Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

Economie

La Bundesbank ne veut plus que son or dorme à la Banque de France

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/01/2013

La Banque centrale allemande a décidé de rapatrier des coffres de la Banque de France l'intégralité de ses réserves d'or, soit 374 tonnes d'ici 2020. La Bundesbank va également récupérer une partie de son or stocké à la Réserve fédérale américaine.

C'est la fin d'une tradition qui remonte à l'après-guerre. La Bundesbank - Banque centrale allemande - a décidé de rapatrier, par étapes, ses réserves d'or qui dormaient depuis les années 50 dans les coffres de la Banque de France.

Une opération qui doit être achevée d'ici 2020 et concerne 374 tonnes du métal précieux, soit 11% des réserves totales d'or allemand. En parallèle, la Banque centrale allemande compte également alléger la Réserve fédérale américaine (Fed) de quelque 300 tonnes d'or. La Fed ne détiendra alors plus que 37% des réserves allemandes, contre 45% actuellement.

En revanche, la Banque centrale allemande a décidé de laisser les lingots qu'elle a mis en dépôt à la Banque d'Angleterre. Une différence de traitement qui s'explique par la place importante tenue par Londres dans le marché de change du précieux métal.

Dans des pays "amis"

L'objectif affiché de la "Buba" (surnom donnée à la Bundesbank) est de faire remonter ses propres stocks d'or à plus de 50% du total des réserves allemandes qui sont les deuxièmes plus importantes au monde après celles des États-Unis.

La Banque de Francfort a nié que cette opération avait un lien quelconque avec la crise économique qui secoue l'Europe actuellement. Elle a évoqué une "spécificité historique" qui n'avait plus de raison d'être.

En effet, après la guerre de 39-45, l'Allemagne de l'Ouest avait décidé après la deuxième guerre mondiale et dans le contexte de Guerre froide de mettre son métal jaune à l'abri dans des pays "amis".

La chute du mur de Berlin et la réunification allemande a rendu cette spécificité anachronique. Depuis lors, comme le souligne le site du magazine allemand Focus, une partie des Allemands pressaient la Bundesbank de ramener ses lingots sur le sol national afin d'en avoir le contrôle. La Cour des comptes allemande s'est récemment rangée du côté de ceux qui appellent à un rapatriement de l'or. En octobre 2012, elle a demandé à la "Buba" d'effectuer un inventaire complet de ces réserves.

France 24 avec dépêches

Première publication : 16/01/2013

  • UNION EUROPÉENNE

    À l'occasion de ses vœux, Angela Merkel prévoit une année 2013 difficile

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Berlin enjolive un rapport critique sur la pauvreté

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Accusé de racisme, Thilo Sarrazin démissionne de la Bundesbank

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)