Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre l'État islamique

    En savoir plus

  • En direct : le "non" à l'indépendance de l'Écosse remporte 55,3 % des voix

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • À Washington, Petro Porochenko réclame et obtient plus de soutien des États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao écope de six mois de suspension

    En savoir plus

  • Alibaba lève plus de 25 milliards de dollars à Wall Street

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

SPORT

Réactions aux aveux de Lance Armstrong: "Un tas de conneries"

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2013

Dans une interview sur la télévision américaine, Lance Armstrong a avoué s'être dopé. Mais pour de nombreuses personnalités du monde du cyclisme et pour ceux qu'il a attaqués, les propos de l'ancien champion ne sont pas suffisants.

Dès la diffusion dans la nuit de jeudi à vendredi de l’entretien confession de Lance Armstrong à l’animatrice américaine Oprah Winfrey, les réactions se sont multipliées. Certains officiels du monde du cyclisme se sont félicités que l’ancien champion ait finalement décidé d’avouer qu’il s’était bien dopé après quinze ans de dénégations.

Pour le président de l’Union cycliste internationale (UCI), Pat McQuaid, les propos de l’ex-vainqueur du Tour de France sont "un pas important en avant sur la longue route pour réparer les dommages qu’il a causés au cyclisme".

Le président de l’Agence antidopage américaine (USADA) a aussi estimé que les aveux du Texan était une avancée importante et qu’ils allaient permettre d’en savoir plus sur les pratiques de dopage. "C'est un petit pas dans la bonne direction. Il a finalement reconnu que sa carrière était bâtie sur un puissant mélange de dopage et de tromperie. S'il est sincère dans son désir de rectifier ses erreurs passées, il témoignera sous serment de l'ampleur complète de ses activités de dopage", a ainsi déclaré Travis Tygart.

"Cela m’a rendue furieuse"

Mais la majorité des commentaires sont beaucoup moins indulgents envers "les mensonges' de Lance Armstrong. Des personnalités du monde du cyclisme, autrefois intimidées par le coureur, ont jugé que ces déclarations étaient insuffisantes.

Betsy Andreu, la femme de son ancien coéquipier Frankie Andreu, a affirmé sur CNN qu’il s’agissait "d’un tas de conneries". Celle qui fut l’une des premières à l’accuser de dopage après l’avoir entendu parler de ses pratiques dans un hôpital n’a pas caché sa frustration : "Il avait l’occasion de tout dire, il me le devait. Il le devait à un sport qu’il a détruit".

Au cours de son interview avec Oprah Winfrey, Lance Armstrong a expliqué qu’il l’avait appelée pour s’excuser : "Pour l’avoir traitée de folle, de salope… mais je lui ai dit que je ne l’avais jamais traitée de grosse". Des propos qui ont blessé Betsy Andreu. "Cela m’a rendue furieuse", a-t-elle réagi.

La réaction de Betsy Andrey sur CNN

L’ancienne soigneuse de l’équipe US Postal, Emma O'Reilly, s’est également montrée déçue par l’entretien de Lance Armstrong. Interrogée sur la télévision britannique dans l’émission Daybreak, elle a estimé qu’il "n’y avait rien de nouveau".

Cette Irlandaise, qui avait été poursuivie pour diffamation par le septuple vainqueur du Tour de France, a aussi raconté qu’Armstrong avait essayé de la joindre la semaine dernière pour s’excuser, mais pour elle le pardon n’est pas suffisant après tout ce qu’elle a traversé. Elle a toutefois précisé qu’elle ne comptait pas le poursuivre en retour pour ne pas employer les mêmes tactiques que lui.

"Pas d'aveux complets"

Dans le monde du cyclisme, des anciens coureurs ont aussi montré leur agacement. Sur RTL, Laurent Jalabert a ainsi déclaré : "Ce ne sont pas des aveux complets. Quand Armstrong fait quelque chose, c'est toujours très calculé. Je me demande si ces aveux ne sont pas une tactique. Il a peut-être encore des projets, il est peut-être contraint de passer à ces aveux, de reconnaître qu'il avait triché pour pouvoir rebondir ensuite sur autre chose qui lui tient à cœur".

L’ancien président de la Fédération française de cyclisme, Daniel Baal pense aussi qu’il s’agit "d’excuses du bout des lèvres" et que "Armstrong continue de se moquer des coureurs".

La plupart des observateurs regrettent surtout que Lance Armstrong n’ait finalement donné peu de détails sur l’organisation du système de dopage. L’Américain n’a pas dit qui était le véritable instigateur de cette "machine à gagner". Il n’a pas non plus mis en cause l’UCI qui est pourtant accusé d’avoir couvert un contrôle positif du cycliste en 2001.

"Il n’est pas allé assez loin. Il aurait dû donner des noms. C’est probablement la plus grande tricherie que le sport ait connu", a ainsi dénoncé sur l’antenne de la BBC, le journaliste David Walsh qui a enquêté sur Lance Armstrong dans de nombreux articles et livres.

La réaction du journaliste David Walsh

 

Première publication : 18/01/2013

  • DOPAGE

    Affaire Armstrong : le cyclisme bientôt banni des Jeux olympiques ?

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Aveux de dopage : que risque vraiment Lance Armstrong ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)