Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Amériques

L'ONU ouvre une enquête sur les frappes de drones

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/01/2013

L'ONU va enquêter sur 25 attaques de drones menées au Pakistan, au Yémen, en Somalie, en Afghanistan et dans les Territoires palestiniens pour déterminer si les tirs provenant de ces avions sans pilote ont causé la mort de civils innocents.

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la protection des droits de l'Homme dans la lutte antiterroriste, Ben Emmerson, a lancé jeudi une enquête sur les victimes civiles de tirs de drones, pour établir si des crimes ont été commis dans l'utilisation croissante de ces avions sans pilote.

L'enquête va porter sur 25 attaques, menées au Pakistan, au Yémen, en Somalie, en Afghanistan et dans les territoires palestiniens, a précisé cet avocat spécialisé en droit international lors d'une conférence de presse à Londres.

L'objectif est "d'examiner les preuves disponibles montrant que les tirs de drones et les autres formes de frappes ciblées ont provoqué des victimes civiles de façon disproportionnée" et de déterminer s'il y a des "soupçons sérieux d'exécutions extrajudiciaires".

L'enquête, menée par une équipe de dix experts de divers pays, devra ensuite "livrer des recommandations quant au devoir des Etats de mener des enquêtes complètes, indépendantes et impartiales sur de telles allégations, afin de faire rendre des comptes, et d'accorder des réparations quand il apparaît que les choses ont très mal tourné", a-t-il dit.

Le rapporteur, qui travaillera aussi avec des journalistes, des ONG et des juristes, et qui compte se rendre au Pakistan au Yémen et au Sahel, présentera son rapport en octobre devant l'Assemblée générale des Nations unies.

"L'augmentation exponentielle de l'usage de la technologie des drones dans diverses situations représente un vrai défi pour le droit international actuel", a estimé Ben Emmerson, qui a appelé à la mise en place "urgente" d'un cadre légal pour réguler ces pratiques.

Même si les drones constituent depuis plusieurs années l'un des principaux instruments de la stratégie militaire des Etats-Unis, l'expert a affirmé que l'enquête ne visait "aucun Etat en particulier", affirmant que 51 Etats disposaient de cette technologie.

Selon des données américaines officielles, en Afghanistan, les drones Predator et Reaper ont tiré en 2012 quelque 506 missiles, contre 294 en 2011, soit une augmentation de quelque 72%, même si dans l'ensemble le nombre de frappes aériennes conduites par les Etats-Unis y a chuté de près d'un quart.

Par ailleurs selon le Bureau of Investigative Journalism, dont le siège se trouve à Londres, entre 2.629 et 3.461 personnes ont été tuées depuis 2004 par des drones au Pakistan, et entre 475 et 891 civils figuraient parmi ces victimes.

Le rapporteur spécial de l'ONU a affirmé que l'utilisation de ces drones se répandait de plus en plus.

"Ceux qui observent de près la situation actuelle au Mali attendent de voir si les tirs de drones font partie de la réponse militaire des Français ou d'alliés dans cette région d'Afrique", a-t-il commenté, alors que les Etats-Unis ont dit qu'ils envisageaient d'aider la France par un appui "logistique" et des drones de surveillance.

Il a par ailleurs jugé "difficile d'imaginer qu'on ne verra pas dans un futur proche des acteurs non étatiques, des groupes terroristes utiliser eux-mêmes la technologie des drones pour tuer".

L'expert a souligné qu'il y avait une "absence de consensus" au sein de la communauté internationale sur le cadre légal applicable au recours à ces tirs de drones, et que des discussions étaient en cours à l'ONU sur ce sujet.

AFP
 

Première publication : 24/01/2013

  • PAKISTAN

    Mollah Nazir, un puissant chef de guerre pakistanais, tué par un drone américain

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le numéro deux d'Al-Qaïda tué par un drone américain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)