Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

EUROPE

Les propos de David Cameron sur l'UE provoquent de vives réactions

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/01/2013

La proposition de David Cameron d'organiser un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne suscite de nombreuses réactions. Plusieurs dirigeants européens se sont dits opposés à l'idée d'une "Europe à la carte".

Impossible de négocier l'Europe. François Hollande a donné, mercredi, une fin de non recevoir au Premier ministre britannique David Cameron, suite à la perspective brandie par ce dernier d'un référendum au Royaume-Uni sur le maintien du pays dans une Union européenne préalablement réformée.

"Le Royaume-Uni peut parfaitement décider par un référendum de rester ou de quitter l'Union européenne, c'est la décision et des gouvernants de ce pays et des Britanniques eux-mêmes", a déclaré le président français devant la presse à Grenoble. "Mais ce que je dis au nom de la France, en tant qu'Européen, c'est qu'il n'est pas possible de négocier l'Europe pour faire faire ce référendum".

"L'Europe, elle doit se prendre telle qu'elle est. On peut la faire évoluer demain, mais on ne peut pas l'abaisser, la diminuer, sous prétexte de proposer d'y rester", a ainsi déclaré François Hollande, se faisant l'écho de nombre de représentants politiques européens, inquiets des conséquences de la volonté britannique.

"Quand on adhère à un club de foot, on ne peut pas jouer au rugby"

"On ne peut pas faire l'Europe à la carte", avait auparavant lancé le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. "Admettons que ce soit un club de football : on adhère à ce club, mais une fois qu'on est dedans, on ne peut pas dire on joue au rugby", a-t-il ajouté.

Son homologue allemand, Guido Westerwelle, a utilisé les mêmes mots, soulignant que "choisir à la carte n'est pas une option".

"Je suspecte M. Cameron de jouer un jeu dangereux avec cette proposition de référendum pour des raisons tactiques et de politique intérieure", a affirmé, quant à lui, le président du Parlement européen, le social-démocrate allemand Martin Schulz.

Pour l'heure, a estimé de son côté le leader des Verts européens, Daniel Cohn-Bendit, il s'agit plutôt d'"exercer un chantage" sur l'UE.

"Un débat positif"

Cependant, d’autres réactions se sont voulues plus positives du côté des Pays-Bas. Le Premier ministre libéral Mark Rutte a ainsi salué l'appel de son homologue à des réformes au sein de l'UE.

"Le débat est positif, mais ce qui ne serait pas positif, ce serait que la Grande-Bretagne quitte l'UE. Ce serait mauvais pour la Grande-Bretagne et mauvais pour l'Europe", a-t-il assuré.

La Commission européenne a, pour sa part, souhaité dédramatiser la situation : "La Commission salue la déclaration sans équivoque du Premier ministre selon laquelle il veut maintenir la Grande-Bretagne dans l'Union européenne", a déclaré sa porte-parole, Pia Ahrenkilde-Hansen, ajoutant qu'il était "dans l'intérêt de l'Europe et dans le propre intérêt de la Grande-Bretagne d'être un membre actif au centre de l'Union européenne".

Quant à la proposition de référendum, Bruxelles est soulagé de constater que cette consultation populaire demeure une perspective lointaine et incertaine. Il faut encore que M. Cameron remporte les législatives de 2015 et qu'il persiste ensuite dans sa volonté de faire voter les Britanniques.


FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 24/01/2013

  • ROYAUME-UNI

    Cameron promet un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Budget européen : Cameron-Thatcher, même combat ?

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    David Cameron remanie pour la première fois son gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)