Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Massacre de Thiaroye : une histoire toujours controversée, 70 ans après

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Réunion de l'Opep sous haute pression

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande est-il Vert ?"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Tamir Rice, 12 ans, abattu pour avoir joué avec son pistolet factice"

En savoir plus

SUR LE NET

La communauté afro-américaine appelée au boycott du "Black Friday"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Nouvelle affaire d'enlèvement au Mexique : la mère d'une victime témoigne

En savoir plus

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de la francophonie : la langue française a-t-elle encore un avenir ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

Afrique

À Niono, l'armée malienne affiche son désœuvrement

© Capture d'écran

Vidéo par Matthieu MABIN , Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2013

Sur la route de Diabali, théâtre de violents combats, au nord-ouest de Bamako, les troupes maliennes font étape dans dans la bourgade de Niono, où elles trouvent vivres, soins et munitions. Reportage.

À une soixantaine de kilomètres de Diabali, une ville dont les groupes islamistes se sont emparés, la petite bourgade de Niono, 15 000 habitants, est le dernier rempart avant la ligne de front. Civils fuyant les violents combats et soldats de l’armée malienne y trouvent un toit, des vivres, des soins et, pour les militaires, des munitions. Mais face aux djihadistes, aguerris et suréquipés, l’armée malienne affiche son désœuvrement.

 
Reportage de nos envoyés spéciaux, Matthieu Mabin et Julien Sauvaget.

Première publication : 19/01/2013

  • MALI

    Les islamistes ont quitté Diabali, selon le maire de la ville

    En savoir plus

  • MALI

    "Des réfugiés ont vu des rebelles couper des mains"

    En savoir plus

  • MALI

    La terreur gagne les villages autour de Sévaré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)