Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tanzanie : le pouvoir s'attaque aux blogueurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fièvre de lassa, le Nigeria lutte contre une épidémie sans précédent

En savoir plus

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

FOCUS

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

SPORT

Mondiaux : les handballeurs français qualifiés pour les 8e de finale

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/01/2013

Les Français se sont qualifiés pour les 8e de finale des Championnats du monde de handball en s'imposant sans briller, mardi soir, face au Brésil sur le score de 27 à 22. Les Bleus, doubles tenants du titre, sont premiers de leur groupe.

L'insatiable Thierry Omeyer a porté une équipe de France sinon très loin d'être flamboyante à une victoire sans gloire sur le Brésil (27-22), lors de la 3e journée du Mondial messieurs de handball, mardi à Granollers.

Avec ce troisième succès en autant de rencontres, les Bleus, doubles tenants du titre, sont sans surprise qualifiés pour les 8e de finale. Il leur restera deux matches, mercredi contre l'Argentine et vendredi face à l'Allemagne, pour assurer la première place du groupe A.

D'envolées frénétiques, au rythme de la samba, il n'y a pas eu mardi dans un Palacio de Los Deportes de Granollers sonnant le creux en ce milieu de semaine. Les Brésiliens, comme le Monténégro dimanche (20-32), n'avaient pas grand-chose à opposer aux Français.

Pourtant, face à une adversité dénuée de toute créativité, les "Experts", que seule la Tunisie a un peu perturbés jusque-là (30-27), ont été bien décevants. Seul Omeyer et Michaël Guigou ont sauvé les apparences.

Un peu en-dedans depuis le début tournoi, et peut-être légèrement agacé de s'être en quelque sorte fait voler la vedette par Daouda Karaboué, lequel a confirmé dimanche qu'il prendrait sa retraite internationale à l'issue du Mondial, Omeyer a fait valser les chiffres.

Guigou alimente la marque

Le gardien du club allemand de Kiel comptait 15 arrêts à la pause, à 75% de réussite. De l'aile, de loin, au pivot, sur contre-attaque, les Brésiliens se sont chacun à leur tour cassé les dents sur le Mulhousien, jamais rassasié d'amasser les titres et les distinctions individuelles.

Il fallait bien les arrêts d'Omeyer pour égayer une première période bien terne (12-5), au cours de laquelle les Bleus ont accumulé les passes ratées, passages en force ou en zone, et les tirs manqués.

Guigou a été quasiment le seul Tricolore à alimenter la marque avec 6 buts (dont 3 penalties) en trente minutes. La suite a été de mal en pis, la défense bleue, jusque-là efficace, montrant de sérieux signes de moins bien à la reprise.

Le Brésil, qui avait subi une correction au premier match contre l'Allemagne (23-33), avant de battre l'Argentine (24-20), s'est même un instant rapproché à quatre buts (23-19, 56e), en profitant d'une démobilisation quasi-générale dans le camp tricolore.

Mais à l'exemple de Nikola Karabatic et Daniel Narcisse, les Français se sont empressés de resserrer les boulons, pour s'éviter tout désagrément.

AFP

Première publication : 16/01/2013

  • HANDBALL

    Les Tunisiens font trembler les grandes nations du hand

    En savoir plus

  • HANDBALL

    Au Mondial de hand, les Bleus montrent leur vrai visage face au Monténégro

    En savoir plus

  • HANDBALL

    Daniel Narcisse élu meilleur joueur du monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)