Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Afrique

L'ancien pro-Gbagbo Charles Blé Goudé arrêté au Ghana

© AFP - Archives

Texte par Perrine MOUTERDE

Dernière modification : 17/01/2013

Ex-fer de lance des manifestations anti-françaises en Côte d'Ivoire dans les années 2000, Charles Blé Goudé a été arrêté au Ghana, où il s'était réfugié après la capture de Laurent Gbagbo. Retour sur le parcours du "général de la jeunesse".

Plus d'un an et demi après la fin de la crise post-électorale ivoirienne, Charles Blé Goudé a été interpellé par Interpol à Accra, au Ghana, selon Reuters.

L'ancien chef de file des Jeunes patriotes était recherché par les nouvelles autorités ivoiriennes depuis la capture, en avril 2011, de son mentor Laurent Gbagbo. Depuis, il avait obtenu l'asile au Ghana voisin.

Il a été arrêté vers 9 h 00 [8 h 00 GMT]" par huit policiers en civil ghanéens et ivoiriens et forcé à monter dans une voiture", a dit à Reuters Toussaint Alain, ancien porte-parole à Paris de Laurent Gbagbo. "Nous sommes profondément inquiets, parce qu'il est au Ghana en tant que réfugié politique. Nous craignons une demande d'extradition", a-t-il ajouté.

L'arrestation de l'un des hommes les plus puissants de la galaxie gbagbiste marque une nouvelle étape pour la Côte d'Ivoire, aujourd'hui en pleine réconciliation.

"Général de la rue"

Aujourd'hui âgé d'à peine 41 ans, Charles Blé Goudé fut le fer de lance des violentes manifestations anti-françaises de 2003 et 2004, avant de devenir ministre de la Jeunesse et de l'Emploi du gouvernement formé par Laurent Gbagbo à l'issue du second tour contesté de la présidentielle de 2010. Durant la crise post-électorale, il mobilisa une nouvelle fois les Jeunes patriotes pour défendre son camp, troquant au besoin son costume pour une casquette et une écharpe verte aux couleurs de la Côte d'Ivoire.

Surnommé "le général de la rue" ou "le général de la jeunesse", le charismatique leader des Jeunes patriotes a très tôt saisi l’importance de tenir les foules. "Charles Blé est le plus puissant de tous les ministres car il est capable de mobiliser le peuple, affirmait alors Richard Banégas, directeur de la revue "Politique africaine", interrogé par FRANCE24.

Excellent orateur, Charles Blé Goudé est connu pour ses discours ultra-nationalistes et anticolonialistes, mêlant revendications identitaires et grande geste internationaliste et anti-impérialiste.

Né le 1er janvier 1972 à Niagbrahio, dans l’ouest du pays, Charles Blé Goudé a, comme la majorité des responsables politiques de la nouvelle génération ivoirienne, fait ses classes au sein de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire - la fameuse Fesci -, à laquelle il adhère en 1990. Un engagement qui lui vaut d'être emprisonné à plusieurs reprises entre 1994 et 1999, la Fesci luttant, à l'époque, aux côtés du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo pour la démocratisation d'un pays verrouillé par les régimes de Félix Houphouët-Boigny et d'Henri Konan Bédié.

Blé Goudé et Soro "camarades de chambre"

D'abord simple militant du syndicat, Charles Blé Goudé en a pris la tête en 1998. Après avoir été son numéro deux, il succède alors à Guillaume Soro, l'ancien leader rebelles des Forces nouvelles et actuel Premier ministre d'Alassane Ouattara. Les rivaux d'aujourd'hui sont "deux condisciples du département d'anglais, deux camarades qui ont souvent partagé la même chambre, les mêmes pratiques de la violence", écrit Yakouba Sonaté dans "Politique Africaine".

La relation entre les deux hommes est telle qu'en 2002, quelques jours après la tentative de putsch des Forces nouvelles contre Laurent Gbagbo, Blé Goudé abandonne les études qu'il avait décidé de poursuivre en Angleterre pour s'engager aux côtés de son mentor. Il fonde alors l'Alliance des jeunes patriotes pour le sursaut national - plus connue sous le nom de Jeunes patriotes - avec laquelle il organise de nombreuses manifestations, parfois violentes, pour réclamer le départ des troupes étrangères déployées dans le pays et l'indépendance économique de la Côte d'Ivoire.

Le 6 novembre 2004, alors que Paris a détruit l'aviation militaire ivoirienne en représailles à l'assassinat de neuf soldats français, il lance un appel à la population : "Si vous êtes en train de manger, arrêtez-vous. Si vous dormez, réveillez-vous. L'heure est venue de choisir entre mourir dans la honte ou dans la dignité". Des dizaines de milliers de personnes répondent à son appel et de violents affrontements éclatent dans les rues.

Soumis à un régime de sanction de l'ONU depuis 2006, Charles Blé Goudé est aussi dans la ligne de mire de la Cour pénale internationale (CPI). En décembre 2011, son procureur, Luis Moreno Ocampo, se disait, sur FRANCE 24, "très préoccupé" par ses activités.

Au plus fort de la crise post-électorale de 2010, il avait de nouveau appelé le peuple "à s'apprêter à livrer le combat". Après la capture de son mentor Laurent Gbagbo en avril 2011, le leader des Jeunes patriotes s'était réfugié au Ghana voisin d'où il a plusieurs fois exprimé son désaccord avec l'actuelle présidence d'Alassane Ouattara.

 

Avec dépêches

Première publication : 17/01/2013

  • CÔTE D’IVOIRE

    Laurent Gbagbo propose un comité d'évaluation de la crise post-électorale

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Qui sont les 18 dirigeants ivoiriens sanctionnés par l'UE ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE IVOIRIENNE

    Les 11 années de crise qui ont ébranlé le "miracle ivoirien" (1/2)

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)