Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

FRANCE

Jour J pour les opposants au mariage gay

© AFP

Vidéo par Cécile GALLUCCIO , France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/01/2013

Des dizaines de milliers de manifestants sont attendus à Paris pour protester contre le projet de loi autorisant les unions des personnes de même sexe. Des personnalités religieuses et politiques doivent se joindre aux cortèges.

Les opposants au mariage homosexuel convergent massivement dimanche à Paris pour battre le pavé contre cette promesse de François Hollande, une démonstration de force soutenue par l'Eglise et à laquelle participent des cadres de l'UMP et du FN.
              
La marche, qui intervient alors que Vigipirate a été renforcé samedi, débute à 13H00 : trois cortèges partiront de Porte Maillot (XVIIe), de place d'Italie (XIIIe) et de Denfert-Rochereau (XIVe), ralliant le Champ-de-Mars (VIIe), comme prévu par le collectif "La Manif pour tous", organisateur de l'évènement.
              
Le collectif, qui avait rassemblé 100.000 personnes contre le projet le 17 novembre, espère faire beaucoup mieux cette fois. La police attend entre 150.000 et 300.000 participants.
              
Ce rassemblement s'annonce comme l'un des plus importants, à droite, depuis celui pour la défense de l'école libre qui avait réuni 850.000 personnes à Paris en 1984.
              
Il a lieu juste après le renforcement du plan Vigipirate, en particulier pour les transports publics et les rassemblements de personnes, décidé après les opérations françaises au Mali et en Somalie.
              
Rassemblant des élus, des associatifs, des religieux ou de simples citoyens, la marche se veut "festive, familiale" et revendiquera des états généraux ou un référendum. Et "ensuite, nous ferons la fête", assure l'humoriste catholique Frigide Barjot, égérie du collectif.
              
La ¨Manif pour tous" ne veut en aucun cas d'"amalgame" avec un quatrième défilé, appelé par l'organisation catholique intégriste Civitas, qui partira de la place Pinel, à quelques encablures de la place d'Italie.
              
Grâce au décalage horaire, le top départ symbolique est donné à Saint-Denis de la Réunion avec un rassemblement à 14 heures locales (11H00 à Paris).
              
"Tous nés d'un homme et d'une femme" est le mot d'ordre fédérateur et les participants sont censés venir en "bleu, blanc, rose", "Code civil en main".
              
Les associations ont vu grand : cinq rames TGV et 900 cars ont été affrétés. Dans le seul Grand Ouest, 310 cars transportent à l'aube les manifestants. Plus d'une centaine de cars et un TGV spécial sont prévus au départ de Lyon et deux TGV de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
              
Six stations de métro seront fermées aux départs et à l'arrivée des cortèges.
                           
"De nombreux catholiques" mobilisés"

L'archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, s'est félicité samedi que de "nombreux catholiques" se mobilisent contre le projet, en assurant que "ce n'est pas une manifestation de l'Eglise contre le gouvernement". Il ira "probablement" saluer les participants. L'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, lui, sera dans le défilé.
              
Le Grand rabbin de France, Gilles Bernheim, n'appelle pas à "manifester" mais à "réfléchir" à ce projet qui suscite ses réserves.
              
L'ancien Premier ministre François Fillon - qui ne défilera pas- a apporté un soutien de poids aux opposants en appelant François Hollande à "ne pas passer en force" sur un projet qui "divise" le pays.
              
Jean-François Copé, président de l'UMP, sera, lui dans le cortège, place d'Italie, aux côtés du député Christian Jacob, mais son appel à manifester est loin de faire l'unanimité dans son parti.
              
Même hésitation au Front national, qui enverra une délégation porte Maillot, conduite notamment Louis Aliot et Bruno Gollnisch, mais la présidente du FN, Marine Le Pen, n'y sera pas.
              
Pour autant, le gouvernement n'entend pas reculer: le projet de loi sera examiné dès le 29 janvier au Parlement, quelle que soit l'ampleur de la manifestation, a martelé la ministre de la Justice Christiane Taubira. L'organisation d'un referendum est exclue.
              
Le PS a toutefois jeté du lest: ses députés ne déposeront pas d'amendement ouvrant la procréation médicalement assistée aux couples de femmes dans le cadre de cette loi.
              
Selon les sondages, qui se sont succédé cette semaine, les Français sont majoritairement favorables au mariage pour tous, mais pas à l'adoption par les couples homosexuels.
              
Les pro-mariage gay ne prévoient pas de contre-manifestation dimanche. Ils descendront à leur tour dans la rue le 27 janvier.
              
AFP
 

Première publication : 13/01/2013

  • FRANCE

    La polémique sur le mariage gay et l’école continue de faire couler de l'encre

    En savoir plus

  • DIAPORAMA

    Manifestation à Paris : "Je suis hétéro mais je soutiens le mariage pour tous"

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'Église monte au créneau contre le mariage pour tous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)