Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

De retour d'In Amenas, un grand reporter de FRANCE 24 raconte

© AFP

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 25/01/2013

Noreddine Bezziou, grand reporter à FRANCE 24, était l'un des rares journalistes présents dans la zone du site gazier algérien de Tiguentourine, près d'In Amenas. Témoignage.

Noreddine Bezziou, grand reporter à FRANCE 24, était l’envoyé spécial de la rédaction dans la zone du site gazier algérien de Tiguentourine, situé près d'In Amenas, cible d'une attaque et d'une prise d'otages par un commando djihadiste le 16 janvier. Il livre ici ses impressions et son témoignage sur cet évènement.


Sachant que les autorités algériennes ont entretenu le flou autour de cette prise d’otages, pouvez-vous nous décrire vos conditions de travail sur place ?

Noreddine Bezziou, grand reporter à FRANCE 24

Noreddine Bezziou : Nous étions tenus à l’écart, il était très difficile de travailler pendant toute la durée de la prise d’otages. La communication était restreinte et les instructions étaient claires : il ne fallait pas parler et ne rien laisser filtrer. Au final, mis à part l’armée, il semble que tout le monde était dans le flou. En outre, seule une poignée de caméramans et de photographes locaux étaient présents sur place, il n’y avait aucun correspondant de médias étrangers. Nul ne pouvait se rapprocher du site de la prise d’otages, un barrage de l’armée, placé à 15 kilomètres des lieux, nous barrant la route. Nous avons pu recueillir les témoignages des travailleurs algériens qui ont quitté le site après l’offensive de l’armée algérienne. Beaucoup d’entre eux s’étaient cachés pendant plusieurs jours, sans rien manger. Ils étaient très effrayés, seuls certains d’entre eux ont accepté de nous parler, après leur arrivée en bus, affrétés par les autorités, à In Amenas, situé à 40 kilomètres du complexe gazier. Je pense qu’il faudra attendre un certain temps avant que toute la lumière soit faite sur cette affaire, qui n’a pu avoir lieu sans de nombreuses complicités. Nul doute que de nombreux secrets seront dévoilés tôt ou tard.

Quel est votre sentiment sur cet évènement qui a tenu en haleine les médias pendant plusieurs jours ?

N.B : Il est clair que les djihadistes ont voulu mener une opération de communication. Il est indéniable que leur stratégie a payé, puisqu’ils ont réussi à frapper les esprits et occuper le devant de la scène médiatique. C’était leur but. En outre, il s’agissait assurément d’une opération-suicide, car les ravisseurs étaient équipés d’une grande quantité d’explosifs. Ils étaient donc prêts à rester le plus longtemps possible sur place et y mourir - les armes à la main ou en faisant exploser le complexe gazier. L’issue de cette affaire ne les dissuadera pas de recommencer à l’avenir, il n’est pas impossible de les voir rééditer ce type d’opération, malgré la réponse musclée de l’armée algérienne.

Comment a réagi la population de la petite ville d’In Amenas à cet évènement ?

N.B : Elle était indéniablement soulagée, mais aussi désolée du sort final des otages étrangers. Plusieurs habitants nous ont confié qu’ils craignaient que les djihadistes ne fassent exploser le site, sachant qu’ils travaillent dans des entreprises liées directement ou indirectement au complexe gazier. Ils restent inquiets quant à l’avenir, et redoutent que de nouvelles attaques terroristes fassent fuir les grands groupes étrangers et leur fassent perdre leurs emplois. Concernant l’assaut de l’armée, à l’instar des Algériens, la majorité de la population locale s’est félicitée que les militaires soient parvenus à mettre un terme à la prise d’otages. Il fallait frapper fort pour montrer que la seule issue pour les ravisseurs, dans ce genre de scénario, est la mort. D’autres, plus minoritaires, estiment que cet évènement fait partie d’un complot international visant à déstabiliser le pays.
 

Première publication : 25/01/2013

  • ALGÉRIE

    "Le terrorisme prend place au Sahel sous une forme nouvelle et durable"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    In Amenas : le Premier ministre algérien lève le voile sur la prise d'otages

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Intervention au Nord-Mali : un désaccord de façade entre Paris et Alger

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)