Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Du neuf dans un nouveau monde"

En savoir plus

SPORT

Alain Traoré : "Il n’y a pas mieux que la Coupe d’Afrique des nations."

Texte par Alain TRAORÉ

Dernière modification : 18/01/2013

A deux jours de notre entrée en lice dans cette Coupe d’Afrique des nations, je me sens bien. Ma blessure à la cheville est maintenant de l’histoire ancienne.

J’ai repris l’entrainement collectif avec les garçons. Physiquement, ça va. Après, c’est sur que rien ne remplace les matches. Il va me manquer quelques minutes dans les jambes mais je me sens prêt. Maintenant, c’est au coach de décider pour le match de lundi (le 21 février, Burkina-Faso - Nigeria NDLR.).

Je pense que l’on a des arguments à faire valoir. Le grand favori de notre groupe c’est la Zambie (tenante du titre NDLR.). Le Nigéria est aussi très fort, mais nous avons vraiment des chances de nous qualifier. C’est en tout cas notre objectif.

Cela va être ma deuxième CAN, et cette année je sens beaucoup de maturité. Les joueurs se connaissent bien. La plupart des garçons sont plus professionnels que par le passé et cela vaut aussi pour notre staff technique. On sait que ce qui fait défaut en Afrique c’est l’organisation, mais là on est vraiment dans un bon cadre. On s’est bien préparé, on s’est focalisé sur nous, sur notre football.

En plus, on a les supporters derrières-nous. Ils sont bien organisés et ils attendent beaucoup de nous. On va essayer de ne pas les décevoir ! De toute manière, il n’y a pas mieux que la Coupe d’Afrique, quand tu as la chance de pouvoir y participer, il faut tout donner.

Alain Traoré est une pièce maitresse de l'équipe du Burkina-Faso. Il va nous faire vivre sa CAN. Le milieu de terrain de 24 ans va disputer en Afrique du Sud sa 2e compétition continentale. Les Etalons évolueront dans le groupe C à Nelspruit en compagnie de la Zambie, du Nigeria et de l'Ethiopie.

Première publication : 18/01/2013

COMMENTAIRE(S)