Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Culture

Benjamin Millepied nommé directeur du ballet de l'Opéra de Paris

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2013

À 35 ans, Benjamin Millepied, formé à New York et connu pour être "monsieur Natalie Portman", prendra la tête du prestigieux ballet de l'Opéra de Paris en octobre 2014.

C'est le symbole d'un changement de génération. Benjamin Millepied, jeune star de la danse contemporaine, a été nommé par l'Opéra de Paris pour diriger son prestigieux ballet, après 20 ans de règne de Brigitte Lefèvre. Le chorégraphe et danseur de 35 ans, propulsé dans les rubriques "people" des magazines après son mariage en août 2012 avec Natalie Portman, qu'il a rencontré sur le film "Black Swan", prendra ses fonctions en octobre 2014.

Le couple, qui a un petit garçon, va chercher "un endroit où vivre rapidement" à Paris. "Ce n'est pas très compliqué, on va venir vivre à Paris", a déclaré Benjamin Millepied à l'AFP, assurant que "c'est un choix familial" et que l'actrice américaine pourrait en profiter pour se concentrer sur "des projets européens".

Benjamin Millepied a indiqué qu'il venait avec "beaucoup de respect et d'humilité" diriger les 154 danseurs du ballet, connus "pour leur style, fait de raffinement, d'élégance, d'un certain port de bras: on reconnaît un danseur de l'Opéra de Paris en 10 secondes".

Une vingtaine de créations en dix ans

Le jeune chorégraphe a fait ses classes à New York. Il est nommé étoile ou "principal dancer" du New York City Ballet en 2002, où il a interprété les grands rôles des ballets de George Balanchine, Jerome Robbins, le chorégraphe du fameux "West Side Story" qui devient son mentor, ou encore Peter Martins, et participe à des créations contemporaines (Angelin Prejlocaj notamment). Parallèlement, il se lance dans ses propres créations: une vingtaine en dix ans, dont deux à l'Opéra de Paris.

Quittant le New York City Ballet en 2011, il lance sa propre compagnie, L.A. Dance Project, une sorte de laboratoire croisant les talents de la danse avec ceux des compositeurs et artistes plasticiens. Un "travail collaboratif, peut-être le plus difficile", qu'il entend mettre en pratique à l'Opéra de Paris.

Parmi les candidats déçus figurent nombre d'étoiles ou anciennes étoiles du ballet, pour la plupart formés sous l’ère Noureev, comme Laurent Hilaire (actuel maître de ballet), Nicolas Le Riche, Charles Jude, Manuel Legris, Sylvie Guillem et des chorégraphes déjà "classiques" de la danse contemporaine comme Angelin Prejlocaj et William Forsythe.

"La tradition des grands ballets avec fraîcheur et brillance"

Avec Benjamin Millepied, c'est une nouvelle génération, frottée au métissage des pratiques artistiques et à la vidéo, qui passe aux commandes. Il souhaite "créer une cellule chorégraphique qui va soutenir les danseurs qui ont le désir de chorégraphier au sein de l'Opéra".

S'il veut "faire vivre la tradition des grands ballets avec fraîcheur et brillance", il entend aussi "créer des ballets de [notre] temps avec le vocabulaire classique". "Aujourd'hui l'Opéra de Paris renoue avec cette tradition d'avoir un directeur de ballet chorégraphe qui crée pour le répertoire", a-t-il souligné, allusion à Serge Lifar ou Rudolf Noureev.

Ce choix audacieux correspond bien à l'arrivée programmée de Stéphane Lissner à la tête de l'Opéra de Paris en 2015, qui a été étroitement associé au choix par l'actuel directeur Nicolas Joel.

Dès 2014, Benjamin Millepied va chorégraphier "Daphnis et Chloé" sur une musique de Ravel dirigée par le directeur musical de l'opéra Philippe Jordan, "un duo d'artistes qui va entraîner l'Opéra", selon M. Lissner.

FRANCE 24 avec dépêches 

Première publication : 24/01/2013

  • DANSE

    Le directeur de la troupe russe du Bolchoï attaqué à l'acide

    En savoir plus

  • DANSE

    Le "Lac des cygnes" version sud-africaine à la Biennale de Lyon

    En savoir plus

  • DISPARITION

    Décès du chorégraphe français Roland Petit

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)