Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

EUROPE

Les jeunes en quête d'oasis dans le désert économique portugais

© Clément Perrouault | Luis Martins, entrepreneur portugais

Texte par Clément PERROUAULT , Adeline PERCEPT

Dernière modification : 24/01/2013

Face à un marché du travail sinistré, les jeunes diplômés portugais doivent s'adapter. Si certains ont décidé de créer leur propre start-up, d'autres ont fait le pari de l'agriculture. Portraits.

Sur les rives du Tage, la Baixa semble endormie. Le vieux quartier commerçant de Lisbonne est comme à la retraite avec ses façades fatiguées, ses immeubles inoccupés et sa lenteur. Son visage est celui d’un Portugal résigné, un Portugal en crise. Pourtant, au 30 de la Rua da Prata, la rue de l’Argenterie, un bâtiment détonne. Au rez-de-chaussée, une boutique de souvenirs très conceptuelle, puis sur quatre étages des bureaux rassemblés derrière une large bannière indiquant : "Start Ups Lisboa". À l’intérieur, une fourmilière. Quarante-cinq jeunes entreprises sont installées dans ce lieu, baptisé "incubateur d’entreprises". Ici, malgré l’austérité et la torpeur ambiante, la jeunesse a décidé de tenter sa chance.

Un pays essoufflé par la rigueur

Avec un taux de chômage à plus de 16 %, le Portugal subit le contrecoup du plan d’aide internationale débloqué en mai 2011. À l’époque, en échange de 78 milliards d’euros d’argent frais pour apaiser la crise de la dette, le FMI et la BCE avaient exigé du gouvernement des mesures de rigueur drastiques. La baisse des salaires et des retraites s’est accompagnée d’une hausse régulière des impôts, qui devrait encore s’accentuer cette année. La troïka considère le Portugal de Pedro Passos Coelho bon élève.

Mais les opposants à ce plan très impopulaire l’accusent de freiner la consommation et d’accélérer les faillites d’entreprises. Le Portugal devrait connaître en 2013 sa troisième année de récession consécutive.

Luis Martins s’est installé au troisième étage. Son espace de travail est réduit au minimum. Un bureau, un Mac et une poignée de cartes de visite. Comme pour la plupart des jeunes entrepreneurs installés ici, tout se passe sur l’écran de son ordinateur. Pour s’installer dans l’incubateur, les Start Ups doivent travailler en relation avec le Web et proposer des services exportables. Luis a créé Zaask, une plateforme web qui met en relation des professionnels ayant besoin de services spécialisés. "Les clients viennent à la recherche de services locaux comme un plombier, un web-designer ou un photographe, explique-t-il. Et on inclut un système d’évaluation pour permettre à chacun de se créer une réputation en ligne." Luis a lancé le site avec un associé. L'idée est futée et adaptée au contexte économique. "Cette plateforme n’existerait pas ou aurait moins de sens sans la crise, reconnaît l’entrepreneur. Avant, les gens n’avaient pas besoin d’un moyen pour faire connaître leurs compétences, puisqu’ils avaient un emploi."

La Silicon Valley portugaise

Dans les salles communes de l’incubateur, l’atmosphère fait penser à celle de la mythique Silicon Valley. Graffitis aux murs, écrans dans tous les coins, mini-panier de basket, salle de réunion baptisée "salle Steve Jobs". "Le modèle est importé des États-Unis. Un endroit comme ça, où il y a plusieurs entrepreneurs ensemble, ça booste l’optimisme. C’est une sorte d’oasis dans la société portugaise," déclare Luis. Une oasis pour se protéger du contexte économique et se rassurer.

La création de start-ups connaît un engouement certain au Portugal. La crise pousse les nouveaux arrivants sur le marché du travail à prendre des risques. C’est l’analyse que fait Luis : "La culture des jeunes change. Ils savent qu’ils ne peuvent plus compter sur un seul emploi, et encore moins sur un emploi à vie." En moins d’un an, Start-Ups Lisboa a reçu plus de 600 candidatures. Joao Vasconcelos, président de l’incubateur, traîne entre les bureaux sa quarantaine tranquille. "Il y a beaucoup de jeunes cadres qui se retrouvent au chômage, qui peuvent créer leur propre emploi et s’orientent vers des endroits comme ici. Différentes études ont présenté le peuple portugais comme le plus entreprenant d’Europe."

L'attrait du secteur agricole

À une centaine de kilomètres de Lisbonne et sa Baixa, Almeirim est une petite ville du Portugal rural. Tout autour, une vaste plaine s’étale sur des kilomètres, irriguée par le Tage qui passe juste à côté. Si l'on est loin de la Silicon Valley, ici aussi des dizaines de jeunes ont monté leur propre affaire. Cette fois dans l’agriculture. Grâce à des aides données du gouvernement et de l’Union européenne, ce secteur retrouve un attrait inattendu. Les nouveaux agriculteurs peuvent recevoir des subventions s’élevant jusqu’à 75 000 euros. Chaque semaine, 260 nouvelles exploitations sont créées au Portugal.

Directrice financière de formation, Anna a lancé son entreprise d’horticulture à Almeirim. C’est donc loin de Lisbonne, dans la campagne portugaise, qu’elle a trouvé un tout autre décor pour mettre en valeur ses compétences en management. (Crédit : Clément Perrouault)

Anna fait partie de ces nouveaux agriculteurs qui se sont installés autour d’Almerim. Cette jeune femme souriante de 26 ans affiche une tenue impeccable très urbaine. Seules ses bottes en caoutchouc évoquent sa nouvelle profession. Anna était directrice financière à Lisbonne. Mais après un an de chômage, elle a choisi de sauter le pas sur ces terres où elle a ses racines. "Jamais je n’aurais cru revenir à Almeirim, confie-t-elle. J’ai toujours étudié et vécu loin d’ici. Je me voyais en directrice d’une grande entreprise... Et bien ce sera de ma propre entreprise." Même si le secteur n’a pas grand-chose à voir avec la finance, l’agriculture va permettre à Anna d’utiliser ses compétences en management. Comme beaucoup de jeunes exploitants, elle mise sur les techniques modernes. Sous sa serre, elle a mis en place des cultures de salades et d’herbes aromatiques en hydroponie, hors sol. "Je dois m’adapter, comme tous les jeunes, explique-t-elle. Bien sûr que tout cela est nouveau pour les jeunes agriculteurs. Mais nous apprenons ensemble, nous nous entraidons."

Ce choix d’une carrière agricole, même s’il est assumé, reste pour beaucoup de jeunes un choix par défaut. Anna n’en fait pas mystère : si elle avait une vraie opportunité de travail à Lisbonne ou à l’étranger, elle quitterait ses salades et ses bottes. Mais en attendant ce jour, c’est ici qu’elle a trouvé sa place. "Je suis dans une nouvelle phase de ma vie. Ce n’est pas la course et le stress du boulot. Tout est tranquille. Il faut un peu pousser les gens, mais tout se passe bien, et dans les temps."

Première publication : 22/01/2013

  • PORTUGAL

    Le Parlement portugais approuve le budget de rigueur pour 2013

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En Espagne et en Italie, les manifestations anti-austérité tournent à l'affrontement

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    L’Europe du Sud crie sa colère contre l’austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)