Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Afrique

À Niono, l'armée malienne affiche son désœuvrement

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2013

Sur la route de Diabali, théâtre de violents combats, au nord-ouest de Bamako, les troupes maliennes font étape dans dans la bourgade de Niono, où elles trouvent vivres, soins et munitions. Reportage.

À une soixantaine de kilomètres de Diabali, une ville dont les groupes islamistes se sont emparés, la petite bourgade de Niono, 15 000 habitants, est le dernier rempart avant la ligne de front. Civils fuyant les violents combats et soldats de l’armée malienne y trouvent un toit, des vivres, des soins et, pour les militaires, des munitions. Mais face aux djihadistes, aguerris et suréquipés, l’armée malienne affiche son désœuvrement.

 
Reportage de nos envoyés spéciaux, Matthieu Mabin et Julien Sauvaget.

Première publication : 19/01/2013

  • MALI

    Les islamistes ont quitté Diabali, selon le maire de la ville

    En savoir plus

  • MALI

    "Des réfugiés ont vu des rebelles couper des mains"

    En savoir plus

  • MALI

    La terreur gagne les villages autour de Sévaré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)