Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

Afrique

Prise d'otages en Algérie : la presse française souligne la fermeté d'Alger

© Capture d'écran

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/01/2013

Au lendemain du dénouement tragique de la prise d'otages sur le site gazier d'In Amenas, la presse française constate l'internationalisation du conflit au Sahel et affirme que désormais Alger "ne pourra plus jouer double jeu".

Dans son ensemble, la presse française reconnaît vendredi la "fermeté" d'Alger dans le dénouement tragique de la prise d'otages sur le site gazier d'In Amenas et voit dans cette attitude une "internationalisation" du conflit au Sahel face au terrorisme.

"Depuis des mois, la France tire la sonnette d’alarme. L’Algérie a fini par évoluer", affirme Pierre Rousselin dans Le Figaro, car "il est désormais impossible d’ignorer ou de minimiser la poussée extrémiste dans l’ensemble de la région sahélienne".

Pour Vincent Giret de Libération, "il faut donc se féliciter des premiers signes

encourageants donnés par l’Algérie: elle a pour la première fois autorisé le survol de son territoire par les avions militaires français et assure qu’elle a fermé son immense frontière commune avec le Mali". Selon l'éditorialiste "si d’autres signes tangibles venaient confirmer cette politique de fermeté, il s’agirait d’un tournant, sinon d’une rupture".

"Le président Bouteflika avait-il le choix ?" s'interroge Hervé Cannet dans La Nouvelle République du Centre-ouest. "Alger ne peut pas faire preuve de faiblesse dès lors que la crise malienne peut entraîner des prises d’otages à répétition et que le danger est partout dans un Sahara qu’il est incapable de contrôler vraiment", estime-t-il.

Dans le Républicain lorrain, Philippe Waucampt souligne que "maintenant qu’elle a du sang sur les mains, l’Algérie ne pourra plus jouer double jeu comme avant".

"Et les Européens vont enfin devoir manifester une solidarité concrète, pour le moment largement défaillante", juge l'éditorialiste, constatant comme d'autres de ses confrères, une "internationalisation" du conflit au Sahel et une certaine réticence de la part des partenaires de la France.

"Si on ajoute l’électrochoc infligé hier aux nations occidentales et asiatiques par la prise d’otages et son issue tragique, la solitude française au Mali pourrait s’en trouver allégée", note Christophe Lucet dans Sud-Ouest.

"Tous les pays occidentaux comme ceux d’Afrique du nord ou de l’ouest ne peuvent plus traîner les pieds", affirme Ivan Drapeau dans La Charente Libre.

Pour lui, "l’Europe a le devoir d’enclencher collectivement la vitesse supérieure. La France ne peut se satisfaire du seul soutien logistique de l’Angleterre et de l’Allemagne".

"Jusqu'à présent, les États-Unis et nos partenaires européens, se sont contentés d'un service minimum derrière la France", le rejoint Hervé Favre dans La Voix du Nord, ajoutant que "la prise d'otages géante devrait les convaincre qu'Al-Qaïda au Maghreb menace beaucoup plus notre sécurité aujourd'hui que les talibans en Afghanistan".

Surtout à "l’heure où le bourbier afghan s’éloigne dans le rétroviseur" et qu'"un nouveau problème insoluble semble se présenter", écrit Laurent Marchand dans Ouest-France, qui prétend que l’administration Obama a manifestement tout fait, ces derniers mois, pour surveiller, au mieux et ne pas devoir intervenir".

Dans La Montagne-Centre France, Jacques Camus porte, pour sa part, un jugement sévère sur l'UE qui, si elle "craint au Mali un +Afghanistan européen+, qu’elle le dise sans hypocrisie". "S’il est fait reproche à la France d’avoir mis ses partenaires devant le fait accompli, qu’on ne feigne pas de la soutenir. L’heure n’est plus aux états d’âme", lance-t-il.

AFP

Première publication : 18/01/2013

  • ALGÉRIE

    Bilan incertain après l'assaut de l'armée algérienne sur le site gazier

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Mokhtar Bel Mokhtar, un professionnel du djihad et des prises d'otage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)