Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Moyen-orient

Les Palestiniens sceptiques après les législatives israéliennes

© AFP | Archives

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2013

Si le Hamas se réjouit de la déconvenue électorale du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, l'ensemble des responsables palestiniens affichent leur scepticisme quant à l'avenir du processus de paix.

Au lendemain des législatives israéliennes, qui ont vu à la fois l’affaiblissement et la reconduction quasi-certaine au pouvoir du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, les Palestiniens ont affiché leur scepticisme.

"La Palestine est prête à travailler avec tout gouvernement israélien qui sera formé à condition qu'il respecte les résolutions de l'Assemblée générale (de l'ONU) qui a donné une réalité à l'Etat de Palestine, ainsi que les frontières d'avant 1967", a déclaré mercredi le ministre palestinien des affaires étrangères Ryiad Al-Malki, en réaction aux élections israéliennes, devant le Conseil de sécurité de l'ONU.            

(AFP)

La présidence de l’Autorité palestinienne a ainsi annoncé,  mercredi, qu'elle ne coopérera qu’avec un gouvernement qui s'engage à faciliter la création d’un État palestinien sur la base des lignes d'armistice de 1967, avec Jérusalem comme capitale. Soit, autant de conditions totalement exclues par Benjamin Netanyahou. "C'est la marche à suivre pour coopérer avec tout futur gouvernement israélien, à qui il revient de choisir entre la paix ou l’impasse qui aura des répercussions sur tout le monde", a même précisé Nabil Abou Roudeina, porte-parole de l’Autorité palestinienne, mercredi.
 
Saëb Erakat, le négociateur proche du président palestinien Mahmoud Abbas, a indiqué que "quelle que soit la nature de la coalition gouvernementale qui sera formée, elle doit vouloir la paix et suivre la voie d'une solution à deux Etats pour restaurer la crédibilité du processus de paix".
 
Le Hamas pavoise, l’OLP sans illusions
 
De son côté, le Hamas s'attribue en partie le "revers" électoral de la droite israélienne . "Les résultats des élections traduisent la victoire de la résistance palestinienne, comme le montre le revers de Netanyahou après son échec face à la résistance à Gaza", souligne, en référence à l'opération israélienne dans la bande de Gaza en novembre dernier, le mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave palestinienne.
 
"Malgré les grands changements sur la carte politique israélienne, ces partis [l'ensemble de la classe politique israélienne, NDLR] s'accordent dans leurs programmes sur la poursuite de l'agression et de la négation de nos droits nationaux et le Hamas y fera face en augmentant l'unité nationale et en activant l'option de la résistance", poursuit le communiqué.
 
La veille, anticipant une victoire éclatante de la droite et de l’extrême droite israéliennes, le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, avait appelé à "une stratégie unifiée" arabo-musulmane pour faire face au "changement d'un gouvernement extrémiste vers un autre qui le sera encore plus".
 
Par ailleurs, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) ne se fait guère d’illusions quant à l’avenir du processus de paix, au point mort ces dernières années. "Nous ne pensons pas que, soudain, la paix est à l'horizon. Ce sera très difficile, d'autant plus que si Netanyahou s'allie aux soi-disants partis modérés, cela le rendra plus acceptable au reste du monde et améliorera son image en Occident", a déclaré mercredi Hanane Achraoui, membre du Comité exécutif de l'OLP.

(Avec dépêches)

Première publication : 23/01/2013

  • ISRAËL

    Législatives israéliennes : les résultats parti par parti

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Netanyahou, vainqueur humilié, veut constituer une "large coalition"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Benjamin Netanyahou peut-il gouverner encore plus à droite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)