Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Les Touareg du MNLA prêts à aider l’armée française à lutter contre les djihadistes

© AFP

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 14/01/2013

Les Touareg du MNLA ont annoncé leur soutien à l’armée française pour lutter contre les groupes islamistes armés dans le nord du pays. Forts de leur connaissance du terrain, les Touareg se disent prêt à "faire le travail au sol".

Les rebelles séparatistes touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) se sont dits prêts à soutenir l’intervention française au Mali en combattant les djihadistes dans le nord du pays.

L’appui des Touareg du MNLA pourrait être une aide précieuse à une offensive internationale dans le nord du Mali contre des rebelles islamistes extrêmement mobiles qui connaissent parfaitement la zone. "Leur soutien et leur connaissance du terrain sont indispensables à l’armée malienne et à la force internationale", affirmait à FRANCE 24 en novembre dernier Philippe Hugon, directeur de recherche en charge de l’Afrique à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris).

Cliquer pour agrandir

"Nous sommes prêts à aider, nous sommes déjà impliqués dans la lutte contre le terrorisme", a déclaré à l’AFP Moussa Ag Assarid, l’un des leaders du MNLA, joint par téléphone dans le nord du Mali. "Nous sommes en mesure d’accomplir le travail au sol. Nous avons des hommes, des armes et, par dessus tout, le désir de libérer l’Azawad [dénomination touareg de la zone nord du Mali, NDLR] du terrorisme".

Le MNLA a pourtant indirectement participé à l'installation des islamistes dans le nord du pays. En janvier 2012, le mouvement s'était allié aux islamistes d’Ansar Dine pour lancer une offensive contre plusieurs camps de l’armée malienne dans le nord du pays. Mal équipés et dépassés, les soldats maliens avaient rapidement fui leurs positions.

Le MNLA doublé par les djihadistes dans le Nord

En mars, le président Amadou Toumani Traoré a été destitué par un groupe de militaires pour "palier à l’incapacité du chef de l'État à gérer la crise dans le nord du pays". Le chaos qui s’ensuit permet aux Touareg de multiplier leurs conquêtes et d’asseoir leur autorité sur le nord du pays. En avril, le MNLA déclare la fin de son offensive et annonce l’indépendance de la zone nord du Mali.

Rapidement cependant, des dissensions éclatent entre le MNLA et Ansar Dine, allié à d’autres groupes islamistes, notamment le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). À leur tour, les différents groupes djihadistes prennent peu à peu le contrôle du Nord. Ils y appliquent la charia dans son interprétation la plus radicale, coupant les mains de ceux qu'ils considèrent comme des voleurs, lapidant les couples qu'ils jugent illégitimes et détruisant des mausolées.

Considérablement affaibli, le MNLA entame, en décembre dernier, des négociations de paix avec les autorités maliennes, acceptant notamment de renoncer à ses prétentions séparatistes pour revendiquer une simple autonomie de l’Azawad.

Avec dépêches

Première publication : 14/01/2013

  • MALI

    Laurent Fabius : "La France n'a pas vocation à rester seule aux côtés du Mali"

    En savoir plus

  • MALI

    La France entame un combat de longue haleine au Mali

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après les menaces des islamistes maliens, François Hollande renforce le plan Vigipirate

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)