Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 22/01/2013

États-Unis, la loi des armes

Le 14 décembre, la fusillade de Newtown touchait l'Amérique en plein cœur. Ce jour-là, dans une école élémentaire, un jeune de 20 ans abattait vingt écoliers et six professeurs avec une arme de guerre. Ce massacre a relancé le débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis. Notre reporter a enquêté.

Arrivé au Colorado, le décor est planté. Les grands espaces, les montagnes vertigineuses… et sur la route de l'aéroport, un panneau : "Tanner Gun Show". Une foire aux armes tristement célèbre pour avoir vendu des armes semi-automatiques ayant servi dans l'une des plus grandes tragédies américaines des dernières années : Columbine.

C'était il y a quinze ans, un matin d'avril. Deux lycéens abattaient douze de leurs camarades et un professeur. Et puis l'histoire s’est répétée à quelques kilomètres de là. L'été dernier, un jeune garçon a pris d'assaut une salle de cinéma armé d'un fusil semi-automatique. Bilan : 12 morts et 58 blessés.

Le spectre de la fusillade plane sur le Colorado. L'État est connu pour son "progressime" en matière d'armes. En juillet, il est devenu le premier à obliger les universités publiques à autoriser le port armes dans l'enceinte des établissements. Seize universités sont concernées.

En arrivant sur le campus de Boulder, je m'attends à assister à un débat, j'imagine des étudiants en colère contre cette loi. Pas du tout. Première surprise : une partie des étudiants ne semble même pas être au courant de la loi entrée en vigueur l’été dernier… Les autres, quant à eux, l'encouragent.

Je rencontre Katherine, 26 ans, étudiante en droit, polyglotte et végétarienne. Pour elle, il est important de distinguer "les affolés de la gâchette" des militants du port d'arme "dissimulé". À force d’insistance, elle finit par accepter de montrer son arme. Quand elle n'est pas dans son sac, elle la cache dans une gaine qui monte jusque dans le dos. La jeune étudiante porte un petit pistolet de la taille d’un Smartphone, toujours chargé de six balles.

"Background check"

Mais c'est dans les armureries que j'ai fait des découvertes surprenantes. Étalées sur les murs, des dizaines de fusils, catégorie snipers ou semi-automatiques. J'imagine que le processus pour obtenir une telle arme est complexe, qu'il faut passer un permis et prouver sa stabilité mentale. Après tout, ces armes peuvent tirer jusqu'à 60 cartouches par minute. Dans toutes les armureries, on m'affirme d’ailleurs que, pour obtenir ces fusils, il faut effectuer un "background check".

En réalité, je découvre que ce processus consiste en une simple demande d'extrait de casier judiciaire. Le permis, même s'il est conseillé, n'est pas obligatoire pour acheter une arme de guerre. Pire encore : je découvre que ce système ne prend pas en compte les internements psychiatriques ! C'est ainsi que le tueur de Virginia Tech a pu se procurer des armes en toute légalité...

Résignation face à la violence

Direction la Virginie, à la rencontre de Joe et de Mona Samaha. Ils habitent dans une banlieue aisée de la côte est des États-Unis, avec ses jardins et ses maisons coquettes. Dans l'entrée de leur maison trône une photographie géante de leur fille Reema, morte dans la tuerie de Virginia Tech.

Mona raconte qu'elle n'imaginait pas un instant que sa fille puisse figurer sur la liste des victimes. Les armes et ses drames semblaient appartenir à une autre Amérique que la sienne.

Cinq ans plus tard, la famille Samaha dresse un triste constat : plus les fusillades se succèdent, plus les armes gagnent du terrain aux États-Unis. C'est finalement l'un des aspects les plus marquants de ce reportage : cette résignation face à la violence. Et cette certitude qui habite tous les Américains : dans une semaine, un mois ou dix ans, une nouvelle tuerie traumatisera le pays.
 

Un reportage de Rayan Hindi et Stéphanie Brillant.

Par Rayan Hindi

COMMENTAIRE(S)

Les archives

15/02/2018 Afrique

Au Malawi, la violente "initiation sexuelle" des jeunes filles par les "hyènes"

Dans le sud du Malawi existe un rituel initiatique violent : les jeunes filles qui atteignent la puberté doivent avoir des relations sexuelles forcées avec une "hyène", un homme...

En savoir plus

09/02/2018 Asie - pacifique

Chine : sur la trace des disparus du pouvoir

En Chine, tous les moyens sont bons pour mettre au pas la société civile. Pressions, arrestations et même disparitions : depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping, des opposants...

En savoir plus

08/12/2017 Migrants

Libye-Italie : les migrants pris entre deux feux

Ces derniers mois, les migrants sont moins nombreux à tenter de traverser la Méditerranée, découragés par les nouvelles politiques italienne et libyenne. Emprisonnés, torturés,...

En savoir plus

01/02/2018 EUROPE

Vidéo : avec des migrants guinéens, à l'épreuve des Alpes

Depuis quelques temps, des groupes de migrants se lancent régulièrement à l'assaut du col de l'Échelle, qui culmine à 1 762 mètres d'altitude dans les Hautes-Alpes, pour tenter...

En savoir plus

26/01/2018 FRANCE

Vidéo : Saint-Laurent-du-Maroni, porte d'entrée clandestine vers la Guyane française

À Saint-Laurent-du-Maroni, la deuxième ville de Guyane, un habitant sur trois est étranger et, bien souvent, en situation irrégulière. Les clandestins, venus notamment du...

En savoir plus