Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Qui en voulait au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

Amériques

Florence Cassez "très heureuse" d'être de retour à Paris

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2013

La Française de 38 ans, libérée à la suite d'une décision de la Cour suprême du Mexique après sept ans de prison, est arrivée à Paris, ce jeudi en début d'après-midi. Elle a déclaré, émue, avoir "rêvé mille fois de ce moment".

Sept ans qu’elle attendait ce moment. Florence Cassez, la Française emprisonnée depuis 2005 au Mexique et libérée mercredi 23 décembre après une décision de la Cour suprême, est de retour en France. Elle est arrivée ce jeudi à 13h45 (heure de Paris) à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, près de Paris.

Souriante et apparemment détendue, Florence Cassez a été accueillie par sa famille sur le tarmac de l'aéroport ainsi que par Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, et Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports. "J'ai rêvé mille fois de ce moment [...] C'est un bonheur immense, l'avion a atteri, moi toujours pas", a-t-elle lâché dans un grand éclat de rire.

"J'ai souffert, oui, en tant que victime"

"Je suis très heureuse, dans les nuages. Maintenant, je veux vivre [...] J'ai profité de ces sept ans pour pardonner [...] J'ai souffert, oui, en tant que victime", a déclaré la Française, émue, avant de rendre hommage à Nicolas Sarkozy et François Hollande pour leur soutien. "Je leur dois beaucoup", a-t-elle ajouté. "Nicolas Sarkozy m'a sauvé la vie."

Quelques heures plus tôt, au Mexique, aux côtés de son père Bernard, elle avait quitté la prison pour femmes de Tepepan, au sud de Mexico, vêtue d’un gilet pare-balles. La Française y purgeait une peine de 60 ans de réclusion pour enlèvement. Condamnée une première fois à 96 ans de prison en 2008, après un an et demi de procès, elle a vu sa peine réduite en appel en 2009.
 
Un espoir commence à naître trois ans plus tard, en mars 2012, quand le rapporteur de la Cour suprême du Mexique, Arturo Zaldivar, propose la libération "immédiate et absolue" de la Française dans un rapport accablant pour les autorités mexicaines. Mais lors de la session qui se déroule quelques semaines plus tard, les cinq juges qui composent la cour ne parviennent pas à s’entendre sur son recours en révision.
 
Finalement, mercredi 23 janvier, trois des cinq magistrats ont voté en faveur de sa libération immédiate en raison de la violation de ses droits constitutionnels, de multiples irrégularités de procédure, de témoignages peu fiables… "Le dossier avait été construit de toutes pièces, on le savait, mais les conséquences n’en avaient jamais été tirées", a déclaré mercredi Frank Berton, l’avocat de la Française. Le juge Zaldivar avait notamment reconnu, en mars, la mise en scène d’une fausse arrestation de la jeune femme, en 2005, et affirmé qu’elle avait vicié la procédure.

Contexte politique plus favorable
 
En quelques mois, le contexte politique a considérablement changé la donne : le mandat de Felipe Calderon, le président mexicain farouchement hostile à la libération de la Française, a pris fin au 1er décembre dernier. Une partie des magistrats de la Cour suprême, dont l'un qui s’était opposé au recours de Florence Cassez en mars 2012, a également été renouvelé.
 
"C’est une période particulièrement douloureuse qui prend fin", s’est réjoui le président François Hollande, qui doit recevoir Florence Cassez à l’Élysée dans les jours qui viennent. "Entre la France et le Mexique, nous avons les meilleures relations qu’il soit possible d’établir", a-t-il ajouté. À l’Élysée, selon une information du Parisien, on loue hors micros la "stratégie diplomatique des petits pas et de la non-exposition médiatique". Et pour cause : depuis son élection, le chef de l’État s’est attaché à décrisper les relations entre les deux pays et à ne pas heurter les autorités mexicaines. Une stratégie qui s'est révélée payante.
 
Au Mexique, l’opinion publique apparaît pour le moins divisée sur le cas de Florence Cassez. "Les réactions dans le pays ont été à l’image de ce qu’a été l’opinion publique mexicaine tout au long de cette affaire Cassez : extrêmement contrastée", rapporte Laurence Cuvillier, correspondante de FRANCE 24 au Mexique. "Le ton a été assez violent, parfois presque anti-français sur certaines chaînes mexicaines."

Avec dépêches

 

Première publication : 24/01/2013

  • MEXIQUE

    La Cour suprême mexicaine ordonne la libération immédiate de Florence Cassez

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Affaire Cassez : polémique autour de la visite d'un émissaire socialiste au Mexique

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)