Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

Intervention au Mali : pourquoi Morsi hausse le ton contre Paris

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 22/01/2013

Le chef d'État égyptien s’est élevé, lundi, contre les opérations des forces françaises engagées au Mali pour repousser les combattants islamistes contrôlant le nord du pays africain. Décryptage.

L’Egypte a réitéré, lundi 21 janvier, son opposition à l’intervention militaire française au Mali. Dans un discours tenu à l’ouverture du sommet économique arabe, à Riyad, le président Mohamed Morsi s’est élevé contre les opérations des forces françaises au Mali "Nous n’acceptons en aucun cas l’intervention militaire au Mali (...) qui est de nature à alimenter le conflit dans la région", a-t-il déclaré, non sans rompre avec la quasi-unanimité, même timide, de la communauté internationale, observée depuis le coup d’envoi de l’intervention militaire, le 11 janvier dernier, contre les islamistes contrôlant le nord Mali. Et ce, alors qu’il est attendu dans la capitale française début février, où il doit se rendre en visite officielle.

Indépendance et politique africaine
 
"Nous ne voulons pas que soit créé un nouveau foyer de conflit sanglant en Afrique", a poursuivi le président égyptien issu des rangs des Frères musulmans. Selon lui, "toute intervention doit être pacifique et comprendre une aide financière au développement". Il a ajouté : "Ce que nous rejetons totalement, c’est la séparation du nord arabe du cœur de l’Afrique".
 
La volonté du président égyptien d’apparaître comme un homme d’Etat à même de défendre une diplomatie forte n’est peut-être pas étrangère à ses propos, tenus devant ses pairs du monde arabe, réunis en Arabie saoudite. "Depuis son élection, l’une des priorités de Mohamed Morsi est de replacer l’Egypte comme un acteur-clé, voire incontournable de la région, en prouvant son indépendance à l’égard des Occidentaux, et ce, par opposition au président Moubarak, souvent critiqué pour son alignement quasi-systématique sur les positions des grandes puissances", précise Sonia Dridi, correspondante de FRANCE 24 au Caire. Et justement, la crise au Mali lui offre l’occasion de s’illustrer à l’échelle du continent africain. "Après avoir récemment fait ses preuves en œuvrant pour un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, le Mali lui offre l'opportunité d'affirmer sa politique africaine", poursuit-elle en ajoutant que l’électorat de la Confrérie attend justement que le pouvoir affiche des positions tranchantes en matière de politique étrangère.
 
Flatter les courants islamistes égyptiens
 
En outre, sur le plan interne, cette prise de position "est indissociable du contexte politique actuel en Egypte", estime le journaliste Ayma al-Sissi, spécialiste des questions africaines du quotidien égyptien al-Ahram. Et ce, à quelques jours du deuxième anniversaire du début de la révolte qui a abouti à la chute d'Hosni Moubarak, en février 2011. "Compte tenu du climat social et économique très difficile, et à l’aube de l’anniversaire de la révolution qui risque de provoquer des débordements dans la rue, le président Morsi cherche à resserrer les rangs des différents courants islamistes du pays, en flattant notamment les salafistes, qui se sont élevés contre l’intervention française au Mali", explique-t-il à FRANCE 24. Une centaine d'islamistes, en grande majorité des salafistes, avaient manifesté vendredi près de l'ambassade de France au Caire pour protester contre l'intervention militaire française au Mali, accusant Paris d'être en "guerre contre l'islam".
 
"Les Frères musulmans craignent qu’une éventuelle déstabilisation de la région, provoquée par la guerre au Mali, n’ait des répercussions sur les pays du printemps arabe, à commencer par l’Egypte", note de son côté Sonia Dridi. Et d’ajouter : "À quelques mois des législatives, prévues en avril, la Confrérie veut éviter toute agitation interne, or avec les évènements au Mali, des djihadistes ou des salafistes égyptiens pourraient trouver une nouvelle cause à défendre et créer du désordre dans le pays".
 

 

Première publication : 22/01/2013

  • ÉGYPTE

    Mali : manifestation de salafistes près de l'ambassade de France au Caire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)