Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

Economie

Renault va supprimer 7 500 postes en France d'ici à 2016

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2013

Réduire ses effectifs de 14 % : c'est l'objectif que Renault s'est fixé, ce mardi, pour 2016. En tout, le constructeur automobile compte supprimer 7 500 postes en France. Parmi eux, 5 700 départs à la retraites.

Nouveau signe de la crise du secteur automobile en France, Renault a indiqué, ce mardi, qu'il avait décidé de supprimer 7 500 postes d'ici à 2016. Un dégraissage qui correspond à un allégement d'environ 14 % de ses effectifs sur le territoire français.

Le groupe automobile, qui a engagé cet automne des négociations pour rapprocher la compétitivité de ses usines françaises de celle de ses sites espagnols, n'en avait pas jusqu'ici chiffré les retombées en termes d'emplois.

Pour supprimer 7 500 emplois, soit 14 % d'un effectif français d'environ 54 000 personnes, Renault compte sur 5 700 départs naturels et sur un prolongement et un élargissement du dispositif GPEC (mobilité, reconversions et aménagements de fin de carrière).

Renault ne prévoit ni licenciement sec, ni licenciement économique, ni plan de départs volontaires.

"Lors de cette nouvelle séance (de négociations sur la compétitivité, NDLR), nous avons réaffirmé notre volonté de maintenir en France les activités corporate et cœur de métier de Renault, tout en mettant en œuvre les actions nécessaires pour abaisser le point mort", a déclaré Gérard Leclercq, directeur des opérations France de Renault, cité dans un communiqué.

"Nouvelle saignée"

Selon la CGT, Renault a dit aux syndicats qu'il prévoyait 8 200 suppressions d'emplois, soit 15 % des effectifs français, le chiffre de 7 500 annoncé prenant en compte les embauches envisagées par le groupe sur la période.

"C'est une nouvelle saignée dans les effectifs qui va encore affaiblir Renault au cours des prochaines années", a réagi Fabien Gache, représentant CGT.

Le groupe répète que s'il parvient à un accord avec les syndicats, il s'engagera à ne pas fermer de site en France grâce à l'affectation de volumes de production supplémentaires pour la marque Renault, mais aussi pour ses partenaires Nissan et Daimler.

La prochaine séance de négociations est prévue le 22 janvier, l'objectif étant d'aboutir d'ici à la fin du mois.

"À l'horizon 2016, dans la perspective d'une restauration progressive du marché européen, la mise en place d'un tel accord permettrait ainsi d'avoir une croissance de la production en France plus soutenue que celle du marché européen", a fait valoir Renault dans son communiqué.

Lors des séances de négociations précédentes, le groupe a proposé d'allonger de 6,5 % le temps de travail dans ses usines et d'élargir le recours à la mobilité entre les sites.
Son concurrent PSA Peugeot Citroën, qui emploie environ 80 000 personnes en France, a lancé pour sa part en 2012 un plan social qui prévoit 8 000 suppressions d'emplois en France et la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)..

En Bourse, l'action Renault a clôturé en hausse de 1,76 %, à 41,59 euros, surperformant nettement l'indice sectoriel européen de l'automobile (+0,12 %) comme l'indice CAC 40 (-0,29 %).
 

FrRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 15/01/2013

  • FRANCE

    Le marché automobile français à son plus bas niveau depuis 15 ans

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AUTOMOBILE

    L'implantation d’une usine Renault en Algérie actée en marge de la visite d'Hollande

    En savoir plus

  • AUTOMOBILE

    PSA : la restructuration validée, mais la stratégie du groupe critiquée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)