Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Economie

Dreamliner : les problèmes de sécurité ont aussi un coût économique

© Boeing

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 17/01/2013

Boeing ne risque pas seulement de voir son image ternie par les incidents à répétition sur son Dreamliner et l’interdiction de vol qui frappe l'avion. Des répercussions économiques sont aussi à prévoir. Et pas seulement pour Boeing.

Quand l’aventure du Dreamliner vire au cauchemar. L’Autorité fédérale américaine de l’aviation (FAA) a ordonné, jeudi, que tous les Boeing 787 - le fleuron de la flotte du constructeur américain - restent au sol. Une interdiction mondiale que seuls les États-Unis, où les avions sont fabriqués, peuvent édicter.

Cette immobilisation sine die des quelque 50 Dreamliner actuellement en circulation constitue le point d’orgue d’une série noire pour le Boeing 787. L’appareil, vanté par le constructeur comme le plus perfectionné au monde, a accumulé les problèmes techniques depuis début décembre 2012. En un peu plus d’un mois, neuf avions ont dû effectuer des atterrissages d’urgence ou n’ont pas pu décoller en raison de dysfonctionnements.

L’éventail des couacs techniques constatés est très large. Il couvre aussi bien des fissures du pare-brise du cockpit que des fuites de carburant ou encore des incendies au niveau de la batterie et divers bugs du système électronique. Un inventaire à la Prévert qui a fini par décider les autorités américaines à demander une vaste enquête sur les composants utilisés dans la construction du Dreamliner.

Certains experts du secteur aéronautique n’ont pas manqué de voler au secours de Boeing. “Il y a toujours un temps de calage qui se traduit par des problèmes techniques lors du lancement d’un nouvel avion”, rappelle à FRANCE 24 Marc Ivaldi, spécialiste de l’économie des transports à l’École d’économie de Toulouse. Ainsi, dans les années 1970, le Boeing 747 avait été ironiquement appelé “le meilleur triréacteur au monde” en raison de son quatrième réacteur qui avait une fâcheuse tendance à tomber en panne.

Reste que les déboires du Dreamliner ne sont pas bons en termes d’image. “Avant de le condamner, attendons de voir la gravité des problèmes, mais il est sûr que ça ne va pas améliorer la réputation de Boeing”, reconnaît Marc Ivaldi. De là à faire du mal au portefeuille du constructeur américain ? S’il est encore un peu tôt pour tirer des conclusions définitives, les enjeux n’en demeurent pas moins importants. Et pas seulement pour Boeing.

Des victimes économiques bien identifiées


 

Première publication : 17/01/2013

  • AÉRONAUTIQUE

    Tous les Boeing 787 interdits de vol dans le monde

    En savoir plus

  • JAPON

    Incident sur un Boeing, deux compagnies japonaises suspendent leurs vols

    En savoir plus

  • INDUSTRIE AÉRONAUTIQUE

    Boeing 787 : une série d'avaries attire l'attention des autorités américaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)