Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Economie

Twitter devra aider la justice française à identifier les auteurs de tweets racistes

© AFP

Vidéo par Julien MUNTZER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2013

Le Tribunal de grande instance de Paris a tranché : le site de microblogging Twitter devra désormais communiquer les données permettant l'identification des auteurs de messages racistes ou antisémites.

Twitter va devoir se plier au droit français. Le Tribunal de grande instance de Paris a ordonné jeudi 24 janvier à la filiale française du site de microblogging américain de communiquer les données permettant d'identifier les auteurs de tweets racistes ou antisémites. L’entreprise a quinze jours pour se conformer à cette décision de justice, faute de quoi elle devra payer 1 000 euros par jour de retard.

Twitter avait été assigné en référé par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et plusieurs autres associations après la diffusion en octobre de tweets antisémites reprenant les mots clés #unbonjuif et #unjuifmort.

Face à la polémique sucitée par ces hashtags, la plateforme de microblogging avait retiré les tweets litigieux. Quelques semaines plus tard, d'autres tweets racistes, antisémites ou homophobes ont fait florès sur Twitter : #unbonnoir et, début janvier, #siJetaisNazi, #SiMaFilleRameneUnNoir, #SiMonFilsEstGay.

"La fin du sentiment d'impunité"

"Nous allons pouvoir poursuivre les auteurs qui étaient à l'origine de ce record de messages de haine sur Twitter", s'est félicité le président de l'UUJF, Jonathan Hayoun.

Pour l'UEJF, SOS Racisme et le Mrap, cette décision ouvre la voie à "la fin du sentiment d'impunité" de certains utilisateurs. La Licra a salué "une avancée décisive dans le combat contre les infractions racistes, antisémites et homophobes sur Internet".

Le tribunal a par ailleurs ordonné à Twitter d'installer sur sa plateforme française un dispositif "facilement accessible et visible", permettant aux utilisateurs de lui signaler des contenus tombant sous le coup de "l'apologie des crimes contre l'humanité et de l'incitation à la haine raciale".

"Nous travaillons avec Twitter pour qu'au-delà de cette décision, de nouvelles procédures soient mises en place pour prévenir efficacement la surexposition des messages de haine", a déclaré à l'AFP la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.

Sur Twitter, les premières réactions sont contrastées. "La chasse aux sorcières commence... ", s'insurge @Zestryon. "Le Très Grand Inquisiteur?", demande @luigipas. "Bravo!", dit en revanche @MagalisansE. "La victoire de l'#UEJF oblige Twitter à prendre ses responsabilités. La protection des données s'arrête là où s'ouvrent haine et bêtise", estime pour sa part @kevinsellem.

Pour l'heure, Twitter n'a pas réagi. "Nous étudions la décision", s’est contenté de dire un porte-parole du site de microblogging.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 24/01/2013

  • INTERNET

    #unbonjuif : Twitter comparaît devant la justice française

    En savoir plus

  • INTERNET

    Twitter mis en cause après une vague de messages homophobes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)