Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

asie

Reportage : Être juif dans l'Iran d'Ahmadinejad

© France 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2013

Sur la scène internationale, le président iranien appelle régulièrement à la destruction de l’État d’Israël. Paradoxalement, en Iran, la communauté juive jouit d’une grande liberté de culte. Reportage de notre envoyée spéciale, Pascale Bourgaux.

Ils sont 10 000 juifs à vivre en République islamique d’Iran aujourd’hui. Ils sont 10 000 juifs à pratiquer librement leur religion. À la grande synagogue de Téhéran, Daniel Abdiyan, 13 ans, fête sa Bar Mitzvah avec ses copains d’école. Certains sont musulmans. "Ce n’est pas mal vu de les inviter, ce sont des amis très proches, signifie le frère de Daniel, Elias. Entre amis, la question de la religion ne se pose pas."

Après la cérémonie religieuse, les convives se retrouvent autour d’un repas et d’un verre de vin, un rite qui fait partie des traditions séculaires du judaïsme. Le régime iranien, qui interdit formellement l’alcool, fait une exception pour cette tradition religieuse.

La République islamique d’Iran subventionne également les écoles et autres institutions juives. "L’hôpital juif de Téhéran, situé dans un quartier populaire, est un exemple concret de la tolérance dans le pays, commente le directeur de l’hôpital, Dr Ciamak Moresadegh. Qu’ils soient juifs, musulmans ou même chrétiens, tous les salariés travaillent ensemble pour la nation iranienne." Les patients sont principalement musulmans.

Ciamak Moresadegh est également député au Parlement iranien pour défendre les intérêts des juifs du pays. Un siège qui est réservé à la communauté juive, car elle est reconnue par la Constitution de 1979, à l’instar de deux autres minorités, chrétienne et zoroastrienne. "La communauté juive d’Iran est une des plus anciennes au monde, indique Pascale Bourgaux, envoyée spéciale en Iran. Présents depuis 2 700 ans, les juifs sont arrivés bien avant les musulmans."

Liberté de culte mais pas liberté totale

L’ouverture du régime vis-à-vis des juifs d’Iran détonne avec les déclarations du président conservateur, Mahmoud Ahmadinejad. Depuis 2005, il appelle régulièrement à la disparition d'Israël. L’été dernier, il désignait l’État hébreu de "tumeur cancéreuse", après avoir qualifié en 2009 l’Holocauste de "grosse tromperie".

Des propos que le président de l’association nationale des juifs d’Iran, Dr. Samiyeh, n’hésite pas à critiquer ouvertement. "Il y a eu des discussions et malgré mon respect pour la présidence de la République islamique d’Iran, je pense que même s’il y avait eu un seul juif tué pendant la Seconde guerre mondiale en raison de son appartenance à la religion, l’acte est un crime et doit être condamné", estime-t-il.

Les juifs, qui étaient estimés à 85 000 en 1978, font toujours l’objet d’agressions antisémites dans le pays. "Deux juifs ont été tués pour leur appartenance religieuse au cours de mon reportage", note Pascale Bourgaux.

La liberté de culte n’est pas synonyme de liberté totale. Les juifs d’Iran n’ont pas accès à tous les métiers, notamment dans l’administration et l’armée où les carrières sont limitées. Par ailleurs, il n’existe aucun lien officiel entre Israël et les institutions juives iraniennes.


 

Première publication : 21/01/2013

  • SYRIE

    Les rebelles syriens libèrent 48 détenus iraniens contre 2 130 civils détenus par Damas

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël accuse l’Iran de réarmer le Hamas

    En savoir plus

  • IRAN

    Répression iranienne sur fond d'asphyxie économique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)