Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : Est-ce la fin du règne de l'indéboulonnable Merkel ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Mauritanie : le typha, catastrophe écologique, se transforme en petit miracle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Valérie Ekoumé, la nouvelle pop africaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mugabe veut mourir sur scène"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agences européennes cherchent adresse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, le camouflet"

En savoir plus

Afrique

Les islamistes ont quitté Diabali, selon le maire de la ville

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2013

Selon le maire de la ville de Diabali, interogé par les envoyés spéciaux de FRANCE 24, l’agglomération – qui avait été prise par les djihadistes le 14 janvier – ne serait plus sous le contrôle des islamistes.

La bataille de Diabali semble toucher à sa fin. C’est en tout cas ce qu’affirme le maire de la ville, interviewé par Matthieu Mabin, envoyé spécial de FRANCE 24 au Mali.

"S’il est encore difficile d’avancer des certitudes et d’être précis, ce que l’on peut dire c’est que le maire de Diabali a fait des déclarations disant que les djihadistes avaient quitté l’agglomération et que, ce matin, les forces françaises avaient engagé des frappes aériennes sur la ville", développe l'envoyé spécial.

Selon l’édile, les forces françaises et maliennes ont effrayé les rebelles avec leurs frappes aériennes. "Ces efforts ont fini par convaincre les djihadistes de quitter l’agglomération. Les forces françaises et maliennes devraient pénétrer dans la ville dans les prochaines heures", a précisé Matthieu Mabin en retranscrivant les propos du maire.

Le journaliste de FRANCE 24 a ajouté avoir rencontré un "flot de réfugiés en train de quitter Diabali". Peut-être une preuve du retrait des islamistes ? "Avant, ils ne pouvaient pas sortir de la ville. Les islamistes ne les laissaient pas faire, ils les utilisaient comme des boucliers humains."

Le ministre française de la Défense, Jean-Yves le Drian, a affirmé de son côté qu'"aucun combat [n'était en cours] a Diabali à cette heure".

Première publication : 18/01/2013

  • MALI

    Arrivée d'un premier contingent de soldats togolais au Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)