Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

Afrique

Les forces maliennes et françaises reprennent la ville stratégique de Diabali

© AFP

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2013

Les forces armées maliennes et françaises ont poursuivi, ce lundi, leur progression avec les prises de Diabali, ville dans le centre du Mali désertée par les islamistes, et de Douentza, dans le Nord.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé, lundi 21 janvier, la reprise par l'armée malienne des villes de Diabali et Douentza (centre), jusqu'alors aux mains des islamistes.

"Le ministère de la Défense confirme la reprise du contrôle des villes de Diabali et de Douentza par les forces armées du Mali" ce lundi matin, affirme un communiqué des services du ministre. "Pour y parvenir, les militaires maliens ont été soutenus par les forces françaises, basées à Niono et à Mopti-Sévaré", précise-t-on de même source.

En parallèle, le gouvernement malien a annoncé dans la soirée de lundi que l'état d'urgence, en vigueur depuis le 12 janvier, a été prolongé de trois mois supplémentaires afin d'assurer "le bon déroulement des opérations militaires en cours pour la libération des régions occupées" du pays.

Des problèmes de logistiques ralentissent l'arrivée de nouvelles troupes

L'armée française et les soldats maliens étaient entrés lundi matin à Diabali, localité à 400 km au nord-est de Bamako dont s'étaient emparées les islamistes il y a une semaine. Vendredi et samedi, l'armée malienne ainsi que plusieurs habitants avaient affirmé que les combattants islamistes avaient quitté les lieux, après plusieurs bombardements de l'aviation française.

Forces en présence au Mali

L'opération Serval compte actuellement :

Au sol

Contingent français
3 500 soldats français sont déployés dans le cadre de l'opération Serval.

Troupes envoyées par les États africains
Huit pays d'Afrique de l'Ouest membres de la Cédéao - le Nigeria, le Togo, le Bénin, le Sénégal, le Niger, la Guinée, le Ghana et le Burkina Faso - plus le Tchad ont annoncé leur contribution à la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). Au total, ce seront quelque 8 000 soldats du continent africain qui seront déployés au Mali pour prendre le relais de l'armée française.

Pour l'heure cependant, seuls 1 900 d'entre eux ont été déployés dans le pays.

Forces aéronavales 

Le dispositif est basé à N'Djamena (Tchad) et à Bamako : il s'agit de 4 Rafale, 6 Mirage 2000 D, 5 avions-ravitailleurs et 2 F1-CR de reconnaissance.

Des Rafale mis en état d'alerte peuvent intervenir directement depuis la France, tout comme 6 Rafale stationnés à Abou Dhabi.

"Cette avancée de l'armée malienne vers les villes tenues par leurs ennemis constitue une réussite militaire certaine pour le gouvernement de Bamako et pour les forces françaises, intervenant en soutien dans ces opérations", a également affirmé Jean-Yves Le Drian dans le communiqué.

La veille, le ministre avait précisé la mission des forces françaises sur place. "L'objectif, c'est la reconquête totale du Mali. On ne va pas laisser des poches" de résistance, avait-il affirmé, tout en espérant que la force régionale africaine en cours de déploiement prenne rapidement le "relais" de l'intervention française. Lundi, le président de l’UMP (opposition), Jean-François Copé, a néanmoins demandé à François Hollande de préciser les objectifs poursuivis par la France, en s'inquiétant d'un isolement de Paris.

De nouveaux soutiens

La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a demandé samedi à l'ONU "de fournir immédiatement l'appui logistique et financier pour le déploiement de la Misma" (Mission internationale de soutien au Mali).

Berlin, qui a déjà annoncé l'envoi de deux avions de transports, a réagi dimanche en promettant une aide financière supplémentaire aux pays africains engagés dans l'opération militaire au Mali, lors de la réunion des donateurs prévue le 29 janvier à Addis Abeba.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a, lui, révélé dimanche que la Russie avait proposé à la France d'acheminer des troupes ou du matériel français au Mali, tandis que le Canada prendrait en charge une partie du transport de la force africaine.

Si la France a assuré que ses soldats resteraient au Mali "le temps nécessaire pour que le terrorisme soit vaincu", Londres et Washington ont exclu d'envoyer des troupes dans la région tout en se disant déterminés à lutter contre les agissements d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Pour leur part, les États membres de la Cédéao ont été appelés à fournir "sans plus tarder" les troupes promises à la force qui a reçu mandat de l'ONU pour aider le Mali à reprendre le contrôle du nord du pays, occupé depuis plus de neuf mois par des groupes armés islamistes qui y ont multiplié les exactions.



Quelque 2 000 membres de la Misma doivent être déployés d'ici au 26 janvier. Quelque 150 soldats sont déjà arrivés à Bamako, dont une cinquantaine de militaires sénégalais sur les 500 promis par Dakar.

Avec dépêches

Première publication : 20/01/2013

  • MALI

    Arrivée d'un premier contingent de soldats togolais au Mali

    En savoir plus

  • MALI

    Les soldats français engagent des combats directs avec les rebelles

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mali : manifestation de salafistes prévue devant l'ambassade de France au Caire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)