Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les élections législatives, un test pour le roi Abdallah II

© AFP

Vidéo par Tatiana MASAAD , James ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2013

Les Jordaniens sont invités à renouveler leur Parlement mercredi. Face à l'appel au boycott lancé par les Frères musulmans, le scrutin ne devrait pas mettre un terme aux remous politiques qui secouent le royaume hachémite depuis deux ans.

C’est le premier test grandeur nature depuis le début du Printemps arabe. Deux ans après le début de la contestation du pouvoir du roi Abdallah II, 2,27 millions de Jordaniens sont appelés aux urnes mercredi pour élire leurs députés. Ces élections anticipées présentées par la monarchie comme le moteur de nouvelles réformes économiques et politiques, sont d’ores et déjà boycottées par l’opposition, notamment les Frères musulmans, première force politique du pays.

"Nous sommes venus annoncer au régime que nous boycottons les élections", expliquait un manifestant vendredi à FRANCE 24 lors d’un rassemblement organisé par les Frères musulmans à Amman. "Ces élections sont ratées et truquées d’avance parce qu’elles sont basées sur une loi injuste", insistait-il en référence à la loi électorale actuellement en vigueur.

Un Parlement peu représentatif

Le texte ne réserve que 27 sièges aux partis politiques sur les 150 à pourvoir, laissant la prépondérance aux candidats indépendants locaux, donc aux tribus et aux hommes d’affaires proches du roi.

A Salt, à une trentaine de kilomètres d'Amman, la campagne électorale bat son plein

"Cette loi ne permet pas au peuple d’être représenté au Parlement et, en plus, la distribution des sièges sur le territoire n’est pas équitable", poursuivait un autre manifestant.

Pour les Frères musulmans, l’objectif est clair : l’établissement d’une République islamique en Jordanie. "Réjouissez-vous ! La conquête est imminente. L’avènement d’un Etat islamique sur cette terre pour que le bien règne est proche ! ", s’exclamait ainsi à la tribune vendredi, Hamman Saïd, le chef de la confrérie.

Dans l'immédiat, il semble difficile de réitérer l'exploit réalisé en 1989, sous l’ancienne loi électorale, par le Front d’action islamique. Le bras politique de la confrérie dirigé par Hamza Mansour, avait alors rencontré un succès aux élections législatives avec 27 sièges sur 80. Mais, en 2010, lors du scrutin anticipé organisé après la dissolution du Parlement par le roi, les islamistes avaient néanmoins boudé les urnes, en signe de protestation contre le découpage des circonscriptions.

Les Frères musulmans prêts à en découdre avec le roi

"Le système électoral qui nous est imposé depuis 1993 est non-démocratique et anticonstitutionnel", affirme Hamza Mansour, le secrétaire général du Front d’action islamique.

Le parti demande également que la Constitution soit amendée pour que le gouvernement soit issu de la majorité parlementaire, quitte à se fâcher avec le roi. "Nous veillons à ce que notre relation avec le roi soit positive, qu’il soit un roi pour tous et qu’il adopte les revendications du peuple. Je pense que pour le moment la communication entre nous est au plus mal", déplorait vendredi sur FRANCE 24 Hamza Mansour.

Bien qu’ils les boycottent, ces élections qui seront supervisées par une commission électorale en présence d’observateurs internationaux, ont valeur de test pour la confrérie. Une forte abstention saperait la crédibilité du nouveau Parlement et renforcerait leur mouvement de contestation.

Outre l’absence des Frères musulmans, le Front de réforme national de l'ex-Premier ministre Ahmad Obeidat, a également appelé ses partisans à bouder les urnes, limitant la portée du scrutin et des réformes qui pourraient en découler.

Première publication : 22/01/2013

  • JORDANIE

    Élections parlementaires anticipées : les Frères musulmans appellent au boycott

    En savoir plus

  • JORDANIE

    La commission électorale fixe les législatives jordaniennes au 23 janvier

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Les Frères musulmans défient le pouvoir jordanien dans la rue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)