Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Jean-François Piège

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE : le plan de relance de Juncker est-il crédible ?

En savoir plus

Afrique

Des mutins prennent d'assaut le ministère de l'Information

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/01/2013

Environ 200 militaires de l’armée érythréenne ont pris d’assaut, ce lundi, le ministère de l’information et le siège de la télévision nationale à Asmara. Plusieurs tanks encerclent les deux bâtiments.

Environ 200 soldats de l'armée érythréenne, appuyés par deux chars, ont encerclé lundi le siège du ministère de l'Information dans la capitale Asmara et réclamé la libération de tous les détenus politiques, a-t-on appris auprès des services de renseignement érythréens.

Les soldats n'ont cependant pas demandé le départ du gouvernement mené par le président Isaias Afewerki, âgé de 66 ans, au pouvoir depuis que l'Érythrée a acquis en 1991 son indépendance de l'Éthiopie, officialisée par un référendum en 1993.

Les mutins ont forcé le directeur de la radio-télévision nationale à lire un communiqué télévisé "pour demander que le gouvernement relâche tous les prisonniers politiques", a dit une source proche des services de renseignement, sous couvert d'anonymat.

Des diplomates basés dans la région ont précisé que la diffusion de la télévision d'Etat s'était arrêtée après la lecture du communiqué, et que les soldats mutins pourraient avoir pris le contrôle d'autres bâtiments.

Le gouvernement n'a pas commenté la situation.

Le nombre de détenus politiques en Erythrée était estimé l'an dernier entre 5 000 et 10 000 par les Nations unies, qui accusent le gouvernement d'Asmara de mener des exécutions sommaires et des actes de torture.

Les informations sont difficiles à confirmer de manière indépendante, car les journalistes étrangers sont rarement autorisés à accéder à l'Érythrée, l'un des pays les plus fermés d'Afrique.

Deuxième armée d’Afrique

Des opposants au Front populaire pour la démocratie et la justice, le seul parti légal, ont fait état d'une contestation de plus en plus importante au sein de l'armée.

L'Érythrée, dont la population ne compte que six millions d'habitants, dispose de la deuxième armée du continent africain.

"Les problèmes économiques se sont aggravés, ce qui a dégradé les relations entre le gouvernement et les soldats au cours des derniers mois et semaines", explique un opposant réfugié en Éthiopie.

Des diplomates ont appris à Reuters qu'un soldat avait tenté d'assassiner le président Isaias Afewerki en 2009.

Depuis la guerre qui a opposé l'Érythrée et l'Éthiopie entre 1998 et 2000, les relations restent tendues entre les deux États, car Addis-Abeba affirme qu'Asmara soutient et finance des rebelles sur son territoire.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a par ailleurs décrété un embargo contre l'Érythrée, l'accusant de financer et d'armer les rebelles islamistes des Shebab en Somalie.
L'Erythrée dément toutes ces accusations et accuse les Etats-Unis de chercher à chasser du pouvoir Isaias Afewerki, décrit par la diplomatie américaine comme un "dictateur déséquilibré", selon un message révélé par le site Wikileaks en 2009.
Le pays dispose en outre d'importantes ressources aurifères, exploitées par Sunridge Gold, Nevsun Resources et Chalice Gold.

Reuters

 

Première publication : 21/01/2013

  • IMMIGRATION

    Le Sinaï, voie sans issue pour les migrants africains

    En savoir plus

  • ÉTHIOPIE

    La succession de Meles Zenawi, source d’incertitude dans la Corne de l’Afrique

    En savoir plus

  • ÉTHIOPIE

    "L’attaque éthiopienne en Érythrée est une déclaration de guerre"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)