Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Moyen-orient

Gaza : à l'université du Hamas, on enseigne... l'hébreu

© AFP

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 11/01/2013

Depuis le début de l’année universitaire, dans la bande de Gaza, le gouvernement du Hamas a créé une filière dédiée à l’étude de l'hébreu pour former des enseignants palestiniens. "Un acte de résistance", selon le mouvement islamiste.

"Comme les juifs occupent nos terres, nous devons comprendre leur langue." Telle est la conclusion à laquelle est arrivée le ministre de l'Éducation, à Gaza, qui a introduit, depuis la rentrée, la possibilité pour les étudiants palestiniens d’étudier l'hébreu dans la principale université du Hamas.

Ils sont 19 étudiants à s'être inscrits à la nouvelle formation proposée par l'université. Leurs motivations sont diverses. Pour nombre d’entre eux, la démarche est avant tout pacifique. Il s’agit de savoir lire les journaux, écouter la télévision ou la radio israélienne ou lire des livres d'histoire sur le Moyen-Orient. D’autres avancent l’intérêt culturel. "Je ressens le devoir d’apprendre l’histoire, la politique et la culture des Israéliens", confie Jihad Abu Salim, un étudiant de 24 ans qui débute les cours, au site d'information Haaretz, le 10 janvier. Et d’ajouter : "Les restrictions israéliennes et la difficulté de parler avec des natifs hébreux rend l’apprentissage de la langue très compliqué mais je le prends comme un défi à relever". Certains invoquent enfin l’absolue nécessité de maîtriser la langue de l'"ennemi" pour mieux en comprendre les agissements.

Apprendre la langue de l'"ennemi"

Les responsables de l'éducation de la bande de Gaza ne comptent pas en rester là. Ils veulent que l’apprentissage de l’hébreu soit progressivement réintroduit dans le cursus des écoles secondaires.

Le but affiché par l'organisation islamiste est d'enseigner à sa population la langue de l'ennemi. Pour le Hamas, la connaissance de la langue des Israéliens fait partie de la résistance.

Depuis la rentrée, plusieurs établissements scolaires dans la bande de Gaza dispensent ainsi des cours d'hébreu. Dès la 3e, des élèves peuvent choisir d'apprendre la "langue du voisin". Les cours ont lieu trois fois par semaine et sont délivrés par des professeurs qui ont travaillé en Israël ou qui en maîtrisent la langue.

C’est la première fois que la langue hébraïque est enseignée dans les écoles de Gaza en près de 20 ans. Si le programme scolaire est jugé satisfaisant, le Hamas étendra l’initiative aux 180 écoles que compte Gaza.

Les écoles secondaires de la bande de Gaza ont cessé d'enseigner l'hébreu au milieu des années 1990. La décision du Hamas de faire revenir la langue en classe suggère que les islamistes reconnaissent que leur destin sera lié à celui du peuple juif pendant de nombreuses années à venir.

L’arabe enseigné en Israël au nom de la "tolérance"

De l'autre côté de la frontière, en Israël, les études d’arabe sont obligatoires à partir de la septième jusqu'à la neuvième année scolaire (de la 6e à la 4e en France), alors que certaines écoles continuent à enseigner la langue jusqu’à la fin de leurs études secondaires. L’arabe est la seconde langue officielle d’Israël. L’ancien chef des études arabes au ministère israélien de l’Éducation, le docteur Shlomo Alon, a déclaré à Walla News il y a deux ans qu’ "étudier l’arabe va promouvoir la tolérance et transmettre un message d’acceptation".

En dépit des intentions du Hamas, certains Israéliens veulent voir dans cette initiative un message de paix. "Enseigner l'hébreu pourrait ouvrir les portes de la compréhension", a déclaré Gershon Baskin, un militant de la paix israélien.


 

Première publication : 11/01/2013

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Hamas et le Fatah relancent le processus de réconciliation au Caire

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Le tiraillement des artistes israéliens

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Quelque 100 000 Gazaouis fêtent les 25 ans du Hamas en présence de Mechaal

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)