Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Hillary Clinton met en garde contre le terrorisme en Afrique du Nord

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/01/2013

Devant le Congrès, lors de son audition portant sur l'attentat contre l'ambassade américaine à Benghazi, la secrétaire d'État Hillary Clinton a lancé une mise en garde face au risque terroriste islamiste en Afrique du Nord.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a lancé mercredi une mise en garde face au risque terroriste islamiste en Afrique du Nord, lors de son audition devant le Congrès sur l'attentat contre le consulat américain de Benghazi en septembre dernier.

L'attaque de Benghazi "n'est pas survenue dans le vide. Les révolutions arabes ont bouleversé l'équilibre des forces dans toute la région. L'instabilité au Mali a créé un refuge pour des terroristes qui cherchent à étendre leur influence et à perpétrer davantage d'attaques du genre de celle de la semaine dernière en Algérie", a déclaré Mme Clinton devant la commission des Affaires étrangères du Sénat.

Les "inquiétudes face au terrorisme et à l'instabilité en Afrique du Nord ne sont pas nouvelles", a reconnu la chef de la diplomatie américaine. "Mais après Benghazi, nous avons accéléré notre campagne diplomatique pour augmenter la pression sur Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et d'autre groupes terroristes dans la région", a affirmé celle qui doit quitter son poste de secrétaire d'Etat dans quelques jours.

Mme Clinton témoigne toute la journée devant le Congrès sur l'attentat du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi, un drame qui a coûté la vie à l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye et qui a terni l'image du département d'Etat pour ses carences en termes de sécurité.

Pour ce qui devrait être le dernier chapitre de quatre mois d'"affaire Benghazi", Mme Clinton a commencé à s'exprimer à 09H00 (14H00 GMT) devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, à majorité démocrate, puis doit s'adresser à 14H00 (19H00 GMT) devant celle de la Chambre des représentants, dominée par les républicains.

Malade et invisible entre début décembre et début janvier, elle n'avait pas pu témoigner comme prévu le 20 décembre devant le Congrès sur le dispositif de sécurité au consulat des Etats-Unis à Benghazi attaqué aux explosifs et armes de guerre par des miliciens islamistes affiliés au réseau Al-Qaïda.

AFP
 

Première publication : 23/01/2013

  • ETATS-UNIS

    Hillary Clinton bientôt entendue au Congrès sur l'attaque de Benghazi

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Hillary Clinton "assume la responsabilité" de la gestion de l'attaque de Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)