Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

Marseille, capitale européenne de la culture : un défi à relever pour la sulfureuse cité phocéenne

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/01/2013

Capitale de la culture européenne, Marseille va se trouver enrichie, dès samedi et ce pendant une année, d'institutions culturelle majeures. Une opportunité que la cité phocéenne veut saisir pour changer son image de ville violente.

La ville de Marseille devient ce samedi "capitale européenne de la culture". Art contemporain dans l'espace public, cirque, transhumance entre Italie et France, spectacles pyrotechniques, exposition Rodin, rétrospective majeure sur la modernité en peinture... Une centaine d'expositions et performances seront programmées sur tout le territoire provençal autour du thème de la Méditerranée, pendant une année.

De Marseille à Arles en passant par Istres, Aix, Martigues, Aubagne... un peu plus de 90 millions d'euros, venus en grande majorité des collectivités, ont été investis pour la programmation et le fonctionnement des évènements de Marseille-Provence 2013 (MP 2013).

À cette occasion, la cité phocéenne se trouve enrichie d'institutions culturelles majeures. Ainsi la Tour-Panorama de la Friche de la Belle de Mai doit accueillir dès samedi l'exposition "Ici ailleurs", avant l'ouverture du Musée Regards de Provence en février, de la Villa Méditerranée et du Fonds régional d'art contemporain (Frac) en mars. Au total 660 millions d'euros pour une vingtaine de chantiers culturels.

Attendu samedi à Marseille pour le lancement des festivités, le chef de l' État François Hollande a été contraint d'annuler son déplacement à la dernière minute en raison de l'intervention militaire française au Mali. Il devait poser la dernière pierre du Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem) qui ouvrira en juin près du port, face à la mer.

Un défi pour Marseille

Mais derrière cette vitrine fastueuse et prometteuse, Marseille a un lourd défi à relever. Car dans les esprits, la cité phocéenne n’est pas associée au monde de la culture, contrairement à Lille par exemple (capitale européenne en 2004).

Elle est plutôt synonyme de ville rebelle, bruyante, violente et mafieuse. Il faut dire que depuis plusieurs mois, Marseille est rongée par des règlements de comptes - qui ont fait plusieurs dizaines de morts en 2012 - et par des affaires de policiers "ripoux". Une réputation sulfureuse dont le président de MP-2013, Jacques Pfister, entend jouer : Marseille la rebelle, seconde ville de France, "ne sera pas l’enfant sage de la culture mais le turbulent créateur de cultures multiples", promet-il.

Pour Yannis Augustides, président de l’association Accueil Ville française (AVF), interviewé par le quotidien "La Croix", l’occasion est inespérée pour changer les représentations sur la ville : "Ceux qui arrivent ici ont l’image d’une ville compliquée et fascinante, témoigne-t-il. Soit on adore Marseille, soit on la déteste."

Ce Marseillais mène au quotidien une bataille contre les clichés qui gangrènent sa ville, mais "qui ont une part de vérité". "Marseille évoque soit le soleil, l’OM, les grillons, la plage, le pastis, Fernandel et Pagnol, soit la ville mafieuse, les règlements de comptes et les Kalachnikovs…", regrette-t-il.

Faire de la marmite marseillaise un bouillon de culture, voilà le pari de MP-2013, qui devra prouver au cours des 365 prochains jours que d’une genèse agitée, il saura faire naître un événement à la hauteur des attentes.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 11/01/2013

  • FRANCE

    Deux jeunes hommes abattus lors d'un nouveau règlement de comptes à Marseille

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marseille : dissolution d'une équipe de la BAC gangrenée par des "ripoux"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)