Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

Moyen-orient

Un assaut de l'armée tue plus de 100 civils près de Homs

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/01/2013

Un assaut de l'armée syrienne, mené dans la région de Homs, a fait mardi plus de 100 victimes, dont des femmes et des enfants. Selon l'OSDH, certaines d'entre elles ont péri dans les flammes tandis que d'autres ont été tuées à l'arme blanche.

Plus de 100 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués mardi lors d'un assaut de l'armée syrienne sur une région de vergers bordant Homs, dans le centre du pays, a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Le régime syrien a commis un nouveau massacre mardi faisant 106 victimes, dont des femmes et des enfants, lors d'un assaut" entamé mardi matin et qui a duré 24 heures, a précisé l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et de médecins en Syrie.

L'OSDH, citant des témoins, indique que des civils ont péri dans l'incendie de leurs maisons tandis que d'autres ont été tués à l'arme blanche, affirmant que 14 personnes d'une même famille avaient été tuées, dont trois enfants.

L'ONG ajoute que 32 personnes d'un même clan auraient également été abbatues, sans toutefois avoir dans l'immédiat procédé à leur identification.

Le quotidien al-Watan, proche du régime syrien, a de son côté affirmé que l'armée avait "réussi à progresser remarquablement" aux abords de Homs aux dépends des "hommes armés", terme désignant les rebelles.

Toutefois, selon des militants sur place, cités par l'OSDH, les insurgés ne sont pas présents dans cette zone, située à cinq kilomètres du centre de Homs. L'ONG précise que près d'un millier de déplacés ayant fui les bombardements sur Homs se trouvent dans ces région de vergers.

L'OSDH demande dans un communiqué à l'ONU d'envoyer en urgence une commission d'enquête sur la question des droits de l'Homme à Homs, surnommée par les militants anti-régime la "capitale de la révolution", dénonçant le "silence" international sur cette ville assiégée et pilonnée depuis des mois par l'armée.

Les Nations unies ont récemment dénoncé une "prolifération des crimes de guerre" en Syrie, où plus de 60.000 personnes, selon l'ONU, ont trouvé la mort depuis qu'a éclaté le 15 mars 2011 une révolte hostile au régime de Bachar al-Assad devenue au fil des mois guerre civile.

AFP

Première publication : 17/01/2013

  • SYRIE

    Bachar al-Assad refuse de discuter avec les "marionnettes de l'Occident"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : plus de 60 000 morts en 21 mois de conflit, selon les Nations unies

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, l'effondrement de l'économie menace

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)