Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

Afrique

Il y a déjà un millier de soldats africains au Mali, assure Jean-Yves le Drian

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/01/2013

Invité de FRANCE 24, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est revenu mercredi sur l'intervention des forces françaises au Mali, assurant qu'elles resteraient dans le pays en attendant le déploiement des forces africaines (Misma).

Interrogé mercredi 23 janvier sur FRANCE 24, Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense est revenu sur l’opération Serval et le rôle de la France au Mali. "Notre combat est un combat contre les groupes terroristes qui veulent transformer le pays en État terroriste, un état qui aurait dès lors perdu son identité", a souligné à plusieurs reprises le ministre.

Les forces françaises, présentes au Mali depuis le 11 janvier ont entrepris d’aider les forces maliennes à reconquérir la totalité du pays, le Nord étant tombé aux mains des rebelles islamistes depuis octobre dernier. "Nous ne permettrons pas cette atteinte à la souveraineté d’un État", a ajouté le ministre préférant employer le mot "terroriste" plutôt qu’"islamiste" à l’évocation des agresseurs au Mali.

Cliquez pour agrandir la carte

"Ce sont des groupes terroristes djihadistes qui veulent mettre sous tutelle des groupes de confession musulmane dont je respecte la religion".

Le ministre n’a en outre pas précisé le calendrier concernant le retrait des troupes françaises du Mali. Il a en outre mis l’accent sur l'application de la résolution du 20 décembre du Conseil de sécurité de l'ONU qui autorise l'envoi au Mali d'une force essentiellement africaine qui comptera environ 5 600 hommes."Les forces africaines sont en cours d’implantation et d’installation. Il y a déjà un millier de soldats de la Misma [Mission internationale de soutien au Mali] présents dans le pays, à Bamako et aussi dans le Nord", a-t-il avancé. "Tout se met en place dans des délais raisonnables". Nous n’avons jamais imaginé une opération éclair. Tout ce que nous souhaitons c'est de mettre en place les conditions pour que la Misma puisse remplir la mission qui lui a été confiée par les Nations-Unies", a-t-il dit.

L'opération a coûté 30 millions d'euros à "l'heure actuelle"

Le ministre de la Défense a également répété que la présence de l’armée française au Mali était indispensable – bien qu’elle ait coûté à "l’heure actuelle environ 30 millions d’euros". "L’armée malienne est opérationnelle mais nos forces françaises sont ici en appui. Elle permettent aux forces maliennes de reprendre confiance en elles-mêmes". Sur le terrain, cet "appui" a été significatif et a permis la reconquête lundi 21 janvier de Diabali et Douentza (centre).

Sur le plan diplomatique, le ministre a botté en touche sur le fait de savoir si la France n’était pas "bien seule dans ce conflit" ? "Si nous n’étions pas intervenus, il n’y aurait pas eu d’initiative au Mali, il n’y aurait eu personne", a-t-il répété tout en affirmant avoir l’appui de la communauté internationale. "Nous avons aujourd’hui le soutien logistique d’autres pays européens."

"Nous avons respecté les décisions d'Alger"

Le ministre n’a pas exclu que l’armée malienne ait pu commettre des exactions. "Il faut être extrêmement vigilant et le président de la République compte sur le sens des responsabilités des cadres de l'armée malienne pour éviter toute exaction".

Sur le dossier algérien et plus précisément sur la question de la gestion de l’assaut mené par les forces algériennes à In Amenas, Jean-Yves Le Drian a renouvelé toute sa confiance aux autorités d’Alger. Si certains pays [le Japon, le Royaume-Uni] ont critiqué le gouvernement de Bouteflika sur la violence de l’assaut, "on a aussi eu le sentiment qu’on avait oublié qu’il y avait eu une prise d’otages gigantesque et une atteinte à la souveraineté d’un État […] Nous avons respecté les initiatives que prenait le gouvernement algérien pour recouvrer son intégrité", a expliqué le ministre.

Jean-Yves Le Drian, avait estimé dimanche 20 janvier que la prise d'otages en Algérie était "un acte de guerre" en raison du nombre de personnes retenues. Le ministre de la Défense a également indiqué que l'Algérie avait "décidé de fermer ses frontières, de les sécuriser et de faire en sorte qu'elles soient impénétrables", a-t-il expliqué. "Et je peux vous dire que c'est fiable", a-t-il poursuivi.
 

Retrouvez toutes les émissions "Politiques" en cliquant ici.


Première publication : 23/01/2013

  • MALI

    L'aviation française bombarde des positions d'Aqmi à Tombouctou

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Intervention au Mali : pourquoi Morsi hausse le ton contre Paris

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Mali : à Diabali, plus aucun djihadiste n’a été aperçu depuis plusieurs jours

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)