Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

La justice égyptienne ordonne que Moubarak soit rejugé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2013

La Cour de cassation a accédé dimanche à la demande de l'ancien chef de l'État Hosni Moubarak d'être rejugé en appel après sa condamnation à la prison à vie. Ses deux fils et son ex-ministre de l'Intérieur auront également droit à un nouveau procès.

La Cour égyptienne de Cassation a ordonné dimanche un nouveau procès pour le président déchu Hosni Moubarak et son ministre de l'Intérieur, Habib el-Adli, condamnés en juin à la prison à vie en pour la répression de la révolte de 2011, selon un correspondant de l'AFP.

La Cour, qui a rendu son arrêt à l'issue de quelques minutes de délibération, a décidé d'accepter les appels des accusés et d'ordonner un nouveau procès pour M. Moubarak, ses deux fils Alaa et Gamal, son ministre de l'Intérieur, et six responsables des services de sécurité.

L'annonce de la Cour a été accueillie aux cris de "Vive la justice" par des partisans du président déchu qui brandissaient son portrait, selon le correspondant.

M. Moubarak avait été condamné le 2 juin à la prison à vie, tout comme son ministre de l'Intérieur, pour la mort de manifestants durant la révolte de 2011. En revanche, six anciens hauts responsables de sa police avaient été acquittés.

Les deux fils de M. Moubarak, Alaa et Gamal, avaient de leur côté vu les accusations de corruption qui pesaient sur eux déclarées prescrites par la cour.

Ces verdicts, tout particulièrement les acquittements des hauts responsables de la police, avaient poussé des milliers d'Egyptiens à manifester au Caire et dans plusieurs autres villes.

Agé de 84 ans, M. Moubarak était le premier des dirigeants emportés par le Printemps arabe à être jugé après trois décennies passées à la tête de l'Egypte.

AFP
 

Première publication : 13/01/2013

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak transféré vers un hôpital militaire

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'ex-Premier ministre de Moubarak écope de trois ans de prison pour enrichissement illégal

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Londres accusé d'abriter des biens des caciques du régime Moubarak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)