Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le rapt revendiqué par un groupe lié à l'EI

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

Afrique

La France mène plusieurs raids au Mali, un soldat français tué

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/01/2013

Lors d'une conférence de presse samedi, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a confirmé que l'armée française avait procédé à des frappes aériennes contre des islamistes au Mali. Un pilote d'hélicoptère français a trouvé la mort.

  • Lors d’une allocution à l'issue d'un conseil de défense exceptionnel, François Hollande a estimé samedi qu’un "coup d’arrêt" avait été porté aux "adversaires" au Mali. Le chef de l’État a par ailleurs annoncé le renforcement du plan Vigipirate en France "dans les meilleurs délais".
  • Lors d’une conférence de presse ce samedi, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé qu'un pilote d'hélicoptère français a été mortellement blessé lors d'un raid "contre une colonne terroriste" se dirigeant vers le sud du Mali après la prise de Kona.

    Il a par ailleurs insisté sur le fait qu’une intervention "en appui aux forces maliennes" était primordiale "pour la sécurité de la région, de la France et de l’Europe". "Nous nous devions de réagir avant qu’il soit trop tard. Les groupes islamistes menacent de mettre en place un État terroriste à portée de la France, par des groupes hostiles à la France", a déclaré Jean-Yves Le Drian. "Nous poursuivrons ces actions aussi longtemps que nécessaire", a-t-il ajouté.
     
  • Selon Jean-Yves Le Drian, les services de renseignement français ont permis de détecter la préparation d’une importante offensive des trois groupes islamistes - Mujao, Aqmi et Ansar Dine - sur le sud du Mali.
     
  • Plusieurs unités militaires françaises ont été déployées à Bamako pour sécuriser la ville mais aussi pour protéger les ressortissants français et européens. "Quelques centaines de soldats français sont engagés" à Bamako, a précisé le ministre de la Défense.


     
  • Vendredi, l'armée malienne a repris la ville de Konna, située à la limite avec le Nord-Mali contrôlé par les rebelles islamistes, selon un responsable du ministère de la Défense malien. La veille, les insurgés, avaient pris possession de cette localité, dans une tentative de percée vers le sud du pays.
     
  • Selon les informations de FRANCE 24, les troupes françaises sont intervenues non seulement dans les airs mais aussi au sol en soutien de l'armée malienne. Les bombardements aériens français ainsi que les combats ont fait plus de 100 morts, selon l'armée malienne et des témoins. Par ailleurs, plusieurs centaines de troupes de la Cédéao devraient être déployées sur place lundi selon la Côte d'Ivoire. Elles devraient être dirigées par un général nigérian. Le Niger et le Burkina Faso ont par ailleurs chacun annoncé le déploiement de 500 hommes.
     
  • En réaction à cet engagement français, Ansar Dine, l'un des groupes islamistes qui occupent le Nord-Mali, a menacé Paris de représailles. "La France va sûrement payer le prix de cette décision. Nous ne sommes pas faibles. [...] Nous n'avons pas d'avions ou de missiles mais nous avons foi en Dieu et ça vous nous mener vers la victoire", a déclaré Sanda Ould Bouamama, porte-parole d'Ansar Dine, vendredi soir sur FRANCE 24.


     
  • Dans ce contexte, les familles des 8 otages français détenus par des groupes islamistes dans la région craignent pour la vie de leurs proches. "Nous sommes tétanisés", a déclaré Jean-Pierre Verdon, le père de l'un des otages."La situation est extrême et par conséquent on est devant le poste de télévision en attendant de voir si on peut avoir une évolution des informations", a-t-il réagi. Vendredi, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré que la France ferait "tout pour [les] sauver", soulignant que "ce sont les mêmes groupes qui sont à la fois les preneurs d'otages et les groupes terroristes qui descendent vers le sud du pays".
     
  • Outre le front militaire, Paris est aussi engagé sur le front diplomatique. La France a ainsi écrit au Conseil de sécurité de l'ONU pour demander l'accélération de la mise en œuvre de la résolution 2085. Ce texte approuvé fin décembre autorise le déploiement d'une force internationale au Mali.
     
    Quel est le sens de la démarche française auprès de l'ONU ?
  • À Washington, la Maison Blanche a dit partager les objectifs de la France. Les Etats-Unis envisagent d'apporter à un appui "logistique" et des drones de surveillance à l'armée française, a fait savoir un haut responsable sous couvert d'anonymat.
  • Vendredi, François Hollande avait confirmé dans une brève allocution que des troupes françaises étaient arrivées dans la journée en soutien des unités maliennes. Une opération qui "durera le temps nécessaire", selon le président français. "Nous intervenons dans le cadre de la légalité", a-t-il poursuivi, précisant que le Parlement français serait "saisi dès lundi" de ce dossier.

  • Le président malien a annoncé l'entrée en vigueur de l'état d'urgence dans tout le pays.
  • Dans un message télévisé à la nation, le président malien, Dioncounda Traoré, a exhorté ses compatriotes à "la mobilisation générale" autour de l'armée malienne. "Nous porterons une riposte cinglante et massive à nos ennemis", a-t-il déclaré.
  • Lors d’une conférence de presse au Quai d'Orsay, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé qu’il fallait "stopper l’avancée vers le sud des terroristes qui menacent toute l’Afrique et même l’Europe", précisant qu’il y avait eu une intervention aérienne française
     
  • Plus tôt dans la journée, le Quai d'Orsay avait appelé les ressortissants français dont la présence n'est pas indispensable dans le pays à quitter le Mali.
     
  • Selon Oumar Dao, chef des opérations au ministère de la Défense à Bamako, le Nigeria et le Sénégal fournissent également une aide militaire aux forces gouvernementales maliennes. Une information non confirmée par l’armée sénégalaise qui a de son côté affirmé qu’il n’y avait pas de troupes du Sénégal engagées dans le conflit. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, n’a par ailleurs pas confirmé la présence de forces africaines sur place. Cependant, le président de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a autorisé vendredi l'envoi immédiat de troupes au Mali.
  • Le président de l'Union africaine, Thomas Boni Yayi, s'est félicité de la décision de la France, déclarant être "aux anges". Le Royaume-Uni a annoncé soutenir la décision de la France d'apporter un soutien militaire au gouvernement malien, a déclaré vendredi le secrétaire au Foreign office, William Hague. Du côté de Berlin, le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a défendu cette décision, soulignant que Paris "a agi à la demande" de Bamako. La Maison Blanche, quant à elle, a affirmé qu'elle partageait les objectifs de la France au Mali.
  • En France, quasiment tous les partis d’opposition appuient l’initiative de François Hollande. Le président de l'UMP, Jean-François Copé, et l'ancien Premier ministre, François Fillon, ont apporté vendredi, chacun de leur côté, leur "soutien" à l'intervention de l'armée française au Mali. La présidente du Front national, Marine Le Pen, a, pour sa part, parlé d’une "intervention légitime". Rare voix dissonante : le chef de file du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a estimé que l’intervention était "discutable", jugeant "condamnable" le fait que la décision ait été prise "sans en saisir préalablement ni le gouvernement ni le Parlement".


La ligne de front malienne, le 14 janvier


Première publication : 12/01/2013

  • MALI

    La crise malienne, du coup d'État à l'intervention des forces françaises

    En savoir plus

  • MALI

    Avec l'aide de la France, l'armée malienne reprend le contrôle de Konna

    En savoir plus

  • Sur Les Observateurs

    "Si les groupes armés prennent Sévaré, je m’enfuirai à moto le plus loin possible"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)