Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

SPORT

Exil fiscal : Tsonga répond aux critiques après son accession à l'Ordre du mérite

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/01/2013

Au cœur d'une polémique depuis qu'il a été décoré, le tennisman français Jo-Wilfried Tsonga, installé en Suisse depuis 2008, affirme avoir versé 230 000 euros d'impôts au fisc français l'an dernier.

Jo-Wilfried Tsonga, numéro un du tennis français mais résident suisse depuis 2008, a répliqué vendredi aux critiques sur son "exil fiscal", révélant avoir acquitté 230.000 euros d'impôts en France en 2012.

La question du statut fiscal des joueurs de tennis français a donné lieu à une polémique depuis que Jo-Wilfried Tsonga, Michaël Llodra, Julien Benneteau et Richard Gasquet, médaillés aux Jeux olympiques de Londres, ont été élevés fin décembre au rang de chevalier de l'Ordre national du mérite.
  
Du quatuor concerné, seul Llodra réside en France.
  
A Melbourne, où il prépare l'Open d'Australie, Jo-Wilfried Tsonga a revendiqué un statut d'ambassadeur et a révélé qu'il avait versé 230.000 euros l'an dernier au fisc français sur la foi de sa déclaration de revenus 2011.
  
"Je me suis acquitté de 230.000 euros pour quarante-sept jours de présence sur le territoire français. Un calcul effectué à partir de mes seuls revenus provenant de Roland-Garros, Bercy, Marseille, Metz et de la Coupe Davis", a-t-il dit, ajoutant qu'un prélèvement à la source était à l'oeuvre sur les tournois disputés à l'étranger.
  
Le 8e joueur mondial s'est montré agacé par les critiques. "On dit qu'on est exilé fiscal mais j'ai le droit d'habiter où je veux", a-t-il lâché. "Je crois que les gens n'ont pas tous les éléments pour juger. Je voyage beaucoup à travers le monde et j'ai l'impression de donner une image positive de mon pays, de faire mon devoir."
  
"Dernièrement, j'ai été listé pour recevoir la Légion d'honneur et beaucoup de gens ont trouvé cela scandaleux. Moi, quand je me regarde dans la glace, je n'ai pas forcément besoin d'une médaille pour savoir si ce que je fais est bien ou pas. On me la décerne pour avoir remporté une médaille olympique. Mon oeuvre, ce n'est pas forcément cette médaille olympique. Mon mérite, c'est aussi de bien représenter mon pays ou de sauver des enfants via mon association", a-t-il plaidé.
 
"Si demain je me blesse, je n’ai plus rien"
 
Depuis le début de sa carrière, Jo-Wilfried Tsonga, 27 ans, a amassé 10.676.927 dollars de gains (environ 8 millions d'euros), dont 2.376.640 (1,8 million d'euros) en 2012. Des sommes confortables auxquelles il faut ajouter les garanties et les contrats avec les différents sponsors.
 
"Je ne veux pas dire combien il m'en reste une fois tous les impôts ponctionnés, a-t-il dit. Je n'ai pas à me plaindre mais je l'ai gagné à la sueur de mon front. Je ne vais pas refuser ce qu'on me donne."
  
"Je ne viens pas d'un milieu très riche. Mes parents étaient professeurs. Il y a la peur du manque."
  
Tsonga se définit comme étant son propre chef d'entreprise. "Si demain je me blesse, je n'ai plus rien. Je ne suis pas salarié d'un club, comme un footballeur ou un basketteur. Je cotise pour la Sécurité sociale et la retraite, pour lesquelles je n'aurai pas droit. Quand je vais chez le dentiste pour une carie, je paie 500 euros."
  
Tête de série numéro sept de l'Open d'Australie, Jo-Wilfried Tsonga débutera son tournoi mardi face à Michaël Llodra, paradoxalement l'un des rares joueurs tricolores à être domicilié en France.


REUTERS

 

Première publication : 12/01/2013

  • FRANCE

    Tsonga décoré : le gouvernement tente de minimiser la polémique

    En savoir plus

  • FRANCE

    Domicilié en Suisse, Tsonga accède à l’Ordre national du mérite

    En savoir plus

  • EXIL FISCAL

    Vladimir Poutine accorde la citoyenneté russe à Gérard Depardieu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)