Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

À Niono, l'armée malienne affiche son désœuvrement

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2013

Sur la route de Diabali, théâtre de violents combats, au nord-ouest de Bamako, les troupes maliennes font étape dans dans la bourgade de Niono, où elles trouvent vivres, soins et munitions. Reportage.

À une soixantaine de kilomètres de Diabali, une ville dont les groupes islamistes se sont emparés, la petite bourgade de Niono, 15 000 habitants, est le dernier rempart avant la ligne de front. Civils fuyant les violents combats et soldats de l’armée malienne y trouvent un toit, des vivres, des soins et, pour les militaires, des munitions. Mais face aux djihadistes, aguerris et suréquipés, l’armée malienne affiche son désœuvrement.

 
Reportage de nos envoyés spéciaux, Matthieu Mabin et Julien Sauvaget.

Première publication : 19/01/2013

  • MALI

    Les islamistes ont quitté Diabali, selon le maire de la ville

    En savoir plus

  • MALI

    "Des réfugiés ont vu des rebelles couper des mains"

    En savoir plus

  • MALI

    La terreur gagne les villages autour de Sévaré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)