans. De son côté, le Pentagone plaide pour le maintien d'un contingent de plusieurs milliers d'hommes pour former l'armée afghane.

Les discussions autour de l'"option zéro" pourraient toutefois viser à obtenir des concessions de la part du président afghan en ce qui concerne l'immunité judiciaire des effectifs éventuellement appelés à rester sur place dans le cadre du pacte bilatéral en cours d'élaboration.

"Les soldats américains en Afghanistan auront besoin d'une invitation du gouvernement afghan après 2014 et d'une immunité judiciaire", a dit Obama.

Il a ajouté qu'il espérait conclure cette année un accord sur l'entraînement de troupes afghanes par des soldats américains et qu'il soutenait l'ouverture d'un bureau à Doha pour faciliter les négociations entre le Haut conseil pour la paix (HCP) afghan et les représentants autorisés des Taliban.

Il a souligné qu'il ne serait pas possible pour l'Afghanistan de se réconcilier avec le mouvement taliban à moins que le groupe islamiste ne renonce au terrorisme.

Les États-Unis ont 68 000 soldats en Afghanistan. D'ici le 31 décembre 2014, date officielle de la fin des missions de combat de l'Isaf, ces effectifs doivent être considérablement réduits.
 

Première publication : 11/01/2013

  • AFGHANISTAN

    L'Otan confirme le calendrier de retrait des troupes d'Afghanistan

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Australie annonce le retrait anticipé de ses troupes

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les troupes américaines entament leur retrait au nord-est de Kaboul

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)