Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Amériques

"Notre voyage n'est pas terminé", se réjouit Barack Obama

Barack Obama prêtant serment, le 21 janvier 2013

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/01/2013

Le 44e président américain a prêté serment et prononcé un discours d’une vingtaine de minutes à l'occasion de la cérémonie d'investiture marquant le début de son deuxième mandat à la présidence américaine.

Plusieurs centaines de milliers d’Américains se sont massés à Washington, ce lundi, pour assister à l’intronisation de Barack Obama, réélu pour un second mandat le 6 novembre dernier.

Analyse du discours de Barack Obama par le correspondant de FRANCE 24 à Washington

Le 44e chef d’État américain et son vice-président, Joe Biden, avaient déjà prêté serment une première fois la veille en comité restreint, sur deux Bible ayant appartenu à l’instigateur de l’abolition de l’esclavage, Abraham Lincoln, et à Martin Luther-King.

Dans son discours d’investiture prononcé au Capitole, le président américain s'est attaché à aborder les thèmes de liberté et d’égalité chers à son électorat. "Notre voyage ne sera pas terminé tant que nos femmes, nos mères et nos filles ne pourront gagner leur vie comme le méritent leurs efforts. Notre voyage ne sera pas terminé tant que nos frères et sœurs homosexuels ne seront pas traités comme tout le monde par la loi", a-t-il martelé. Un appel historique en faveur de la cause gay à l’heure où la Cour suprême s'apprête à trancher la question du mariage homosexuel. Le sujet avait été complètement passé sous silence il y a quatre ans, lors de la première investiture de Barack Obama. Parmi ses prédécesseurs, seul Bill Clinton avait mentionné, lors de sa première investiture en 1993, le "combat contre la crise mondiale du sida", ce qui avait ému le mouvement homosexuel.

Barack Obama le 21 janvier à propos du déficit et du système de santé

Principale source d’inquiétude pour les Américains, le président n’a pas omis les questions économiques et sociales qui divisent particulièrement la classe politique américaine. "La prospérité de l'Amérique doit reposer sur les larges épaules de la classe moyenne", a-t-il notamment déclaré. "Nous ne pouvons nous méprendre en instituant l'absolutisme comme principe, en substituant le spectacle à la politique, ou en faisant de l'échange d'injures un débat raisonnable", a-t-il poursuivi, appelant implicitement à l’union avec le Parti républicain qui demeure majoritaire à la Chambre des représentants.

La future "lutte acharnée" entre républicains et démocrates

Excellent sur la forme, mais loin de résoudre les tensions sur le fond. Pour les adversaires républicains du président, le discours d'investiture annonce une politique plus marquée à gauche, malgré les appels traditionnels au consensus.

"Excellent discours, très bonne exécution", admet dans un sourire l'ancien candidat républicain à la présidentielle de 2008 John McCain, dans les couloirs du Capitole. Mais, "il n'y a eu que très peu de main tendue à l'autre camp", regrette-t-il.

L'aile droite des républicains n'a pas tardé à critiquer les chantiers annoncés par Barack Obama pour le mandat qui s'ouvre, notamment la réforme de l'immigration, la défense des programmes sociaux et le changement climatique.

"Il va pousser le pays à gauche, et nous allons faire en sorte de le ramener à droite", lance Tim Scott, un nouveau sénateur proche des ultra-conservateurs du "Tea Party" qui parle d’ores et déjà de la "lutte acharnée" à venir.

Autre volet de son discours : le réchauffement de la planète. Barack Obama a assuré que les États-Unis réagiraient "à la menace du changement climatique, en gardant à l'esprit que ne pas le faire constituerait une trahison pour nos enfants et les générations futures".

Pour une paix durable

Sur le plan international, le président investi s’est engagé à maintenir les "alliances fortes" que les États-Unis ont établies partout dans le monde. "Personne n'a plus intérêt à un monde en paix que le pays le plus puissant", a-t-il plaidé, promettant de "soutenir la démocratie de l'Asie à l'Afrique, des Amériques au Moyen-Orient".

Rappelant que le pays sortait d’une décennie de guerre, Barack Obama, à l’origine du retrait des troupes américaines d’Irak, a promis de mettre fin au conflit en Afghanistan d'ici à la fin de 2014. "Nous, le peuple, croyons toujours qu'une sécurité immuable et une paix durable ne nécessitent pas une guerre perpétuelle."

"Nous ferons preuve du courage pour résoudre nos différends avec d'autres pays pacifiquement, pas parce que nous sommes naïfs face aux dangers auxquels nous sommes confrontés mais parce que le dialogue permet de lever la suspicion et la peur de façon plus durable", a-t-il ajouté.

Pléiade de stars 

Son discours plutôt solennel d’une vingtaine de minutes n’a pas fait état de propositions détaillées pour son nouveau mandat. Barack Obama devrait réserver ces annonces pour son discours sur l'état de l'Union qu'il prononcera devant le Congrès, le 12 février prochain. La réduction des déficits, le contrôle des armes à feu, la réforme de l'immigration et la politique énergétique seront probablement les priorités affichées.

Acclamé par la foule, il a, juste après son discours, laissé place à plusieurs artistes dont la chanteuse Beyoncé qui a entonné l'hymne national américain pour clore la cérémonie.

Beyoncé chante l'hymne national américain le 21 janvier devant le Capitole. (Crédits photo : capture d'écran/FRANCE 24)

Puis le président et la première dame ont pris part, après le déjeuner, à la traditionnelle parade sur Pennsylvania Avenue, l’artère principale reliant le Capitole à la Maison Blanche. À cette occasion, le couple présidentiel est sorti pendant quelques minutes de sa limousine pour saluer la foule. Derrière le convoi présidentiel, ont participé à ce défilé des représentants des cinq branches des forces armées américaines : armée de terre, marine, armée de l'air, corps des marines et garde-côtes, mais aussi des fanfares - dont celle de l'ancien lycée de Barack Obama à Hawaii.

Comme le veut la tradition, la journée d’investiture doit s'achever avec plusieurs bals organisés au palais des Congrès, où Katy Perry, Stevie Wonder et les acteurs-chanteurs "oscarisés" Jamie Foxx et Jennifer Hudson se produiront.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 21/01/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Armes à feu, immigration et Afghanistan au menu du second mandat d’Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama entame son second mandat présidentiel

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama défend son plan de lutte contre la violence liée aux armes à feu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)