Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

MODE

Des artisans dévorés par leur passsion

En savoir plus

FOCUS

Ebola : une campagne de vaccination redonne espoir à la Guinée

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les lingots d'or cachés de Jean-Marie Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

États-Unis : la légalisation attendue du mariage gay

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le troisième mandat de la discorde

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Niger : une cinquantaine de soldats tués dans une attaque de Boko Haram

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le chômage poursuit sa hausse en mars

En savoir plus

Economie

La Bundesbank ne veut plus que son or dorme à la Banque de France

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2013

La Banque centrale allemande a décidé de rapatrier des coffres de la Banque de France l'intégralité de ses réserves d'or, soit 374 tonnes d'ici 2020. La Bundesbank va également récupérer une partie de son or stocké à la Réserve fédérale américaine.

C'est la fin d'une tradition qui remonte à l'après-guerre. La Bundesbank - Banque centrale allemande - a décidé de rapatrier, par étapes, ses réserves d'or qui dormaient depuis les années 50 dans les coffres de la Banque de France.

Une opération qui doit être achevée d'ici 2020 et concerne 374 tonnes du métal précieux, soit 11% des réserves totales d'or allemand. En parallèle, la Banque centrale allemande compte également alléger la Réserve fédérale américaine (Fed) de quelque 300 tonnes d'or. La Fed ne détiendra alors plus que 37% des réserves allemandes, contre 45% actuellement.

En revanche, la Banque centrale allemande a décidé de laisser les lingots qu'elle a mis en dépôt à la Banque d'Angleterre. Une différence de traitement qui s'explique par la place importante tenue par Londres dans le marché de change du précieux métal.

Dans des pays "amis"

L'objectif affiché de la "Buba" (surnom donnée à la Bundesbank) est de faire remonter ses propres stocks d'or à plus de 50% du total des réserves allemandes qui sont les deuxièmes plus importantes au monde après celles des États-Unis.

La Banque de Francfort a nié que cette opération avait un lien quelconque avec la crise économique qui secoue l'Europe actuellement. Elle a évoqué une "spécificité historique" qui n'avait plus de raison d'être.

En effet, après la guerre de 39-45, l'Allemagne de l'Ouest avait décidé après la deuxième guerre mondiale et dans le contexte de Guerre froide de mettre son métal jaune à l'abri dans des pays "amis".

La chute du mur de Berlin et la réunification allemande a rendu cette spécificité anachronique. Depuis lors, comme le souligne le site du magazine allemand Focus, une partie des Allemands pressaient la Bundesbank de ramener ses lingots sur le sol national afin d'en avoir le contrôle. La Cour des comptes allemande s'est récemment rangée du côté de ceux qui appellent à un rapatriement de l'or. En octobre 2012, elle a demandé à la "Buba" d'effectuer un inventaire complet de ces réserves.

France 24 avec dépêches

Première publication : 16/01/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    À l'occasion de ses vœux, Angela Merkel prévoit une année 2013 difficile

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Berlin enjolive un rapport critique sur la pauvreté

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Accusé de racisme, Thilo Sarrazin démissionne de la Bundesbank

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)