Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Débat Juncker - Schulz : "Quel avenir pour l'Europe ?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Débat Clinton - Trump : qui a gagné le premier round ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les attentats ne suffisent pas à expliquer les chiffres du chômage"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Christian Estrosi : "Les propos de Patrick Buisson ne me touchent pas"

En savoir plus

FRANCE

Militantes kurdes assassinées à Paris : deux proches en garde à vue

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2013

Deux proches des trois militantes kurdes, tuées à Paris le 9 janvier, ont été arrêtés jeudi et placés en garde à vue. Les deux suspects, kurdes, domiciliés en Seine-Saint-Denis, constituent une "piste sérieuse" selon une source policière.

Deux proches des trois militantes kurdes assassinée à Paris le 9 janvier ont été arrêtés jeudi en milieu de journée et placés en garde à vue, a-t-on appris vendredi de sources judiciaire et policières, confirmant une information de BFMTV.

Ces deux hommes kurdes, nés en Turquie en 1974 et 1982, appartiennent à l'environnement très proches des trois femmes exécutées, a précisé à l'AFP une source policière, évoquant une "piste sérieuse". L'un des gardés à vue aurait été le chauffeur de l'une de ces femmes, a précisé cette source.

Les deux hommes, qui seraient domiciliés à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), ont été placés en garde à vue à la mi-journée, a précisé cette source.

Aucune précision de source judiciaire n'a été donnée sur les raisons de ces arrestations, ni sur le rôle éventuel de ces deux personnes dans ces meurtres.

Les corps des trois femmes avaient été découverts dans la nuit du 9 au 10 janvier dans le Centre d'information sur le Kurdistan, situé à deux pas de la gare du Nord, dans le nord-est de Paris. Toutes avaient été exécutées de plusieurs balles dans la tête.

Parmi les trois victimes figure Sakine Cansiz, 55 ans, membre fondatrice du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, interdit en Turquie), considérée comme une proche de son chef emprisonné Abdullah Öcalan.

Ces assassinats surviennent alors que, selon des médias turcs, Ankara et Öcalan se sont mis d'accord sur le principe d'un arrêt des hostilités qui durent depuis 1984 et ont coûté la vie à plus de 45.000 personnes.

Le PKK mobilise régulièrement la justice française dans des dossiers de financement de ce parti, via des extorsions de fonds, avec 21 procédures actuellement en cours, selon une source judiciaire.

Jeudi, des dizaines de milliers de personnes ont rendu un ultime hommage aux trois militantes sur une place de Diyarbakir, principale ville kurde de Turquie.

AFP

Première publication : 18/01/2013

  • TURQUIE

    Des milliers de Kurdes se rendent aux obsèques des militantes tuées à Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Triple meurtre de militantes kurdes : 15 000 manifestants dans les rues de Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Dans l’establishment turc, certains s'opposent à la paix" avec les Kurdes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)