Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

Afrique

Le procès du doyen de La Manouba, "du jamais vu même sous Bourguiba ou sous Ben Ali"

© AFP

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 17/01/2013

Initialement prévu pour ce jeudi, la justice tunisienne a reporté au 28 mars le verdict dans le procès du doyen de l'université de La Manouba, Habib Kazdaghli. Retour sur un procès à valeur de test pour les islamistes au pouvoir.

L’affaire aurait pu avoir un retentissement limité à l’enceinte de l’université de La Manouba mais, dans une Tunisie en pleine transition, l’onde de choc a rapidement atteint le champ politique. Jugé pour avoir giflé, en mars dernier, une étudiante en niqab, le doyen de l’université de lettres de La Manouba, dans la banlieue de Tunis, Habib Kazdaghli, devait savoir jeudi 17 janvier si la justice tunisienne a retenu contre lui l’accusation d’"acte de violence commis par un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions". Il encourt jusqu’à cinq ans de réclusion. Le Tribunal de première instance de La Manouba a finalement reporté l'annonce du verdict au 28 mars.

Soutenu par l’opposition et des syndicats universitaires, Habib Kazdaghli veut croire à la clémence de ses juges. "Justice sera rendue au doyen que je suis, mais aussi à la faculté, assure-t-il à FRANCE 24. J’ai confiance en la magistrature de mon pays." Et le président de l’université d’accuser à son tour : "C’est une affaire montée de toute pièce et j’appelle la justice à ne pas tomber dans le guet-apens. C’est moi qui ai été attaqué dans mon bureau !"

Les faits remontent au 6 mars dernier, lorsque deux étudiantes portant le voile intégral ont, selon ses dires, saccagé son bureau. Le doyen affirme également avoir été la cible de jets de pierres qui ont failli lui être fatal. L'une de deux jeunes femmes, qui avait fait l’objet d’une procédure d’exclusion pour port du niqab en salle de cours, accuse Habib Kazdaghli de l'avoir giflée. L’incident avait, dès le lendemain, suscité l’ire d’étudiants salafistes munis d’armes blanches qui avaient décroché le drapeau national tunisien pour y hisser le leur.

"L’idéologie au-dessus des institutions"

Ajourné à plusieurs reprises l’été dernier, le jugement de cet universitaire de 58 ans, étiqueté "à gauche"en raison de son appartenance passée au Parti communiste, cristallise les clivages qui minent la société tunisienne. Le 14 janvier, les célébrations du deuxième anniversaire de la révolution ont été l’occasion, tant pour les partisans d’Ennahda que pour les militants de gauche, de crier tout ce qui les oppose.

Ainsi, pour l’opposition, le procès de Habib Kazdaghli est aussi celui du gouvernement qu’elle soupçonne de vouloir faire main basse sur le pouvoir judiciaire. "Un doyen d’université devant les tribunaux, c’est du jamais vu, ni sous Bourguiba [premier président de la Tunisie, NDLR], ni sous Ben Ali, observe pour sa part l’accusé. La méthode est bien rodée puisque c’est le président déchu qui l’a instaurée : lorsqu’une institution pose problème, on déferre quelqu’un devant la justice. Il leur fallait individualiser l’affaire."

"Il n’y aurait jamais dû avoir un procès de cette nature, analyse Hamadi Redissi, professeur à l’université de droit et de sciences politiques de Tunis. Il donne l’image d’un pouvoir politique qui souhaite ôter à l’université le soin de s’organiser librement et mettre l’idéologie religieuse au-dessus des institutions."

La Manouba, la frondeuse

En fervent défenseur de "l'État de droit et des institutions", le doyen s'est toujours opposé au port du voile intégral sur les bancs de la faculté La Manouba, considérée comme l’un des foyers de résistance à la poussée fondamentaliste en Tunisie. Et ce en dépit des mouvements de crispation qui s'y étaient fait jour au lendemain des élections d’octobre 2011 qui ont permis à Ennahda de diriger le gouvernement.

En novembre de la même année, une quarantaine de jeunes fondamentalistes avaient ainsi bloqué l’accès de cette faculté de 13 000 étudiants pour protester contre l’interdiction du port du niqab durant les cours et les examens. Au chapitre des revendications alors formulées par les "barbus" figuraient également la séparation des étudiants et des étudiantes ainsi qu’un enseignement exclusivement dispensé par des hommes. Depuis cette démonstration de force, l’université de La Manouba ne compte plus les accrochages entre les étudiants salafistes et les partisans du principe de laïcité, qui dénoncent l’indulgence du gouvernement face à ses atteintes à "l’État de droit".

Soupçonnés de vouloir imposer la charia en Tunisie, les islamistes d’Ennahda s’emploient à prendre officiellement leurs distances avec des fondamentalistes devenus parfois encombrants. Depuis l’attaque de l’ambassade des États-Unis par des salafistes le 14 septembre dernier, les autorités procèdent régulièrement à des arrestations parmi les islamistes les plus radicaux.

"L’issue de ce procès sera aussi le moyen de voir si la société civile à la capacité de résister à la tentation hégémonique d’Ennahda, espère Hamadi Redissi. Mais si une condamnation est prononcée, cela voudra dire qu’Ennahda continue à ménager la chèvre et la chèvre. Cela prouverait aussi qu’ils n’ont pas changé et qu’ils ne changeront jamais…"
 

Première publication : 16/01/2013

  • TUNISIE

    Infographie : La carte des mausolées attaqués en Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Deux ans après la révolution, la Tunisie version Ennahda ne fait pas l'unanimité

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Manifestations en Tunisie : "Même si je devais perdre mon autre œil, je le referais"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)