Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : des dizaines de personnes tuées près de Beni

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Société militaire privée : le business de la guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

Moyen-orient

Les Palestiniens sceptiques après les législatives israéliennes

© AFP | Archives

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2013

Si le Hamas se réjouit de la déconvenue électorale du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, l'ensemble des responsables palestiniens affichent leur scepticisme quant à l'avenir du processus de paix.

Au lendemain des législatives israéliennes, qui ont vu à la fois l’affaiblissement et la reconduction quasi-certaine au pouvoir du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, les Palestiniens ont affiché leur scepticisme.

"La Palestine est prête à travailler avec tout gouvernement israélien qui sera formé à condition qu'il respecte les résolutions de l'Assemblée générale (de l'ONU) qui a donné une réalité à l'Etat de Palestine, ainsi que les frontières d'avant 1967", a déclaré mercredi le ministre palestinien des affaires étrangères Ryiad Al-Malki, en réaction aux élections israéliennes, devant le Conseil de sécurité de l'ONU.            

(AFP)

La présidence de l’Autorité palestinienne a ainsi annoncé,  mercredi, qu'elle ne coopérera qu’avec un gouvernement qui s'engage à faciliter la création d’un État palestinien sur la base des lignes d'armistice de 1967, avec Jérusalem comme capitale. Soit, autant de conditions totalement exclues par Benjamin Netanyahou. "C'est la marche à suivre pour coopérer avec tout futur gouvernement israélien, à qui il revient de choisir entre la paix ou l’impasse qui aura des répercussions sur tout le monde", a même précisé Nabil Abou Roudeina, porte-parole de l’Autorité palestinienne, mercredi.
 
Saëb Erakat, le négociateur proche du président palestinien Mahmoud Abbas, a indiqué que "quelle que soit la nature de la coalition gouvernementale qui sera formée, elle doit vouloir la paix et suivre la voie d'une solution à deux Etats pour restaurer la crédibilité du processus de paix".
 
Le Hamas pavoise, l’OLP sans illusions
 
De son côté, le Hamas s'attribue en partie le "revers" électoral de la droite israélienne . "Les résultats des élections traduisent la victoire de la résistance palestinienne, comme le montre le revers de Netanyahou après son échec face à la résistance à Gaza", souligne, en référence à l'opération israélienne dans la bande de Gaza en novembre dernier, le mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave palestinienne.
 
"Malgré les grands changements sur la carte politique israélienne, ces partis [l'ensemble de la classe politique israélienne, NDLR] s'accordent dans leurs programmes sur la poursuite de l'agression et de la négation de nos droits nationaux et le Hamas y fera face en augmentant l'unité nationale et en activant l'option de la résistance", poursuit le communiqué.
 
La veille, anticipant une victoire éclatante de la droite et de l’extrême droite israéliennes, le chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, avait appelé à "une stratégie unifiée" arabo-musulmane pour faire face au "changement d'un gouvernement extrémiste vers un autre qui le sera encore plus".
 
Par ailleurs, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) ne se fait guère d’illusions quant à l’avenir du processus de paix, au point mort ces dernières années. "Nous ne pensons pas que, soudain, la paix est à l'horizon. Ce sera très difficile, d'autant plus que si Netanyahou s'allie aux soi-disants partis modérés, cela le rendra plus acceptable au reste du monde et améliorera son image en Occident", a déclaré mercredi Hanane Achraoui, membre du Comité exécutif de l'OLP.

(Avec dépêches)

Première publication : 23/01/2013

  • ISRAËL

    Législatives israéliennes : les résultats parti par parti

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Netanyahou, vainqueur humilié, veut constituer une "large coalition"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Benjamin Netanyahou peut-il gouverner encore plus à droite ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)