Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Epidémie d'ébola : des tests de vaccins concluants

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

JO : Pékin est la 1ère ville à accueillir les jeux d’été et les jeux d’hiver

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK et Groupe Etat Islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants à Calais : Paris et Londres unis mais démunis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

FOCUS

Brésil : des cours par visioconférence au cœur de l’Amazonie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le petit prince", du livre à l'écran

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Syrie : "L'Armée de la conquête" à la recherche de respectabilité

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

Culture

L'exposition "Syriart" réunit un panel de l’avant-garde artistique du monde arabe

© Sabhan Adam (don d'un collectionneur)

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 21/01/2013

En demandant à une soixantaine d’artistes du Maroc, de Tunisie, du Liban, du Yémen et de Syrie de donner une œuvre d’art au profit d’associations syriennes, l’exposition-vente "Syriart" permet d'admirer (et d'acquérir) la jeune création arabe.

Dès qu’il est question de Syrie, les artistes du monde arabe répondent à l’appel. Ils sont une soixantaine à avoir accepté spontanément, sans poser d’autres questions, de donner une peinture, une photographie ou une installation pour une vente aux enchères au profit d’associations syriennes. Organisée par José Garçon, ancienne journaliste à Libération et spécialiste du Maghreb, et Agnès Levallois, spécialiste du Proche-Orient et chargée de cours à Sciences Po et à l’ENA, la vente intitulée "Syriart" aura lieu à l’Institut du monde arabe à Paris, lundi 21 janvier au soir, et sera encadrée par la maison Pierre-Bergé.

Impression Lambda Numéro 3/3 4000/6000 euros

"Je suis forcément interpellée par ce qui se passe en Syrie. Je n’ai pas hésité une seconde", explique Sinda Belhassen, artiste tunisienne qui a donné une peinture sombre d’un crâne encore recouvert de ligaments et de chair, expressif et tourmenté - "Addiction", peint en 2011. "C’est un don à 100 %. On ne compte pas. Surtout si c’est pour la Syrie, où le grand nombre de victimes, d’enfants et de femmes, ne se compte plus par centaines ni par milliers."

Nouvelle vague marocaine

Ce rassemblement de jeunes peintres et photographes du Golfe, du Proche-Orient et du Maghreb donne une bonne idée de l’avant-garde du monde arabe, particulièrement tunisien et marocain. Le bouillonnement culturel au Maroc est représenté par le peintre Hakim Ghazali – dont les œuvres ont intégré le British Museum à Londres -, Mohamed Mourabiti, qui a ouvert une galerie au pied du Haut-Atlas, à Tahanaout, ou encore les photographes Leïla Alaoui, Lalla Essaydi et Fouad Maazouz, des artistes dont les œuvres circulent entre l’Afrique du Nord, l’Europe et les États-Unis - "Femmes du Maroc 1", de Lalla Essaydi, a été envoyée in extremis depuis Boston.

Ce sont finalement les artistes syriens qui retiennent le plus l’attention. Pour la force d’abstraction des photographies de Jaber el-Azmeh, exilé au Qatar et auteur d’une série de photographies en rouge et noir intitulées "Blessures". Pour la dynamique de la peinture-composition sur keffieh rouge de Bahram Hajou. Ou encore pour l’œuvre de Yasser Safi, qui grave dans des regards tout l’enfermement et l’espoir du pays. Yasser Safi vit toujours en Syrie, dans la partie du pays sous contrôle du régime syrien. Avant d’arriver à Paris, sa gravure sur papier a dû transiter par plusieurs villes du Golfe, de main en main et dans le secret. Les organisateurs de la vente n’ont même pas osé envoyer à Yasser Safi un catalogue de l’exposition. De peur que son courrier soit lu, et que cela lui cause du tort...

L’argent de la vente aux enchères de ces œuvres sera reversé à 60 % à trois associations syriennes, spécialisées notamment dans le secours médical comme Najda Now, qui soutiennent la rébellion, et à 40 % aux actions en Syrie de la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH).

Première publication : 20/01/2013

COMMENTAIRE(S)