Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

FOCUS

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Macron aux États-Unis : un bilan en demi-teinte

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

Afrique

À Niono, l'armée malienne affiche son désœuvrement

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2013

Sur la route de Diabali, théâtre de violents combats, au nord-ouest de Bamako, les troupes maliennes font étape dans dans la bourgade de Niono, où elles trouvent vivres, soins et munitions. Reportage.

À une soixantaine de kilomètres de Diabali, une ville dont les groupes islamistes se sont emparés, la petite bourgade de Niono, 15 000 habitants, est le dernier rempart avant la ligne de front. Civils fuyant les violents combats et soldats de l’armée malienne y trouvent un toit, des vivres, des soins et, pour les militaires, des munitions. Mais face aux djihadistes, aguerris et suréquipés, l’armée malienne affiche son désœuvrement.

 
Reportage de nos envoyés spéciaux, Matthieu Mabin et Julien Sauvaget.

Première publication : 19/01/2013

  • MALI

    Les islamistes ont quitté Diabali, selon le maire de la ville

    En savoir plus

  • MALI

    "Des réfugiés ont vu des rebelles couper des mains"

    En savoir plus

  • MALI

    La terreur gagne les villages autour de Sévaré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)