Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

SPORT

Réactions aux aveux de Lance Armstrong: "Un tas de conneries"

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2013

Dans une interview sur la télévision américaine, Lance Armstrong a avoué s'être dopé. Mais pour de nombreuses personnalités du monde du cyclisme et pour ceux qu'il a attaqués, les propos de l'ancien champion ne sont pas suffisants.

Dès la diffusion dans la nuit de jeudi à vendredi de l’entretien confession de Lance Armstrong à l’animatrice américaine Oprah Winfrey, les réactions se sont multipliées. Certains officiels du monde du cyclisme se sont félicités que l’ancien champion ait finalement décidé d’avouer qu’il s’était bien dopé après quinze ans de dénégations.

Pour le président de l’Union cycliste internationale (UCI), Pat McQuaid, les propos de l’ex-vainqueur du Tour de France sont "un pas important en avant sur la longue route pour réparer les dommages qu’il a causés au cyclisme".

Le président de l’Agence antidopage américaine (USADA) a aussi estimé que les aveux du Texan était une avancée importante et qu’ils allaient permettre d’en savoir plus sur les pratiques de dopage. "C'est un petit pas dans la bonne direction. Il a finalement reconnu que sa carrière était bâtie sur un puissant mélange de dopage et de tromperie. S'il est sincère dans son désir de rectifier ses erreurs passées, il témoignera sous serment de l'ampleur complète de ses activités de dopage", a ainsi déclaré Travis Tygart.

"Cela m’a rendue furieuse"

Mais la majorité des commentaires sont beaucoup moins indulgents envers "les mensonges' de Lance Armstrong. Des personnalités du monde du cyclisme, autrefois intimidées par le coureur, ont jugé que ces déclarations étaient insuffisantes.

Betsy Andreu, la femme de son ancien coéquipier Frankie Andreu, a affirmé sur CNN qu’il s’agissait "d’un tas de conneries". Celle qui fut l’une des premières à l’accuser de dopage après l’avoir entendu parler de ses pratiques dans un hôpital n’a pas caché sa frustration : "Il avait l’occasion de tout dire, il me le devait. Il le devait à un sport qu’il a détruit".

Au cours de son interview avec Oprah Winfrey, Lance Armstrong a expliqué qu’il l’avait appelée pour s’excuser : "Pour l’avoir traitée de folle, de salope… mais je lui ai dit que je ne l’avais jamais traitée de grosse". Des propos qui ont blessé Betsy Andreu. "Cela m’a rendue furieuse", a-t-elle réagi.

La réaction de Betsy Andrey sur CNN

L’ancienne soigneuse de l’équipe US Postal, Emma O'Reilly, s’est également montrée déçue par l’entretien de Lance Armstrong. Interrogée sur la télévision britannique dans l’émission Daybreak, elle a estimé qu’il "n’y avait rien de nouveau".

Cette Irlandaise, qui avait été poursuivie pour diffamation par le septuple vainqueur du Tour de France, a aussi raconté qu’Armstrong avait essayé de la joindre la semaine dernière pour s’excuser, mais pour elle le pardon n’est pas suffisant après tout ce qu’elle a traversé. Elle a toutefois précisé qu’elle ne comptait pas le poursuivre en retour pour ne pas employer les mêmes tactiques que lui.

"Pas d'aveux complets"

Dans le monde du cyclisme, des anciens coureurs ont aussi montré leur agacement. Sur RTL, Laurent Jalabert a ainsi déclaré : "Ce ne sont pas des aveux complets. Quand Armstrong fait quelque chose, c'est toujours très calculé. Je me demande si ces aveux ne sont pas une tactique. Il a peut-être encore des projets, il est peut-être contraint de passer à ces aveux, de reconnaître qu'il avait triché pour pouvoir rebondir ensuite sur autre chose qui lui tient à cœur".

L’ancien président de la Fédération française de cyclisme, Daniel Baal pense aussi qu’il s’agit "d’excuses du bout des lèvres" et que "Armstrong continue de se moquer des coureurs".

La plupart des observateurs regrettent surtout que Lance Armstrong n’ait finalement donné peu de détails sur l’organisation du système de dopage. L’Américain n’a pas dit qui était le véritable instigateur de cette "machine à gagner". Il n’a pas non plus mis en cause l’UCI qui est pourtant accusé d’avoir couvert un contrôle positif du cycliste en 2001.

"Il n’est pas allé assez loin. Il aurait dû donner des noms. C’est probablement la plus grande tricherie que le sport ait connu", a ainsi dénoncé sur l’antenne de la BBC, le journaliste David Walsh qui a enquêté sur Lance Armstrong dans de nombreux articles et livres.

La réaction du journaliste David Walsh

 

Première publication : 18/01/2013

  • DOPAGE

    Affaire Armstrong : le cyclisme bientôt banni des Jeux olympiques ?

    En savoir plus

  • CYCLISME

    Aveux de dopage : que risque vraiment Lance Armstrong ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)