Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

Afrique

Les Touareg du MNLA prêts à aider l’armée française à lutter contre les djihadistes

© AFP

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 14/01/2013

Les Touareg du MNLA ont annoncé leur soutien à l’armée française pour lutter contre les groupes islamistes armés dans le nord du pays. Forts de leur connaissance du terrain, les Touareg se disent prêt à "faire le travail au sol".

Les rebelles séparatistes touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) se sont dits prêts à soutenir l’intervention française au Mali en combattant les djihadistes dans le nord du pays.

L’appui des Touareg du MNLA pourrait être une aide précieuse à une offensive internationale dans le nord du Mali contre des rebelles islamistes extrêmement mobiles qui connaissent parfaitement la zone. "Leur soutien et leur connaissance du terrain sont indispensables à l’armée malienne et à la force internationale", affirmait à FRANCE 24 en novembre dernier Philippe Hugon, directeur de recherche en charge de l’Afrique à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Cliquer pour agrandir

"Nous sommes prêts à aider, nous sommes déjà impliqués dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré à l’AFP Moussa Ag Assarid, l’un des leaders du MNLA, joint par téléphone dans le nord du Mali. "Nous sommes en mesure d’accomplir le travail au sol. Nous avons des hommes, des armes et, par dessus tout, le désir de libérer l’Azawad [dénomination touareg de la zone nord du Mali, NDLR] du terrorisme".

Le MNLA a pourtant indirectement participé à l'installation des islamistes dans le nord du pays. En janvier 2012, le mouvement s'était allié aux islamistes d’Ansar Dine pour lancer une offensive contre plusieurs camps de l’armée malienne dans le nord du pays. Mal équipés et dépassés, les soldats maliens avaient rapidement fui leurs positions.

Le MNLA doublé par les djihadistes dans le Nord

En mars, le président Amadou Toumani Traoré a été destitué par un groupe de militaires pour "palier à l’incapacité du chef de l'État à gérer la crise dans le nord du pays". Le chaos qui s’ensuit permet aux Touareg de multiplier leurs conquêtes et d’asseoir leur autorité sur le nord du pays. En avril, le MNLA déclare la fin de son offensive et annonce l’indépendance de la zone nord du Mali.

Rapidement cependant, des dissensions éclatent entre le MNLA et Ansar Dine, allié à d’autres groupes islamistes, notamment le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). À leur tour, les différents groupes djihadistes prennent peu à peu le contrôle du Nord. Ils y appliquent la charia dans son interprétation la plus radicale, coupant les mains de ceux qu'ils considèrent comme des voleurs, lapidant les couples qu'ils jugent illégitimes et détruisant des mausolées.

Considérablement affaibli, le MNLA entame, en décembre dernier, des négociations de paix avec les autorités maliennes, acceptant notamment de renoncer à ses prétentions séparatistes pour revendiquer une simple autonomie de l’Azawad.

Avec dépêches

Première publication : 14/01/2013

  • MALI

    Laurent Fabius : "La France n'a pas vocation à rester seule aux côtés du Mali"

    En savoir plus

  • MALI

    La France entame un combat de longue haleine au Mali

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après les menaces des islamistes maliens, François Hollande renforce le plan Vigipirate

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)