Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Afrique

Revue de presse africaine : "Le sauveur du Mali s’appelle François Hollande"

© AFP

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 14/01/2013

Elle fait la une des journaux au Mali et plus largement en Afrique. L'intervention des troupes françaises, l'opération Serval, largement saluée par les Maliens, fait également l’objet de quelques critiques. Tour d’horizon de la presse africaine.

"Hollande le Malien", titre l’éditorial du "Républicain" ce lundi 14 janvier, au quatrième jour de l’intervention des forces françaises au Mali. À l’instar de plusieurs autres journaux maliens, le quotidien salue l’initiative de Paris, venu prêter main forte aux Maliens pour repousser la rébellion islamiste venue du Nord, qualifiant l’opération Serval, de "geste historique".

"Depuis jeudi donc, dans nos chaumières comme dans nos palais, le sauveur du Mali s’appelle François Hollande", affirme "Le Républicain". "Son engagement devient plus méritoire avec les risques plus accrus qu’encourent désormais ses compatriotes détenus dans l’intrigant entrepôt d’otages que nous avons laissé le Mali devenir", ne manque pas de rappeler l’auteur de l’éditorial Adam Thiam, en référence aux otages français détenus au Sahel. En effet, le sort de ces derniers est devenu d’autant plus incertain depuis la décision de Paris d’intervenir contre les rebelles qui tiennent le nord du Mali.

Critiques et scepticisme domine la presse arabe

Malgré l’information chargée en provenance de Syrie et les commémorations des deux ans de la révolution tunisienne, la presse arabe n’a pas manqué de commenter l’intervention de la France au Mali. Dans son ensemble, elle se montre plutôt critique.

Le quotidien saoudien al Sharq al Awsat évoque des réserves quant à l’intervention française au Mali et l’évoque comme "la guerre dont on ne peut prévoir la fin" et évoque les risques d’enlisement.
 
De même le journal libanais Al Akhbar affiche son scepticisme. "L’intervention française ne changera pas la donne", titre le quotidien.
 
Dans un éditorial daté de dimanche, le grand quotidien arabophone dresse également un parallèle avec la Syrie, où les violences font rage depuis 22 mois. Pourquoi la France intervient-elle au Mali où les islamistes avancent vers le sud depuis une dizaine de mois quand la Syrie est à feu et à sang depuis près de deux ans s’interroge le quotidien.

Abdel Bari Atouan publie un éditorial des plus sévères dans Al Qouds al Arabi, journal panarabe basé à Londres. Pour lui, l’intervention française s’inscrit dans la lignée des guerres menées par les Etats-Unis contre le terrorisme en Afghanistan et en Irak.

"Jusqu’à quand les terres arabes et musulmanes seront-elle le lieu d’intervention occidentales motivées par de faux prétextes ?", s’indigne l’éditorialiste. "Aujourd’hui la France intervient au Mali sous prétexte d’en déloger les rebelles islamistes, et bientôt interviendra-t-elle en Syrie pour la débarrasser de Front al Nousra ?"

 

De même, le quotidien "22 septembre" se montre très laudateur envers François Hollande, soulignant sa "ténacité et sa persévérance". "Le chef de l’État français a agi en véritable pompier" estime le journal "pour éteindre l’incendie allumé par son prédécesseur à l’Élysée, Nicolas Sarkozy, via sa calamiteuse gestion du dossier libyen et sa volonté manifeste de déstabiliser le Mali à travers l’instrumentalisation du MNLA [Mouvement National pour la liberation de l'Azawad, ndlr]", poursuit l’éditorial.

"Mieux vaut tard que jamais"

"Mieux vaut tard que jamais", titre "Le Soleil", en rappelant les "tergiversations" de la communauté internationale, depuis 10 mois que le nord du Mali est aux mains des rebelles islamistes. Dans un article du 12 janvier, le quotidien sénégalais souligne surtout que cette main forte prêtée par la France n’est en quelque sorte qu’un juste retour des choses, "la suite logique de l’intervention en Libye".

Au Burkina Faso, qui a tenté de jouer les médiateurs dans la crise malienne, on aurait aussi attendu de la France qu’elle agisse plus tôt. "Il a fallu que les rebelles franchissent le rubicon, pour que la France se décide enfin à violer le sacro-saint principe de la non ingérence dans cette crise malienne, qui était considérée jusque-là comme une affaire des seules autorités de ce pays", relève le 13 janvier un article du magasine "Fasozine".

"Un couteau à double tranchant pour François Hollande"

Dans un autre article également daté du 13 janvier, le magasine dresse un parallèle entre l’action française en Libye puis au Mali. "François Hollande a sa guerre au Mali, comme Nicolas Sarkozy a eu la sienne en Libye", résume ainsi l’auteur de l’analyse. Il estime par ailleurs que si Nicolas Sarkozy est sorti grandi en se posant en "sauveur de la Libye", l’opération au Mali pourrait se révéler "un couteau à double tranchant pour la côte de popularité de François Hollande".

Réticence de l’Algérie

Si, sur le plan officiel, l’Algérie coopère avec la France dans le cadre de l’opération Serval, l’opinion publique, comme les médias, reste critique et pour le moins sceptique quant à l’issue de l’initiative de François Hollande.

Dans un éditorial mordant du 13 janvier, le quotidien "Liberté" commence par rappeler ce qu’est le Serval, nom donné à la mission des troupes françaises, "un petit félin africain qui a la particularité d’uriner 30 fois par heure pour marquer son territoire".

Le quotidien d’Oran est sur la même ligne et s’interroge sur l’unanimité de la classe politique française derrière François Hollande. Le journal oranais ne manque pas toutefois de relever la voix dissonante de l'ancien ministre Dominique de Villepin, qui craint des difficultés notamment au vu des "réticences de l’Algérie".

L’article énumère ensuite les inquiétudes algériennes. Selon l’auteur, l’intervention française risque de provoquer en premier lieu "un drame humanitaire dans le Sahel avec un déplacement de populations sans commune mesure. Ensuite, l’action de la France va fédérer les groupes terroristes puisque les djihadistes du monde entier vont affluer vers le Mali pour donner un coup de main à leurs frères d’arme".

Première publication : 14/01/2013

  • MALI

    L'armée française mène des raids sur Gao au Nord-Mali

    En savoir plus

  • FRANCE

    Après les menaces des islamistes maliens, François Hollande renforce le plan Vigipirate

    En savoir plus

  • MALI

    La crise malienne, du coup d'État à l'intervention des forces françaises

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)