Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Moyen-orient

Netanyahou, vainqueur humilié, veut constituer une "large coalition"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Sylvain ATTAL

Dernière modification : 23/01/2013

Les blocs de droite et de centre-gauche sont arrivés à égalité à l'issue des législatives israéliennes de mardi. Pressenti pour former le prochain gouvernement, le sortant Benjamin Netanyahou a indiqué vouloir travailler à une "large coalition".

Un coup de balai, un grand appel d’air : tel est le paysage politique israélien à l’issue d’une soirée électorale comme en réserve souvent la vie politique de ce pays. Les électeurs qui se sont fortement mobilisés, mardi 22 janvier, ont déjoué tous les pronostics, sanctionné les vieux partis et porté sur le devant de la scène des nouveaux venus. Au point qu’il est bien impossible de prédire quelle forme prendra le futur gouvernement du pays.

Le grand gagnant de cette élection est sans aucun doute le leader d’un nouveau parti centriste, Yesh Atid ("Il y a un avenir"), Yaïr Lapid, un ancien journaliste de télévision très célèbre mais novice en politique même s’il est le fils de Tony Lapid, qui remporta lui aussi un certain succès électoral il y a dix ans à la tête d’un parti très anti-clérical. Avec 19 sièges dans la prochaine Knesset, Yaïr Lapid a bénéficié d’un incontestable besoin de renouvellement. Il se hisse à la deuxième position et s’affirme en faiseur de roi.

Victoire à la Pyrrhus

"Il y a de fortes chances que Yaïr Lapid entre au gouvernement"

Car même s’il a techniquement gagné cette élection, le premier à en ressortir diminué, voire même humilié, est le Premier ministre sortant, Benjamin Netanyahou. Avec son associé Avigdor Lieberman, il n’obtient que 31 sièges, alors que les deux partis disposaient de 42 députés dans l’Assemblée sortante. Certes, la droite et les partis religieux restent majoritaires, mais de deux sièges seulement.

Cela suffira peut-être à faire de Netanyahou le probable futur chef du gouvernement. Mais pour certains, il est devenu seulement probable, et sa tâche s’annonce très délicate. Car les formations de gauche et du centre qui ont obtenu un résultat inespéré il y a encore quelques jours ont juré de mettre tous les obstacles possibles sur son chemin. Très exactement, c’est ce qu’on appelle une victoire à la Pyrrhus.

Tête de liste travailliste, Shelly Yacimovitch, qui ne termine qu’en troisième position (15 sièges), se disait néanmoins en mesure de proposer une "alternative" à un gouvernement Netanyahou synonyme de "davantage d’injustice sociales". Yaël German, un proche de Lapid, déclarait qu’il était prématuré de prédire qui serait le futur Premier ministre : "Si nous avons vocation à participer au gouvernement, aucun leader ne peut tenir notre soutien pour acquis".

Quand à Tzipi Livni, dont l’étoile avait un peu pâli ces dernières années, elle jubilait littéralement au milieu de ses partisans. Malgré un score modeste qui accorde à sa nouvelle formation centriste Hatnouah ("Le Mouvement"), tout au plus 6 ou 7 députés, elle avait bien compris que l’affaiblissement de Netanyahou et la déroute de son ancien parti Kadima (qui ne sera même pas représenté à la Knesset), lui permettrait de vendre chèrement son soutien au prochain Premier ministre afin de peser sur le dossier sur lequel elle a axé sa campagne : la paix. Tous espéraient pouvoir infléchir la ligne du prochain gouvernement, tant sur les questions sociales que sur celle du processus de paix avec les Palestiniens.

Déception des religieux

Du côté des partis religieux, le Shas, parti des rabbins sépharades, maintient sa position avec 11 sièges et sera vraisemblablement dans la coalition, quelque soit le cas de figure. Naftali Bennett, le leader du parti national religieux Habayit Hayeoudi ("La Maison des juifs"), triple le score du vieux parti qu’il a revigoré. Paradoxalement, il a tout pour être déçu en ne remportant que 11 fauteuils puisque les sondages lui en prédisaient au moins 15.

Plusieurs heures après l’annonce des résultats, Benjamin Netanyahou, visiblement sonné, revendiquait la victoire et annonçait travailler à une "large coalition". En cas d’échec, il ne lui restera plus qu’à rassembler tous les partis religieux. Il se trouverait alors à la tête du gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël, sur lequel les colons auraient quasiment droit de vie ou de mort. Dans ce cas de figure, Netanyahou ne pourrait que poursuivre et accentuer la ligne intransigeante qui est la sienne, risquant d’aggraver encore l’isolement du pays, et la discorde avec les États-Unis.

 

Première publication : 23/01/2013

  • ISRAËL

    Netanyahou remporte les législatives mais perd du terrain

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Législatives israéliennes : les résultats parti par parti

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Benjamin Netanyahou peut-il gouverner encore plus à droite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)